Tintin entre à l’école... en provençal

28 novembre 2002 0
  • Les écoliers du sud de la France peuvent à présent étudier la joile langue provençale grâce à quatre aventures animées de Tintin, réalisées par France 3 Marseille.

Destinées uniquement aux enseignants (seulement 300 cassettes ont été fabriquées), ces quatre épisodes, traduits par Jean-Marie Ramier, sont accompagnées de livrets imprimés avec la graphie provençale et la graphie "classique" occitane. Une initiative due à l’association "Telev’oc Provence", qui regroupe les principaux courants régionaux. Les comédiens s’expriment dans les différents parlers locaux.

Si les titres sont évidents même pour les non-initiés à la langue du poète Mistral ("Beloio de la Castafioro", "Lou tresor de Rascas lou Rouge", "L’afaire viro-soulèu", "Lou secret de Lunicorne"), il en est tout autre des fameux jurons du capitaine Haddock. Comme dans le cas des autres langues, il ne s’agit pas d’une simple traduction, mais d’une véritable adaptation, correspondant à des injures qu’un marin provençal aurait pu imaginer s’il avait joué avec les mots comme l’ami de Tintin.

"Mille millions de mille sabords" est ainsi devenu "bougre de couquinasse de tron de pas disque !". Et l’on trouve aussi : "pico pebre" (pique-poivre), "manjo granouio" (mange-grenouilles), "manjo crestian" (mange-chrétien), ou encore "rascas", "barbabou", et bien d’autres noms chantants.

(par Patrick Albray)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?