Tokyo Killers - Par Natsuo Sekikawa et Jiro Taniguchi - Kana

21 mai 2016 0 BD d’Asie par Aurélien Pigeat
Éditeur : Kana
Acheter cet album
  • Recueil de nouvelles des années 1980 du duo Sekikawa/Taniguchi, dans la veine de {Trouble is my business}. Avec une bonne dose de tragique et un soupçon d'amertume.
Tokyo Killers - Par Natsuo Sekikawa et Jiro Taniguchi - Kana
Bar, barman, scotch et courtisane, en attendant la mort : les codes du film noir sont bien là
Tokyo Killers © Natsuo Sekikawa et Jiro Taniguchi

Jirô Taniguchi et Natsuo Sekikawa avaient déjà travaillé ensemble sur une série, en 1980, autour de la figure du privé : c’était Trouble is my business. Quelques années plus tard, en 1986, ils tentent de s’emparer de celle du tueur à gage, dans une constellation de récits distincts les uns des autres, par leur localisation, leurs personnages et leurs enjeux. Mais reliés quand même entre eux par certains récurrences, par des effets d’échos et surtout par un travail sur l’atmosphère.

Plus encore que le privé, le tueur à gages, qu’il soit chasseur ou chassé, porte le poids de la fatalité et imprègne de tragique le récit qui s’empare de lui. Le tueur véhicule l’idée du point final, sous forme de balle létale, et nos personnages apparaissent avant tout au en bout de course, désabusés, à bout de souffle.

Cela confère une teinte de désespoir, ou à tout du moins de mélancolie, à ce recueil qui pourtant interroge, d’une certaine manière, le sens de l’existence et offre de vraie tranches de vies, rageuses, pied de nez à la mort, notamment à travers la représentation de la sexualité.

Libido contre pulsion de mort ; une femme offerte contre un souvenir perdu
Tokyo Killers © Natsuo Sekikawa et Jiro Taniguchi
Des trains qui passent pour des vies qui filen. Et les deux tueurs, lointainement suivis, enfin face à face.
Tokyo Killers © Natsuo Sekikawa et Jiro Taniguchi

Il y a ainsi des choses étonnantes et belles dans ce recueil. Voire expérimentales comme ce premier récit, Good Luck City, inachevé, tout en couleur, aux planches muettes, simplement accompagnées d’une narration elliptique.

Et il faut un vrai travail d’adaptation littéraire, dans la traduction de Thibaud Desbief, pour donner corps à ce passage sinon assez aride et hermétique.

Mais il y a d’autres développements, plus simples, concentrés, et plus réussis, comme Hotel Harbour-View, splendide attente de la mort au bar d’un hôtel, ou le final de Brief Encounter, magistral solde de tout compte dans le métro parisien.

Demeure cependant une impression de tentatives et tâtonnements qui pourra dérouter le lecteur ou lui faire lâcher prise. À force d’installer une ambiance, de travailler le cadre et les codes, on en oublie presque de raconter quelque chose, de construire un récit. C’est un peu la limite de ce qui s’approche de l’exercice de style, et certaines fulgurances masquent difficilement quelques errements.

Planches muettes et narration
Tokyo Killers © Natsuo Sekikawa et Jiro Taniguchi

(par Aurélien Pigeat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Tokyo Killers. Par Natsuo Sekikawa (scénario) et Jiro Taniguchi (dessin). Traduction Thibaud Desbief. Postface de Marc Fernandez. Kana, collection Made In. Sortie le 18 mars 2016. 208 pages. 15 euros.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

De Taniguchi, sur ActuaBD :
- Les Rêveries d’un gourmet solitaire
- Ice Age Chronicle of the Earth
- Elle s’appelait Tomoji
- Les Contrées sauvages
- Trouble is my business T1 et T2
- Les Enquêtes du limier
- Jirô Taniguchi, entretiens pudiques
- Jirô Taniguchi, une anthologie
- Enemigo
- « Il faut apporter une nuance dans l’état intérieur des personnages pour susciter l’émotion » (Entretien en novembre 2010).
- Les Années Douces T1
- (Le Chien) Blanco
- Un Ciel Radieux
- Encyclopédie des animaux de la préhistoire
- Garôden
- Le Gourmet Solitaire
- K
- Mon Année T1
- Le Promeneur
- Quartier Lointain T2
- Le Sauveteur
- Seton, le naturaliste qui voyage T4 et T2
- Le Sommet des Dieux T3 et T2
- Au Temps de Botchan
- Un Zoo en Hiver