The Girl From Ipanema - Par Yves H. et Hermann - Le Lombard

18 avril 2005 0
  • {The Girl From Ipanema} constitue le troisième album de la trilogie américaine d'{{Hermann}} et de {{Yves H}}. Les auteurs nous dépeignent la société américaine des années 50 à nos jours au travers de polars aux ambiances troublantes et aux intrigues si aiguisées que ces récits auraient pu être mis en images - ou en mots - par les maîtres du genre. Pour ce troisième album, Yves H. nous emmène dans un Hollywood sans aucun strass ni paillettes, mais baignant dans les magouilles et les crimes atroces.

Bodo Horvath, l’habilleur et le couturier des stars, tue par accident une jeune femme. Celle-ci lui avait été envoyée par le parrain local. Scarpa l’avait chargé de la vêtir d’une manière convenable. Le coup de feu est parti tout seul, sans aucune intention de tuer. Mais un tel crime risque de faire du tort à George Scarpa, le mafieux, alors que la campagne électorale pour la Mmairie vient d’être lancée... Jazz, un voyou, se charge de faire disparaître le cadavre de la victime, et de retenir prisonnière une amie de celle-ci, témoin de la scène.

L’enquête sur la découverte du cadavre est confiée à Ron Chavez. Il se lance sur la piste de de Jennifer, l’amie intime de la victime. La jeune femme reste cependant introuvable et, à mesure qu’elles progressent, les recherches sont compliquées par l’intervention pernicieuse d’un autre policier, Ed Jennings. Flanqué de Earl, son fils stupide, et mandaté par George Scarpa, Jennings s’efforce de torpiller les efforts de Chavez afin que la vérité ne puisse pas être établie.

Yves H. signe un scénario qui en dérangera plus d’un ! D’une part, le scénariste a réalisé un véritable travail de réflexion quant au traitement le plus approprié pour ce type d’histoire en bande dessinée, en privilégiant la lisibilité tout en sortant des sentiers battus. Il a donc opté pour une alternance de textes romancés et de séquences traitées sous forme de succession de quelques cases ou de planches complètes, dessinés. Un choix audacieux qui lui permet de mieux camper les ambiances, parfois glauques et oppressantes, et de rendre hommage aux grands du genre comme James Ellroy.

Hermann illustre le récit avec la précision et la virtuosité qu’on lui connaît. Pour les besoins de la cause, son fils, Yves H., semble avoir réussi à le convaincre de dessiner des filles sexy. Jennifer et Dorothy, délicieusement belles, sont loin de l’aspect « viandeux » auquel le dessinateur nous avait habitué jusqu’à présent pour ses personnages féminins.

The Girl From Ipanema mérite plus qu’un détour. A déguster avec un petit whisky et en écoutant la BO offerte avec l’album. Une BD qui contrariera sans nul doute certains allergiques à la lecture, qui trouveront les textes narratifs fort rébarbatifs ! Tant pis pour eux, car les Huppen, père et fils, signent sans doute l’un de leurs plus beaux albums.

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?