Newsletter ActuaBD

Timides tentatives de finir tous nus – Par Ibn Al Rabin – Atrabile

  • Le pape suisse de l’ombre chinoise a fait le tri dans ses archives. Résultat : un patchwork jouissif d’histoires courtes excentriques, réunies sous ce titre intrigant.

Dans un préambule qui fait figure d’apéritif, Ibn Al Rabin nous explique la genèse du livre et les frontières floues entre les revues et les fanzines. Attablé dans son bistrot préféré, l’auteur fera de multiples apparitions tout au long du livre pour mettre en contexte ses histoires courtes, vues dans Bile Noire, Comix Club, Strapazin,... Le running-gag de l’apéro manqué servant de liant entre les brèves.

Timides tentatives de finir tous nus – Par Ibn Al Rabin – Atrabile
Un extrait de "Timides tentatives de finir tous nus"
© Ibn Al Rabin - Atrabile

N’y allons pas par quatre chemins : Timides tentatives de finir tous nus est une leçon d’efficacité. Avec des moyens graphiques limités, Ibn Al Rabin montre que la bande dessinée, c’est avant tout chose, l’art de raconter une histoire. Tout au long du recueil, on a le sentiment d’avoir branché les personnages de Keith Haring sur la prise électrique de La Linea d’Osvaldo Cavandoli. À ce petit jeu, les silhouettes d’Ibn Al Rabin gigotent à merveille. Son album est un joyeux foutoir, où l’humour pince-sans-rire est omniprésent. Un très bon moment de bande dessinée minimaliste.

(par Morgan Di Salvia)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre sur Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
10 Messages :
  • Ouh ! J’en connais qui vont se déchaîner dans les réactions. Je vais leur faire gagner du temps. " C’est quoi ces dessins d’enfant ?! C’est n’importe quoi , la surproduction, quel non-talent qui va sans doute être encensé par Télérama et le tout-Paris boboïsant, Franquin reviens ils sont devenus fous !"

    Haha c’est culotté, je lirais volontiers .

    Répondre à ce message

    • Répondu par Matthieu V le 1er mars 2011 à  13:58 :

      Ben Sergio, si tes gosses dessinent comme ca... donne leur tout de suite un gros carnet et plein de crayons. Cette planche est bedonnante, et elle me rapelle une histoire dessinee par Moebius 8-)

      Est-ce qu’il y a moyen de voir d’autres planches d’Ibn al Rabin sur le net ? C’est pas en Angleterre que je vais pouvoir decider si je le prend. Ca sert aussi a ca ActuaBD...

      Répondre à ce message

      • Répondu le 1er mars 2011 à  20:50 :

        Allons... vous avez loupé les guillemets de Salma... L’ironie c’est infernal en messagerie, il faut donc mettre des smileys partout ?

        Répondre à ce message

    • Répondu le 1er mars 2011 à  17:51 :

      Attention monsieur Salma, vous devenez aussi caricaturale que les boutonneux intégristes amateurs de trolls.

      Pour ma part, l’idée est bonne mais je suis vraiment lassé de ces choix de papier vu et revu un millier de fois. Une saveur sans surprise. Mais c’est juste mon avis

      Répondre à ce message

  • Au moins, d’entrée de jeu vous ne cachez ce qu’est ce bouquin : des fonds de tiroirs.

    Répondre à ce message

  • Ouh !J’en connait qui vont se déchaîner dans les réactions.Je vais leur faire gagner du temps.Un dessin qui retrouve la pureté du geste de l’enfant !!Un dessin intense,virulent,faisant plutôt preuve de dépeçage sans concession que d’onanisme fat,plus fertile que rageur en définitive.

    De l’intelligence pure.

    C’est pas n’importe quoi,un vrai talent.Furieux.Son moteur ? l’exigence et l’enthousiasme évidemment !Il prouve dans un déploiement bienvenu,avec les nombreuses pistes qui se croisent et lacèrent cette page qu’un dessin n’a pas à être savant s’il veut être sincère et AUTHENTIQUE.

    Quel courage !

    Aussi noire que soit cette page, CE LIVRE(!!!!!),il donne envie d’attendre la lumière.

    Ce Ibn Al Rabin est un auto-éditeur qui s’ignore:il en a en tout cas la démesure.Voilà une œuvre majuscule !!!!!

    Une œuvre qui abats des cloisons,indifférente aux préceptes habituels et figés de la BD,heu,de la bande dessinée.Elle surgit à nos sens comme une monstration sombre et éclatante de l’évidence même.C’est une expérience ,une cure ,une épreuve ,mieux:un EXORCISME.

    Un chef d’œuvre-n’ayons pas peu du mot puisqu’il existe utilisons le-, un chef d’œuvre désintéressé.Ibn Al Rabin est le dernier punk encore debout.

    Un livre -oui un livre- qui a toute sa place à la hune (la très célèbre librairie de Saint Germain -Des -Près ).

    Atomisés là tout les croulants,artisans,faiseurs handicapés du crayon.On s’en fout .

    Ha ha j’en fait dans ma culotte.Ibn Al Rabin expose où ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Alex le 3 mars 2011 à  00:07 :

      Il n’y a rien à exposer tout est là, dans l’aboutissement formel. La séquentialité comme fin en soi : le-ha-hachement-du-dialo-lo-gue-écho-écho-écho. Intéressante pantomime qui nous ramène aux balbutiements de la bande dessinée, quand la séquentialisation picturale était alors vécue comme un évènement physiologique majeur...jusqu’à l’avènement du cinématographe.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 3 mars 2011 à  00:53 :

        Haha ! Vous devriez relire Topfer...

        Répondre à ce message

        • Répondu par Dandy Mariol le 10 mars 2011 à  18:27 :

          Quel charabia ! Quelle pompe ! Que de termes amphigouriques et abstrus pour décrire trois fois rien, une fois rien et rien du tout. "Ca" ou un tableau blanc, ça ou 4 minutes et des brouettes de silence, c’est la même chose : moins il y a à voir, moins il y a de matière, plus on jargonne. A mourir de rire.
          A quand une exposition des planches originales de ce chef d’oeuvre indépassable. Ca doit bien se vendre 10 000 ou 15 000 la planche ... au moins

          Répondre à ce message

          • Répondu par Ibn al Rabin le 16 mars 2011 à  18:54 :

            Je vous les laisse volontiers à 5000 euros la page, c’est dire si je brade.

            Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD