Newsletter ActuaBD

Tintin : La Paramount accepte de financer le duo Spielberg/Jackson

  • Suite au renoncement de Universal dans le financement de l’adaptation cinématographique de Tintin, c’est Viacom au travers de sa filiale Paramount Pictures qui prend le relais, tandis que le réalisateur américain s’apprête à relancerDreamworks SKG grâce aux Indiens de Bollywood.

Alors que la Universal, ainsi que nous vous l’avions annoncé préférait se retirer du tour de table finançant l’adaptation, en trois volets et en motion capture, des prochaines aventures de Tintin au cinéma, la Paramount a décidé de prendre le relais à quelques jours du démarrage attendu de la production.

On n’est pas un des plus puissants marchands de rêve d’Hollywood pour rien. Un moment compromis, le démarrage de la réalisation de Tintin peut commencer.

L’affaire se passe en deux temps. Premier temps : Paramount et Dreamworks SKG dénouent leurs engagements suite à l’investissement de 1,25 milliards US$ dans la société de production de Steven Spielberg et David Geffen de la part du conglomérat indien Reliance ADA Group, avec comme projet de réaliser six films par an. Les relations entre Dreamworks et Paramount tournaient à l’aigre ces derniers temps et nos compères cherchaient depuis un an des nouveaux financiers. Ils les ont trouvé en Inde. C’est Hollywood sauvé par Bollywood !

Deuxième temps, Paramount décide de financer à 100% le projet Tintin, l’un des 40 films que Spielberg a en projet, pour un montant de 130 millions US$, le budget initial prévu. Une fois de plus, Tintin est sauf !

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Source : LA Times

 
Participez à la discussion
5 Messages :
  • Tintin est né en 1929, les grandes dépressions financières ne lui font pas peur !

    Répondre à ce message

  • Il y a un certain Nick R. qui doit pousser un ouf de soulagement. Ses albums petits formats se vendent très bien et doivent surement couvrir ses frais d’avocats actifs dans sa quête de pureté de la marque, mais tout de même le manque a gagner aurait été énorme.

    Répondre à ce message

  • Tintin est sauf, on verra ça apres le film !

    Répondre à ce message

  • Les films Tintin : Podalydès ou rien !
    24 septembre 2008 15:55, par LC

    J’ai toujours dit que cette histoire de film Tintin par Steven Spielberg sentait le coup foireux, vous verrez que ça ne se fera jamais.

    Et tant mieux d’ailleurs, cette idée de la motion capture est très mauvaise, car elle induit une distance avec les personnages, alors que la force de Tintin, c’est d’être avec les personnages, d’être un personnage soi-même.

    Il y a une question d’esprit aussi, Tintin est européen, seul un réalisateur ayant baigné dans Hergé et son univers peut le retranscrire assez fidèlement et en faire sien sans le trahir.

    Si Moulinsart voulait réellement qu’un beau film Tintin voit le jour (mais le veulent-ils, je ne crois pas ils ont le goût du luxe, en ça ils trahissent Hergé qui aimait que son oeuvre soit populaire et pas élitiste), donc s’il le voulait, il confiraient la réalisation d’un film à Bruno Podalydès, excellent réalisateur et très grand tintinophile. Lui a le savoir-faire et la fantaisie pour mener à bien cette entreprise, ses adaptations du Rouletabille de Gaston Leroux sont parfaites, et on sait que Hergé s’inspira largement de Rouletabille pour créer Tintin (et de La fiancée du Soleil pour le scénario des 7 boules de cristal et du Temple du Soleil).

    Répondre à ce message

    • Répondu par Jacques Langlois le 28 janvier 2009 à  14:48 :

      Vous me faîtes penser à ce passager anonyme dans le train lisant le journal par dessus l’épaule de Tintin au début des "7 Boules" : "ça finira mal cette histoire, vous verrez !". Il y a eu ceux qui , comme vous, ont prétendu que le projet ne verrait jamais le jour. Même l’excellent Peeters en fut. Eh bien, le tournage démarre. Il y a ceux qui pendant deux ans, sans rien voir (et pour cause) du résultat, annonceront le désastre et prédiront "Caramba, encore raté". Et il y a ceux, qui, comme moi, se réjouissent aujourd’hui de voir enfin le projet Spielberg prendre corps. Je le lui ai dit de vive voix à Cannes en mai dernier. Chacun a bien le droit d’avoir un avis...Mais là où vous outrepassez votre droit de critique, c’est d’embarquer de votre côté Hergé lui-même. Car lui, au soir de sa vie, se passionnait pour ce projet d’adaptation de son oeuvre par Spielberg, autorisait ceux qui négociaient en son nom à laisser à Spielberg le droit de faire un film à sa façon en rappelant qu’à ses yeux Spielberg était "un génie". Alors, ne criez pas à l’élitisme (Spielberg vise le grand public, pour le meilleur le plus souvent), sortez de l’européocentrisme -Tintin a tout à gagner à se faire connaître en dehors des territoires déjà conquis- et surtout, surtout, ne parlez pas à la place d’Hergé !

      Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD