Newsletter ActuaBD

Titeuf, le film : Zep pas croyable !

  • Titeuf, le film, sort aujourd'hui en salle. Pas toujours évident de transposer une série à succès en film réussi… Pourtant, Zep a mouillé la chemise, et le résultat s’en ressent : histoire à multiples degrés, luxuriance de détails, rires mais aussi de l’émotion, ainsi qu’une bande sonore plus qu’entraînante.

Avec plus de dix-sept millions d’albums vendus (sans compter les traductions), Zep est un des grands auteurs populaires de la nouvelle génération. Si son héros à la mèche blonde a conquis depuis longtemps les cours de récréation, il a également su toucher le public adulte avec son récent Happy sex écoulé à plus de 400.000 exemplaires.

Titeuf, le film : Zep pas croyable !
Les albums de la série ressortent sous une nouvelle maquette.

Lui restait-il encore des défis à relever quand on brille ainsi par la réussite, et que les dessins animés tirés de sa série fétiche continuent en boucle de ravir les têtes blondes sur le petit écran ? Oui ! Passer à la vitesse supérieure en écrivant et en réalisant soi-même un long métrage. Deux années de travail et des milliers de dessins plus tard, Titeuf débarque donc en trois dimensions dans toutes les salles obscures du pays.

Les clés de la réussite

Avouons-le, c’est avec une pointe d’appréhension que nous nous sommes calés dans le fauteuil moelleux destiné à améliorer le confort de ce visionnage. En effet, si Zep n’a pas son pareil pour réaliser de somptueux gags en mettant en avant les turpitudes de notre vie quotidienne (au lit ou dans la cour de récréation), le passage au long récit de 46 planches n’avait pas été réellement transformé. Le tome 10 de Titeuf, Nadia se marie, présentait beaucoup de lenteurs et l’intérêt de quelques situations cocasses se diluait dans le lent rythme de leur mise en place. Quand on sait que le film traite justement de la boum que Nadia organise pour son anniversaire et que notre héros n’y est pas convié, on craignait de tomber dans les mêmes clichés et les mêmes erreurs.

Heureusement, cette appréhension se dissipe très rapidement dès la scène d’intro du film, une préhistoire imaginaire mettant en scène les différents protagonistes, histoire que les adultes ayant fait l’impasse sur les albums, puissent raccrocher les wagons. D’emblée, le ton est donné : le dessin est fidèle et coloré, la 3D intéressante sans être réellement utilisée de manière suffisamment bluffante, mais l’écriture est bien présente, jouant de dérision sans oublier un certain côté graveleux qui a fait le succès du personnage.

Le coffret Artbook en tirage limité

Quant à la thématique du film, dont on craignait la monotonie et le faible intérêt pour les plus de quinze ans, il prend tout sa valeur lorsque la séparation des parents de Titeuf se greffe à cette boum-anniversaire qu’il ne faut pas rater. Zep joue alors en permanence sur les deux tableaux, passant du ‘divorce’ à la recherche du cadeau pour Nadia, de la visite aux grands-parents accueillant provisoirement les ‘filles’ de la maison aux réflexions de la cour d’école. Chaque trame vient progressivement enrichir l’autre, et l’on profite alors de savoureuses et imaginaires explications de Titeuf sur le genre humain, en particulier concernant l’amour et ses déboires.

Le film peut d’ailleurs se voir comme une série d’une quarantaine de gags, reliés entre eux par quelques ponts narratifs. Zep est donc parvenu à écrire un très bon récit, fort de son expérience sur les albums de Titeuf. L’ensemble est donc drôle et parfois touchant. N’allez tout de même pas vous attendre à un éclat de rire toutes les 30 secondes ! Le film est écrit pour garder toute sa cohérence, sans forcer le trait, ce qui n’aurait pas pu convenir au thème plus ‘dramatique’ de la séparation parentale.

Pour ces diverses raisons, Zep a particulièrement réussi son film : la prime jeunesse profitera des facéties du héros (la scène préférée de ma fille de 6 ans est celle de la guitare-caleçon), les adolescents riront de ses difficultés amoureuses tout en percevant la situation des enfants séparés, tandis les adultes apprécieront en particulier ce regard décalé sur les difficultés de couple.

Paroles et musiques

Le dessin joue bien entendu une place déterminante dans la réussite du film. On appréciera d’ailleurs quelques clins d’œil comme le détournement de certaines publicités, ainsi que le bref moment où Zep qui se croque lui-même dans une séquence de course-poursuite orientée Turner and Hooch.

Titeuf se décline en livre de stickers, en livre-puzzle, en divers albums...

Mais dans un dessin animé tel que celui-là, le choix des voix revêt également sa part d’importance. Donald Reignoux qui incarne déjà Titeuf dans le dessin animé a été confirmé pour le film. Il est vrai que sa voix colle fort bien au caractère du blondinet, et que les enfants qui regardent leur héros à la télévision auraient mal compris qu’il perde ce ton de voix si caractéristique. Pourtant, certaines phrases sont parfois dites si vite, avec cette prononciation si spéciale, qu’il faut réellement tendre l’oreille pour saisir les subtilités que Zep a voulu y glisser.

Pas de souci pour toutes les autres voix, en particulier celle de Maria Pacôme et Jean Rochefort, sublimes grands-parents du blondinet, ou Michael Lonsdale qui incarne un savoureux pédopsychologue.. La palme revient sans doute à Johnny Hallyday qui interprète ‘son’ propre rôle dans le film. La scène est à la fois drôle et sincère, pour se transformer en une merveille de réussite lors que la chanson vient apporter son élément de fantaisie.

