The Freak Brothers : Teaser et appréhension

9 mai 2020 1 commentaire
  • On vient de découvrir sur la page Facebook du film "The Freak Brothers", le teaser de la série d’animation annoncée lors de la dernière édition de la San Diego Comic Con. La série produite par WTG Entreprise décoiffe, le président Trump en particulier. Mais elle ne rassure pas les fans...

Avant de visionner la vidéo, il est utile de vous résumer le plot annoncé : Après avoir assisté au Woodstock Festival, les Freak Borthers s’endorment quelque peu "défoncés". Ils se réveillent cinquante ans plus tard dans un San Francisco gentrifié, aux antipodes de celui qu’ils ont connu. La série entend ainsi explorer notre époque à travers le regard de sorte de hippies de la fin des années 1960.

Comme souvent lors de l’adaptation d’une œuvre-culte, les aficionados opposent une véritable levée de bouclier à la publication des premières images sur les réseaux sociaux. Si leur critique se doit d’être nuancée, elle n’est cependant pas sans fondements.

La politisation est probablement ce qui cristallise le plus les objections. S’attaquer à Donald Trump sur le ton de l’humour et de la moquerie au travers de personnages au service d’une critique sociale et d’une parodie de la contre-culture des années 1960, pourquoi pas ? Mais le faire sous la forme d’un banal "Trump bashing", réutilisant des poncifs éculés de ses opposants à la sauce burger de l’humour (fake news et coupe de cheveux à la Trump, chicken KFC, parcours de golf, et interventions intempestives de Vladimir Poutine,...) relève quelque peu d’un manque d’inventivité et s’éloigne drastiquement de l’annoncé réveil poétique et décalé des Freaks dans le San Francisco bourgeois d’aujourd’hui.

The Freak Brothers : Teaser et appréhension
capture d’écran / © WTG Entreprise

Mais les questionnements des fans vont au-delà du simple rejet d’une parodie de l’actuel résident de la Maison Blanche : certains considèrent que l’intégration d’une dimension politique à l’univers des stoners de Gilbert Shelton représente une trahison, en soi, du matériel d’origine.

Or, ceci n’est que partiellement vrai. S’il est exact que les Freak Brothers n’ont pas été créés en tant que figures d’opposition politique, d’autres personnages peuplant leurs aventures sont d’évidentes parodies de la classe politique américaine des années 1970 et 1980. On citera par exemple le personnage de Rodney Richpigge, parodie de Ronald Reagan. Ces incursions ne constituent toutefois pas la thématique centrale du comix.

Alors à quoi bon cette relecture politique ? À ce stade, deux hypothèses semblent coexister. Il se pourrait que ce traitement réservé aux Freaks ne concerne que ce teaser, produit de la situation exceptionnelle de crise sanitaire que nous traversons.

La seconde hypothèse serait celle d’une modernisation du propos tenu. En effet, la série s’adressant à un public bien plus large que le simple fandom de Shelton et les mœurs ayant évolué depuis l’époque des premières parutions, un processus de réactualisation semblait nécessaire. Avec l’approbation probable de l’auteur.

capture d’écran / © WTG Entreprise

Et c’est justement là que le bât blesse. D’une satire contre-culturelle et auto-dérisoire semble naître un énième fleuron de bien-pensance, remisant au placard l’esprit Sex, Drugs and Rock’n’roll de la série lequel pour le coup a disparu du paysage. La situation des fumeurs de cannabis aux États-Unis, depuis la légalisation de sa consommation dans un certain nombre d’états, n’est plus comparable à ce qu’elle était à l’orée des années 1970. Et si l’envie n’a jamais été la transcription de l’esprit originel du comics dans notre monde contemporain, à quoi bon mettre en scène les personnages des Freaks Brothers ? La création de nouveaux personnages dans un nouvel univers n’aurait-elle pas été plus judicieuse ?

Les voix talentueuses de Woody Harrelson, John Goodman, Tiffany Hadish et Pete Davidson, de même que l’animation franchement pas mauvaise des studios Pure Imagination Studios et Starburns Industries n’auront donc pas réussi à nous passer l’appréhension laissée par ce teaser.

Certes, le capitalisme a appris depuis longtemps à récupérer et à marchandiser les ferments de sa propre subversion. Mais sans verser dans le "c’était mieux avant", il faut rester dans l’espoir que nous n’assistons pas une énième perversion d’une licence culte…

(par Thomas FIGUERES)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • The Freak Brothers : Teaser et appréhension
    13 mai 10:30, par mmarvinbear

    Il faut voir le résultat final avant de juger. Mais je comprend le besoin de moderniser le concept car les Freaks Brothers ne sont pas à proprement parler une BD mainstream et intéresse plus à la base une niche étroite du public sans vouloir offenser son auteur. Si le résultat est convainquant, cela ne pourra que lui bénéficier.

    Répondre à ce message