Thorgal : en librairie, en kiosque et à BD Boum à Blois

16 novembre 2016 3
  • Dans « Le Feu écarlate », Xavier Dorison nous fait découvrir un Thorgal en butte à la conversion de son fils à une religion lointaine, obtenant ainsi des pouvoirs jusqu’ici insoupçonnés mais destructeurs. Une situation qui n’est pas sans trouver quelque écho dans l’actualité… Quel est le lien entre Thorgal et le réel ? C’est par ailleurs le thème d’un excellent Hors Série de la revue Historia consacrée à « L’Enfant des étoiles « qui vient accompagner une belle exposition rétrospective à Blois.
Thorgal : en librairie, en kiosque et à BD Boum à Blois
Rosinski et Xavier Dorison
© Le Lombard

Résumons, si c’est possible, les différents méandres d’une série qui a marqué le paysage de la BD et qui devrait bientôt l’objet d’une série pour la télévision : venu des étoiles, le jeune Thorgal est recueilli par des Vikings, dans une période qui se situe quelque part entre le VIIIe et le XIIIe siècle. Nous sommes donc en présence d’une BD proto-historique dotée d’une touche de fantastique suivant un procédé que Jean Van Hamme avait déjà utilisé dans Epoxy (Le Lombard, dessins de Cuvelier), un récit qui racontait les aventures d’une jeune femme d’aujourd’hui projetée nue dans un Olympe antique.

Contrairement aux habituels personnages de la bande dessinée franco-belge composée de garçons vivant en couple éventuellement accompagnés d’un animal familier, Thorgal fait souche, se marie, concevant des enfants, y compris illégitimes, sa tribu vivant une cinquantaine d’aventures dont 35 dans la série principale, toujours dessinée par Gzregorz Rosinski contrairement aux séries dérivées, et pour la première fois scénarisée par Xavier Dorison.

Guerres de religion

Xavier Dorison n’est pas un inconnu. C’est un scénariste à succès qui incarne le talent de l’époque avec des séries comme Le Troisième Testament, Prophet, W.E.S.T., Asgard, ou Undertaker. Jean Van Hamme l’a aussitôt enrôlé dans l’aventure XIII Mystery où le Midas du scénario adoube les meilleurs scénaristes de la nouvelle génération. Ce n’est pas non plus un nouveau venu sur Thorgal puisqu’on lui doit un épisode de Kriss de Valnor (avec Mathieu Mariolle).

Or, c’est précisément de la lignée de Kriss de Valnor que s’inscrit ce nouvel album : Thorgal est parti à la recherche d’Aniel, le fils adultérin qu’il a conçu avec la reine du nord et qui a été enlevé par les magiciens rouges venus de Bag Dadh convaincus que cet enfant muet est la réincarnation de leur prophète Kanahiel. Et de fait, aussitôt converti, l’enfant se met à parler et se découvre des pouvoirs susceptibles renverser l’issue du siège de la ville sainte sur le point de tomber aux mains des croisés de Yavhus, aussi fanatiques et aussi sanguinaires que les tenant du prophète.

"Le Feu écarlate" par Dorison et Rosinski
© Le Lombard

On l’a compris, l’actualité inspire directement cet album : la concurrence des religions, les enfants convertis partis pour le Jihad, l’intolérance religieuse et le bain de sang permanent dont elle est la cause, formant une espèce de magma syncrétique bien caractéristique de notre temps. Dorison sait y faire dans cette confrontation de concepts religieux et mythologiques pimentés de fantastique. Le souffle y est, l’énergie y est, même si l’on sent Rosinski fourbu par cette grande machine. Le résultat impressionne et promet, même si le fil narratif a besoin de se clarifier quelque peu. La série Thorgal est définitivement entre de bonnes mains.

"Le Feu écarlate" par Dorison et Rosinski.
© Le Lombard

Une grande exposition à Blois

Le guerrier Thorgal est aussi à l’honneur en la ville royale de Blois lors du festival BDBoum qui aura lieu ce week-end du vendredi 18 au dimanche 20 novembre 2016. Le commissariat en est confié à Jean-Charles Enriquez, vice-président de BDBoum avec la complicité du meilleur spécialiste de la série, l’auteur du Dictionnaire Larousse de la BD, Patrick Gaumer qui a choisi avec Rosinski le choix des planches exposées. Un must ! Les grands escaliers Denis Papin qui dévalent vers la ville seront à son effigie.

Patrick Gaumer et Rosinski choisissent les planches de l’esxposition
© Le Lombard

Pour en savoir plus…

Et pour mieux se replonger dans l’écheveau des aventures de Thorgal, le magazine Historia nous a concocté une numéro spécial absolument passionnant qui revient sur les sources d’inspiration des aventures de l’archer prodige : la mythologie scandinave, les grands raids vikings dans l’histoire, le sens de l’honneur, la pratique du bannissement chez ces peuples de marins, l’importance des femmes dans ces sociétés, leurs grandes conquêtes et enfin un éclairage sur la série, au passé comme au futur.

Le clou du dossier est un article de Jean Van Hamme lui-même qui revient sur les prémices de la création de la saga construite sur mesure pour le talent de Grzegorz Rosinski. Un dossier indispensable.

On l’ajoutera à la dernière livraison de dBD qui, elle aussi consacre sa couverture à l’Enfant des étoiles.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:

BDFugue FNAC Amazon

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • Mmm du sang, de la souffrance, plein, comme à la télé, le pied !

    Répondre à ce message

  • Thorgal : en librairie, en kiosque et à BD Boum à Blois
    17 novembre 2016 00:05, par La plume occulte

    Rosinski ne veut pas ou ne veut plus dessiner certaines choses, on lui promet des scénarios sur mesure. Il n’empêche, depuis Van hamme les scénaristes semblent lui imposer de dessiner, et peindre, des choses de plus en plus complexes qui correspondent plutôt mal à sa technique en couleur directe saturée d ’empâtements et alourdissent exagérément les cases.La série en pâtit. D’autant que Rosinski ne rajeunit pas, même s’ il reste solide au poste, tandis que la cadence d’un album annuel doit être de plus en plus compliquée à tenir, avec un plaisir de faire toujours intact.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Pierre Lacasse le 23 janvier 2017 à  14:46 :

      Le tome 35 Le Feu Écarlate, vient d’arriver au Québec. Bien que j’adore le scénario de Dorison quand n’est-il du dessin du grand Rosinski ? Les premières planches sont à la hauteur de sont talent mais se dégrade à la fin. A t-il encore la santé pour continuer ? Honnêtement peut-être céder la place à Surzhenko ?

      Répondre à ce message