The End : Jim Morrison - Par Romain Renard - Casterman

22 juin 2007 3 commentaires
  • Les derniers jours de Jim Morrison, mythique chanteur des Doors, avec de multiples flash-backs sur ses courtes années de carrière. Magistrale plongée dans l'univers de la star.

Mort à 27 ans dans des circonstances assez troubles, à Paris où il voulait renaître comme écrivain, Jim Morrison reste toujours aussi fascinant aujourd’hui. L’entreprise de Romain Renard s’apparente à un hommage biographique qui ne cherche pas à raconter la vie du chanteur mais à éclaircir ses derniers jours, en revenant sur les moments-clés de sa carrière. Minutieusement documenté, l’album rend hommage à Morrison sans tomber dans l’hagiographie, et en gardant en perspective les très hautes aspirations de l’artiste.

Dédaignant très vite son statut de sex symbol, le leader des Doors a tenté de se détruire par les drogues et l’alcool tout en recherchant une légitimité auprès du public. Renard a parfaitement saisi tous les aspects du personnage, de sa rencontre avec Ray Manzarek qui lance l’aventure des Doors, en passant par sa haine du père et ses relations orageuses avec Pam, sa compagne de toujours.

Romain Renard, avec son dessin chaud et sensuel, est aussi à l’aise dans les scènes intimistes parfois violentes que dans les séquences de concert, hauts lieux de la provocation morisonnienne. Renard est lui-même auteur-compositeur, et sa mise en image des mots de la rock-star en tire les bénéfices.

The End vient compléter à merveille le film d’Oliver Stone, The Doors. Un album qui va permettre à beaucoup de redécouvrir Jim Morrison et bien évidemment de se plonger dans la discographie des Doors, voire même les recueils de poésie du chanteur publiés en français. The End : Jim Morrison - Par Romain Renard - Casterman

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
3 Messages :