Tête de Chien, T. 1 — Par Brugeas Vincent, Toulhoat Ronan & Guillo Yoann — Éd. Dargaud

Par David SPORCQ Bon 16 juin 2023 
Une nouvelle saga se déroulant durant l’époque médiévale voit le jour. La principale particularité de celle-ci est que le premier rôle est tenu par une damoiselle qui se bat comme un chevalier et même comme l’un des meilleurs d’entre eux. L’héroïne ne joue pas de ses charmes mais de son épée qu’elle manie avec la plus grande dextérité.

La vie de chevalier n’est ni simple ni de tout repos. Pour subsister et palier à leurs dépenses élémentaires, ils doivent se rendre de tournoi en tournoi et si possible remporter les combats afin de réclamer rançon. Tête de chien (Jehan), la jeune femme cachant sa féminité derrière sa cotte de mailles et Chevron d’argent, son compagnon d’infortune, vont rencontrer un adversaire énigmatique et redoutable : le chevalier Noirci. Un quatrième acteur, l’écuyer Paulin, tient une position prépondérante dans cette fiction et ce, malgré son rang inférieur. Il tire les ficelles du jeu au risque de s’emmêler.

Le récit est subdivisé en six chapitres durant lesquels l’action prime alors que l’intrigue avance doucement. Les joutes sont nombreuses. Les scènes de combat sont détaillées avec précision telles des chorégraphies orchestrées en connaissance du maniement des armes. Le style graphique, la mise en couleur et les dialogues sont résolument modernes et agréables. Humour, tension, suspens, action, combats se succèdent à un bon rythme tout au long des 136 pages de ce premier tome.

(par David SPORCQ)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN : 9782505117162

Dargaud ✍ Vincent Brugeas ✏️ Ronan Toulhoat à partir de 10 ans Histoire
 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Vachement crédible ! 😂😂😂
    18 juin 2023 10:49, par phi57

    Et n’allez pas me parler de Jeanne d’Arc : de son aveu même (voir les pages de son procès) elle n’a jamais tué quiconque ni même manié l’épée. Elle se contentait de haranguer les soldats avec son étendard (au milieu de la bataille ce qui était déjà un sacré talent !)
    Le féminisme à deux balles ça commence vraiment à gaver...

    Répondre à ce message

CONTENUS SPONSORISÉS  
PAR David SPORCQ  
A LIRE AUSSI  
Albums  
Derniers commentaires  
Abonnement ne pouvait pas être enregistré. Essayez à nouveau.
Abonnement newsletter confirmé.

Newsletter ActuaBD