Superbes décors, truffés de clins d’oeil

Deux ou trois scènes sont ainsi exclusivement musicales, sans doute en hommage à certains films de Goscinny-Tchernia, mais aussi parce que Zep est également un grand fan de musique. C’est d’ailleurs lui qui a écrit le titre principal de cette bande sonore Les Filles, à quoi ça sert ?, dans un style qui rappelle fort celui que J.J. Goldman dans la chanson qu’il avait écrite pour Garou en 2003. C’est tout naturellement que Zep a été trouvé le pseudo-retraité de la chanson française pour lui demander d’interpréter ce titre. Petit retour à l’envoyeur, car c’est Goldman qui l’avait approché le premier pour réaliser graphiquement le livret de son dernier album.

...mais aussi en divers albums de coloriage !

Pourtant, Goldman n’est pas seul à y donner de la voix, car il est accompagné de Souchon, Cabrel et Bénabar. Si l’on rajoute qu’un autre titre de cette bande originale résolument people a été écrit et interprété par Grégoire tandis que James Blunt en chante une autre, vous comprendrez qu’au-delà de Johnny, l’accent a été particulièrement mis sur cet aspect.

Livres en tous genres

Avec la sortie du film, toute une série d’albums et d’objets envahissent donc les étals des grands magasins et libraires plus ou moins spécialisées : livres-puzzle, livre du film avec lunettes 3D (un comble alors que la réalisation profite fort peu de cet aspect dans le film lui-même), puzzle, album du film en version longue, nouvelle maquette des douze tomes de Titeuf, livres de coloriages et j’en passe.

Notre attention s’est pourtant portée sur deux éléments émergeant du lot : l’album de la BO, mais aussi un très bel artbook reprenant les étapes de la réalisation du long métrage. Les photos sont superbes, l’impression est d’un excellent niveau et le contenu est à la hauteur de ce qu’on peut attendre après avoir été touché par le film. De plus, on retrouve tous les détails cachés dans les arrière-plans, en particulier les affiches musicales mettant en avant les passions de Zep.

L’artbook reprend toutes les étapes de la réalisation du film pour un excellent rapport qualité-prix.

Cette première sortie ciné BD de l’année est donc à conseiller, avec ou sans enfant. Le succès populaire sera sûrement au rendez-vous, ce qui sera amplement mérité vu l’investissement du dessinateur et le soin apporté à l’écriture.

Faudra-t-il en faire un second ? Si les entrées établissent un record et que l’idée est là, pourquoi pas ? Mais gageons qu’après s’être autant investi dans le film, Zep voudra sans doute retrouver le plaisir de la planche… et nous de le lire, tout simplement.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

En salle depuis le 6 avril.

Commander :
- La bande originale chez Amazon ou à la FNAC
- L’Artbook chez Amazon ou à la FNAC
- Le coffret Artbook ultracomplet avec un ex-libris signé par Zep chez Amazon ou à la FNAC
- Le livre en 3D avec les lunettes chez Amazon ou à la FNAC
- L’album du film chez Amazon ou à la FNAC

Voir les premières pages de l’artbook, d’un livre de coloriage, du coffret artbook, d’un livre de stickers, de l’album du film, de l’album des images en 3D, etc

 
Participez à la discussion
6 Messages :
  • Titeuf, le film : Zep pas croyable !
    7 avril 2011 20:48, par Oncle Francois

    Votre critique enthousiaste m’a presque rassuré, j’irai donc sans doute voir ce film puisque vous en dites du bien. J’espère toutefois ne pas être trop déçu, car disons-le honnètement, la bande-annonce ne donne pas vraiment envie pour 1h30 de délires de ce niveau...

    Répondre à ce message

    • Répondu par Charles-Louis Detournay le 8 avril 2011 à  09:19 :

      J’ai partagé votre impression (et donc appréhension) en visionnant la bande-annonce. Mais elle ne balaie pas suffisamment le contenu du film.

      Celui-ci est donc de bonne qualité, et mérite réellement le détour si on apprécie le grognon à touffe blonde (à ne pas confondre avec Cubitus).

      Répondre à ce message

      • Répondu par Oncle Francois le 10 avril 2011 à  09:44 :

        J’ai vu le film vendredi dans l’après-midi, et vous avez raison pour la bande-annonce qui a manifestement été conçue pour attirer un public très jeune. J’ai posté un commentaire détaillé sur le prestigieux site cinemovies à l’adresse suivante :

        http://www.cinemovies.fr/fiche_film.php?IDfilm=20538

        Répondre à ce message

  • Titeuf, le film : Zep pas croyable !
    8 avril 2011 14:43, par Lo

    J’ai été ému et emballé par Titeuf le film. Mais qu’en est-il du public ? Quelqu’un sait-il si le lancement correspond aux attentes question entrées ?

    Répondre à ce message

    • Répondu le 9 avril 2011 à  20:14 :

      sondage de satisfaction : 100% des deux spectateurs ont ultra adoré.
      Gabriel, 7 ans et demi : "j’ai adoré quand la vache pète sur Titeuf et aussi quand Titeuf embrasse une chaussette avec la langue !".
      Thierry, 47 ans et demi : "J’ai adoré la scène avec Johnny !".
      Gabriel, 7 ans et demi : "C’est qui, Johnny ?"

      Répondre à ce message

    • Répondu par Oncle François le 14 avril 2011 à  23:16 :

      367541 entrées avec 786 copies pour la première semaine d’exploitation du porte-monnaie des spectateurs, c’est le meilleur score de la semaine, mais pas un plébiscite...

      Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD