Newsletter ActuaBD

Topo numéro 10 / Dossier manga, une piqûre de rappel mais pas la panacée...

  • Le n°10 de Topo contient un dossier consacré au manga, destiné aux néophytes. Il est intéressant, mais est trop court pour être précis.

Des fans de mangas, il y en a pléthore. Des fans qui savent bien en parler, il y en a relativement peu ! D’après Topo, magazine consacré à la lecture dans sa riche globalité, Stéphane Beaujean ferait partie de ceux-là. Ce dernier signe, avec son article dans le numéro 10 dudit magazine, un dossier de « vulgarisation » du manga, accessible aux plus néophytes et « nipponophobes » des bédéphiles.

Le texte commence par un récapitulatif succinct de l’histoire du manga. Le tour d’horloge débute par Hokusai, passe tout naturellement à Tezuka puis bondit sans crier gare à Otomo, pour finir par une ouverture éventuelle sur le futur avec « l’origine du troisième choc qui bouleversera l’univers du manga » alias Taiyou Matsumoto...

Nous passons par la suite à un historique du marché du manga au Japon avec chiffres et titres phares à l’appui, pour ensuite mieux bifurquer sur la désormais classique classification des genres. Celle-ci a le mérite d’être exhaustive et détaillée tout en restant brève par rapport à la plupart des articles sur le sujet.

Le lecteur est invité à découvrir les mœurs très particulières de lecture de BD dans la société japonaise. Avant de perdre les plus réticents, Beaujean nous livre sa sélection de mangas aptes à convertir les plus « mangaphobes », puis enchaîne sur celle des films d’animation.

Rapide œillade en France avec le passif manga de l’hexagone, ainsi que sur les cinq stéréotypes dont le manga fut le plus souvent et injustement accusé. Suivent les interviews de Dominique Véret, directeur de la collection Akata chez Delcourt et de Sébastien Langevin, rédacteur chef adjoint du virus manga, acteurs actifs du mouvement manga en France depuis plus d’une décennie.

Beaujean s’égare avec un article à la légitimité douteuse sur le manga coquin Step up love story. Et enfin, le dossier s’achève avec un petit guide de mangas coup de cœur, réalisé par l’auteur de l’article assisté de quelques chroniqueurs spécialistes ou non.

Les fans acharnés et puristes auront sûrement beaucoup à redire sur ces quelques récapitulatifs et chronologies approximatives mais force est d’admettre que pour les bédéphiles peu habitués au manga (malgré le battage médiatique actuel), ce dossier est une introduction rapide qui pourrait éventuellement aiguiser leur curiosité pour le neuvième art nippon.

Cependant, mon plus grand bémol vise le passage présentant Step up love story, manga estampillé « mode d’emploi de la sexualité » comme exemple probant et insolite de curiosité éditoriale nipponne. Le cas de cet ouvrage est vraiment trop particulier et dénote totalement du reste de l’exposé qui se veut généraliste au possible.

(par Anh Hoà Truong)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Ce magazine peut être commandé sur Internet sur le site Presse de France

 
Newsletter ActuaBD