BD d’Asie

Tôgen Anki : La légende du sang maudit T. 1- Par Yura Urushiba – Éd. Kana

Après avoir appris que du sang Oni coule dans ses veines, Shiki rejoint l’agence Oni, pour survivre et venger la mort de son père. Leur but : combattre l’agence Momotarô qui cherche à les massacrer.

Première série de Yura Urushiba, Tôgen Anki est l’histoire d’une guerre entre deux clans. D’un côté, l’agence Momotarô chasse les Oni (démons japonais). Et de l’autre, l’agence des Oni lutte pour survivre et se défendre contre les descendants de Momotarô. C’est dans ce conflit qu’est embarqué le jeune Shiki qui découvre ses origines Oni pendant une attaque d’un membre du clan Momotarô. Suite à cette bataille, son père adoptif meurt et Shiki se fait recruter -légèrement de force- dans l’agence Oni pour combattre le clan Momotarô. C’est pour lui le début d’un entrainement dur qui devra l’amener à devenir plus fort et venger la mort de son père.

Tôgen Anki : La légende du sang maudit T. 1- Par Yura Urushiba – Éd. Kana
Tôgen Anki
© Yura Urushiba/Kana éditions

Cette introduction où le héros voit son père adoptif tué sous ses yeux et qui s’avère avoir du sang de Oni dans ses veines rappelle le début du manga Blue Exorcist. Mais ici, il ne rejoint pas les forces qui combattent les démons mais le camp adverse, qui n’est pas si mauvais qu’on pourrait le croire. En effet, ce premier tome nous présente le clan Momotarô comme des exterminateurs sans pitié. Ils massacrent toute personne qui a la moindre parenté avec un Oni, sans distinction. C’est dans ce contexte que les Oni ont décidé de leur faire face. Non pas pour tuer des innocents, mais pour se défendre et protéger leurs semblables. La petite originalité de ce shōnen repose donc sur le point de vue de l’histoire. En effet, nous suivons les Oni qui, ici, et contrairement à d’autres œuvres, sont des personnes qui cherchent à vivre en paix. C’est une façon inhabituelle de revisiter la légende de Momotarô.

Tôgen Anki
© Yura Urushiba/Kana éditions

Dès les premières pages, le lecteur est plongé dans l’action avec l’attaque du membre du clan Momotarô. Les scènes de combats sont très présentes et donnent un côté dynamique à ce titre. L’accent est mis sur le sang, élément central des combats. En effet, pour se battre, les Oni utilisent leur sang, modulable et pouvant prendre toute sorte de formes. Les planches s’en ressentent, pleines d’un caractère sanglant et glauque dans les scènes d’actions. Ce pouvoir permet de montrer au lecteur de nombreuses techniques variées comme l’utilisation du parapluie et de l’arme à feu, permettant ainsi d’avoir des batailles intéressantes.

Tôgen Anki
© Yura Urushiba/Kana éditions

Cependant, les combats ont une place beaucoup trop importante dans l’histoire et empiètent sur le scénario, trop peu développé. Les scènes d’actions, bien qu’agréables visuellement, donnent trop peu de profondeur à l’intrigue et causent un déséquilibre dans l’histoire. De plus, ce shōnen nekketsu reprend tous les codes classiques du genre avec des personnages très clichés et un développement scénaristique prévisible.

Pour une personne qui n’est pas familière du genre, ce manga peut être une bonne découverte avec un système de combat intéressant centré sur le sang et un point de vue atypique. Néanmoins, si on a l’habitude de lire des mangas nekketsu, celui-ci n’arrive pas à se démarquer suffisamment à ce moment de l’histoire. Les personnages ont des personnalités vues et revues, avec notamment un héros pas très futé, insolent et au sang chaud qui a du mal à émouvoir. Un début d’intrigue au scénario assez plat et qui fait écho à de nombreuses autres œuvres. De plus, cela peut donner l’impression que l’auteur cherche à cocher toutes les cases du genre sans trop approfondir son récit.

(par Malgorzata Natanek)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN : 9782505113744

PAR LE/LA MÊME JOURNALISTE  
A LIRE AUSSI  
BD d’Asie  
Derniers commentaires  
Agenda BD août 2022  
Agenda BD septembre 2022  
Exposition
du 10/09/2022 au 17/09/2022
Exposition Pascal Graffica à Strasbourg
Exposition
du 15/09/2022 au 1er/10/2022
Expo - Coco : dessins félins et autres bestioles (Paris)
Dedicace
du 21/09/2022 au 21/09/2022
Séance de dédicace avec Libon et Julien Solé
Exposition
du 22/09/2022 au 8/10/2022
Exposition "Ana & l’Entremonde" de Cy.
Salon
du 24/09/2022 au 25/09/2022
Salon "La BD prend l’air", 23e édition
Festival
du 24/09/2022 au 25/09/2022
8e Festival BD de Sainte-Livrade-sur-Lot
Festival
du 24/09/2022 au 25/09/2022
1er Salon de la BD Jeunesse à Paris 15
Agenda BD octobre 2022  
Exposition
du 5/10/2022 au 5/10/2022
GIBERT dédicace : Ruben del Rincon
Festival
du 5/10/2022 au 16/10/2022
Festival Caribulles à Baie Mahault (Guadeloupe)
Du 6 au 22 octobre 2022, (...)
du 6/10/2022 au 22/10/2022
Exposition-vente - Laurent Bidot - à la Galerie de la Bande Dessinée (Bruxelles)
Festival
du 8/10/2022 au 9/10/2022
La Foire aux Images - Festival BD Lagrasse (Aude)
Exposition
du 14/10/2022 au 16/11/2022
Rencontre avec Elene Usdin à Villemonble (93)
Salon
du 15/10/2022 au 16/10/2022
Fête de la BD de Jeumont
Festival
du 15/10/2022 au 16/10/2022
Festival de la BD engagée du Choletais
Dedicace
du 16/10/2022 au 16/10/2022
Dédicace de Igor CHIMISSO
Du 27 octobre au 12 novembre
du 27/10/2022 au 12/11/2022
Exposition-vente - Benjamin Benéteau - à la galerie de la Bande Dessinée (Bruxelles)
Agenda BD novembre 2022  
Du 17 novembre au 3 décembre
du 17/11/2022 au 3/12/2022
Exposition-vente - Hugues Labiano - à la Galerie de La Bande Dessinée (Bruxelles)
Agenda BD décembre 2022  
Newsletter ActuaBD