The Autumnlands T. 2 - Par Kurt Busiek et Benjamin Dewey - Urban Comics

31 juillet 2017 0
  • Après un premier volume où l'on voyait des animaux jouer les apprentis sorciers, ce sont désormais des humains que l'on découvre à chercher à prétendre au divin. De quoi rebattre les cartes dans ce monde des Automnales et donner du relief à un univers de "Fantasy" toujours séduisant.
The Autumnlands T. 2 - Par Kurt Busiek et Benjamin Dewey - Urban Comics
D’autres humains sont présents, mais invisibles aux yeux des animaux
© Kurt Busiek & Benjamin Dewey

Steven Learoyd, le Grand Champion, invoqué par-delà les âges pour palier la baisse de la magie à travers le monde, ne correspond définitivement pas au modèle auquel s’attendait Dunstan, jeune chien apprenti-mage qui désormais accompagne ce héros malgré lui dans son expédition. Une science du combat, certes, mais peu glorieuse, des préoccupations ouvertement égoïstes et surtout une appartenance à une espèce mystérieuse, totalement inédite dans les Automnales : celle des humains.

Learoyd, quant à lui, ne comprend rien à ce qui lui arrive. Soldat de son état, il s’est vu précipité dans ce monde fantastique, loin de sa réalité initiale. Et le voilà qui, dans sa quête, se trouve confronté à des animaux anthropomorphes belliqueux, des mages maladroits et maintenant des simili-divinités : d’une part une jeune femme avec qui se noue un improbable quiproquo et, d’autre part, un groupe de golems abandonnés par leurs maîtres disparus.

Un asile trouvé chez des moutons
© Kurt Busiek & Benjamin Dewey
Une jeune chèvre un peu fruste en guise de nouveau compagnon
© Kurt Busiek & Benjamin Dewey

Toujours aussi rythmé, The Autumlands déploie son récit en multipliant les expériences avec diverses tribus autochtones dont les particularités sont joliment exploitées. Et le voyage se mue bien en véritable périple - les personnages arpentent de nombreux paysages - qui oscille entre quête initiatique et aventure épique de manière bien équilibrée. De ce point de vue là le contrat s’avère réussi.

Par ailleurs, les derniers développements commencent à élucider plusieurs mystères à la base du récit, et confèrent à l’univers des Automnales une profondeur, une forte dimension mythologique d’autant plus bienvenue qu’elle prend forme rapidement. Même si, pour l’heure, de nombreuses zones d’ombre perdurent et même si les auteurs ont surtout donné au lecteur de quoi échafauder quelques folles théories...

Reste toutefois l’impression que tout cela pourrait aller plus loin encore et qu’il manque toujours à la série un petit quelque chose qui la ferait pleinement décoller. Sans doute cela se passe-t-il du côté des personnages, même si l’on a droit à quelques bonnes surprises, comme l’irruption de Bertie, chèvre aussi fougueuse qu’inconséquente, qui fait souffler une réelle fraîcheur sur notre groupe de héros. Mais au final, difficile de se défaire de l’impression que ces personnages demeurent pour le moment très stéréotypés dans leur caractérisation.

Irruption d’une nouvelle réalité dans l’univers d’Autumnlands
© Kurt Busiek & Benjamin Dewey

(par Aurélien Pigeat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:

BDFugue FNAC Amazon

The Autumnlands T2 : "Retour à la terre" - Par Kurt Busiek, Benjamin Dewey et Jordi Bellaire. Traduction Julien DiGiacomo. Urban Comics collections "Indies". Sortie le 5 mai 2017. 200 pages. 17,50 euros.

Lire la chronique du tome 1

Commander le tome 1 chez Amazon ou à la FNAC
Commander le tome 2 chez Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?