Thorgal - T28 : « Kriss de Valnor », Par Rosinski & Van Hamme - Le Lombard

29 novembre 2004 0 commentaire
  • Avec près de dix-huit millions d'albums vendus durant ces dix dernières années seulement, le scénariste le plus lu de toute la francophonie affirme avec fierté et conviction, ce que nous partageons entièrement : « {Cet album est un des plus inattendus et des plus forts de la série} » . Ce 28e épisode abonde en coups de théâtre, en révélations surprenantes et en vrais moments d'émotion humaine rarement vue dans la BD, autant sur les visages expressifs que dans les dialogues impressionnants. S'il y avait un album modèle pour couronner de qu'il s'est fait de mieux dans le 9e art en 2004, c'est celui-ci.

Après la célèbre Dragon Lady de Milton Caniff, Kriss de Valnor est une des « méchantes » les plus réussies et les plus attachantes de toute la BD internationale. Cette cynique guerrière n’est pas un simple personnage secondaire, même si elle ne s’est pas manifestée pendant quelques albums, elle est un des personnages essentiels des plus troublants de la saga de Thorgal. Elle fait partie de ce triangle amoureux sans lequel il n’y a pas de véritable ressort romanesque. Comme tous les vilains innombrables dans la littérature populaire, elle est excessive, frustrée, troublée et troublante, mais elle a aussi quelque chose de plus que vous aurez le privilège de découvrir.

Dans « Le Barbare  », l’album précédent, l’histoire se concluait par l’empoisonnement de Thorgal. Ce dernier, présumé mort, était abandonné au sommet d’un rocher, face à la mer. Dans le présent album, les auteurs jouent aux démiurges inspirés et nous entraînent sur les traces de la redoutable Valnor qui libérera Aaricia et les enfants de Thorgal de l’enfer d’une mine où ils sont forcés à travailler dans des conditions mortelles.

Jamais un scénariste n’a su disposer avec autant d’imagination et de sensibilité dans les événements qui suivent. Il serait injuste de dévoiler ce qui arrive ; ce serait enlever tout le plaisir unique d’une lecture des plus passionnantes et des plus inoubliables. Le talentueux dessinateur Rosinski s’est lui aussi surpassé dans son style en perpétuelle évolution. La maîtrise de son trait nerveux et de ses éclairages très étudiés nous offrent une alternance de séquences sombres et lumineuses, en parfaite harmonie avec les sentiments et le vécu bouleversé des protagonistes. Le paysage devient un élément narratif à part entière ; entre les crevasses de la montagne, les scènes souterraines et minières, la tempête maritime, les transitions scéniques nous frappent par l’ingéniosité et la virtuosité. Avec cet album, Rosinski peut affirmer : « lorsque je dessine une vague sur la mer, j’ai presque envie que le lecteur sente les embruns. Même chose pour le moindre caillou, dont j’aimerais que le lecteur aiguise les aspérités ».

À venir jusqu’ici, les aventures de Thorgal suivaient le schéma des quêtes symboliques si chères aux contes et aux légendes. Grâce à une grande maturité psychologique et une délicate alchimie entre le scénariste et le dessinateur, nous pouvons lire une oeuvre de plus en plus subtile, sobre, dense en rebondissements et enracinée dans ce qui se fait de mieux pour nous faire réfléchir et rêver en même temps. Thorgal ne sera jamais plus un simple Viking ordinaire dont les aventures se déroulaient quelque part entre le 6e et le 8e siècle, tout au début du Moyen Âge. Il n’est plus juste lié à une époque ou à un lieu géographique précis : un nouveau personnage inattendu amené par Valnor changera à tout jamais sa vie, de même que celle de sa précieuse famille.

Un magnifique album qui nous sort des procédés parfois faciles et gratuits de l’heroic-fantasy pour entrer dans un univers profondément humain où la faute et la rédemption donnent une âme au récit. C’est maintenant au lecteur d’accomplir son agréable et essentielle participation pour assurer le succès de cet album qui sera classé parmi les titres incontournables des plus grands chefs-d’oeuvre du 9e art.

(par Richard Langlois)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?