Tintin et moi - Sadoul - Flammarion

12 février 2003 0 commentaire
  • Pendant longtemps, "Tintin et moi" a été l'unique véritable source officielle d'informations par rapport à Hergé. Numa Sadoul y avait retranscrit les nombreuses heures qu'il avait passées auprès d'Hergé à s'entretenir avec lui de sa vie et de son œuvre. Flammarion réédite ce classique des classiques, sans les illustrations, dans sa petite collection "Champs".

Depuis la mort d’Hergé, de nombreux livres sont venus compléter cette première longue série d’entretiens avec Hergé, longtemps considérée par les tintinologues comme la "bible". On sait, depuis, qu’elle avait été longuement retravaillée par Hergé lui-même, qui en avait gommé toutes les aspérités afin de laisser à la postérité une image polie, la plus brillante possible. "Quand j’envoyai à Hergé le premier jet du texte et qu’il se mit à travailler dessus", raconte Numa Sadoul, "l’enfer commença : à force de perfectionnisme, réécrivant tout, revenant sur les acquis, repartant sans cesse à zéro, peaufinant les idées, ciselant le style, il lui fallut bien trois années pour me livrer un manuscrit bon à imprimer ! Outre le premier jet, je possède donc en archives deux moutures successives largement annotées par Hergé, et je puis attester qu’il travaillait encore avec acharnement sur le texte avant impression !"

Mais ce livre, qui fut le premier d’une telle ampleur consacré à un auteur de bande dessinée, conserve son importance, près de trente ans après sa parution, et on ne peut s’intéresser à Hergé sans avoir lu ces douze heures de dialogue enregistrées durant sept journées successives de 1971, et qui ne virent le jour qu’en 1975, après les nombreuses relectures et corrections d’Hergé. On y découvrait pour la première fois certains des moments-clés de sa vie qui allaient être abondamment abordés par la suite : son divorce, sa dépression nerveuse, le milieu d’extrême-droite dans lequel il avait baigné durant son enfance, etc.

Mais l’auto-censure d’Hergé sur le livre initial fut partiellement levée par Fanny Remi, devenue entretemps Fanny Rodwell, en 1989. Une version plus entière des entretiens fut alors publiée, que reprend la présente réédition. "Les ajouts ne trahissent aucunement Hergé", dit Numa Sadoul. "Je n’ai fait que reprendre des bribes et passages supprimés entre la dernière mouture et les épreuves d’imprimerie, des lignes dument avalisées par Hergé lui-même mais coupées en dernière minute." Cette édition, qualifiée de "définitive", ne l’est donc pas encore. Il reste un manuscrit original intégral chez Numa Sadoul. Et l’on peut donc s’attendre à la voir paraître un jour. Ce que l’auteur espère dans sa préface. Nous aussi, est-il utile de le préciser ?

(par Patrick Albray)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?