Newsletter ActuaBD

Tina Modotti - Par Angel de la Calle - Vertige Graphic

26 août 2011 0 Albums par Thierry Lemaire
🛒 Acheter
  • La vie fascinante de la photographe Tina Modotti est mise encore une fois à l'honneur en bande dessinée. Angel de la Calle propose une biographie à deux niveaux qui creuse les zones d'ombre de cette activiste communiste. Dommage que la forme ne rende pas justice au fond.

Tiens ? Revoilà Tina Modotti. On se souvient d’elle dans L’impertinence d’un été (Chroniques du tome 1 et du tome 2), ce très beau diptyque signé Pellejero et Lapière qui décrivait le bouillonnement intellectuel du Mexique des années 20 dont la photographe était partie prenante. Avec Tina Modotti, Angel de la Calle focalise son attention sur la vie trépidante de cette artiste qui dédia son existence à la photographie et au communisme.
De la Calle a choisi de construire son récit de manière originale mais en même temps un peu décousue. Il intercale en effet à l’intérieur du récit de la vie de la jeune femme des séquences de sa propre vie. Dans ces dernières, on voit la genèse de l’album, à travers les recherches de l’auteur. Cette mise en abimes est d’autant plus pertinente qu’on voit également Angel de la Calle participer à l’organisation d’un festival dans la ville de Gijon intitulé la Semana Negra. Cette manifestation culturelle clairement positionnée à gauche, redoute la victoire de l’opposition municipale de droite, clairement opposé à la tenue du festival. Le parallèle avec le combat de Tina Modotti est intéressant.

Quant à la biographie de la jeune femme, elle est passionnante. Née en Italie en 1896, elle tourne quelques films à Hollywood puis se lance dans la photographie grâce aux conseils d’Edward Weston (on rejoint ici L’impertinence d’un été) avec qui elle part au Mexique dans les années 20. Elle côtoie des artistes comme Diego Rivera, Frida Kahlo ou Pablo Neruda. En 1927, elle adhère au parti communiste mexicain naissant. Idéaliste, elle arrête brusquement la pratique de son art afin de travailler pour le secours rouge. Expulsée du Mexique pour raisons politiques, elle part pour Berlin (1930) puis Moscou. Elle est ensuite envoyée en mission à Paris puis à Madrid pendant la Guerre d’Espagne. Elle retourne enfin au Mexique où elle meurt en 1942.
L’arrière-plan romanesque est d’autant plus fort que Tina Modotti assiste à un meurtre, est le témoin de la Guerre d’Espagne et des purges staliniennes, et meurt dans des circonstances non élucidées. La jeune femme a bien eu une vie haletante. D’ailleurs, ce portrait, même s’il est bienveillant à l’égard de l’héroïne, est sans concessions. Il ne masque pas par exemple son aveuglement à propos de Staline.

Tina Modotti - Par Angel de la Calle - Vertige Graphic
La partie biographie de Tina Modotti
(c) De la Calle/Vertige Graphic

On peut tout de même regretter que dans cette histoire, le dessin soit aussi peu convaincant. Le style est assez daté (on pense à Art Spiegelmann des années Maus), pas toujours vraiment maitrisé et le travail des hachures, omniprésent dans le rendu final, laisse à désirer. Les bulles, invariablement placées en haut des cases, cassent le rythme que l’auteur réussit parfois à mettre. Les plans manquent de variété. Tout cela n’empêche pas la lecture, mais on aurait aimé que le souffle de l’histoire soit mieux représenté dans ces 270 pages.

La très bonne idée, en revanche, est d’avoir ajouté une dizaine de photos de l’héroïne à la fin de l’album. Après avoir parcouru dans le détail la vie de Tina Modotti, on brûle d’en connaitre plus sur son art. Finalement, le contrat est rempli pour ce livre, puisqu’il intéresse le lecteur au destin de la photographe. Dommage toutefois que le traitement graphique n’en rende pas la lecture plus facile et plus exaltante.

Et la partie plus contemporaine
(c) De la Calle/Vertige Graphic

(par Thierry Lemaire)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Newsletter ActuaBD