Toussaint 66 - Kris et Lamanda - Delcourt

14 novembre 2002 0
  •  "Votre mère voudrait que vous dispersiez ses cendres... hum, au Congo.... euh, en Afrique." C'est par ces mots embarrassés du notaire chargé de faire exécuter les dernières volontés de sa mère fraîchement incinérée que Toussaint apprend qu'il va devoir retraverser l'Afrique noire. En suivant exactement une route qu'il avait empruntée quinze ans plus tôt, l'année où il la quittait pour s'y installer, ne sachant pas qu'il ne la reverrait plus jamais. Sur la route, vont resurgir des témoins de son passé et ramener au présent des tonnes d'émotions enfouies.

Toussaint Polignac, barbouze incurable ayant passé la majeure partie de son existence en Afrique, n’a pas revu sa mère depuis quinze ans.

Quand celle-ci passe l’arme à gauche, Toussaint accepte de respecter à la lettre les dernières volontés maternelles. Et tant pis si celles-ci doivent lui faire reprendre une route qui commence à l’épuiser.

Au bout du voyage, il y a sans doute bien plus qu’un simple respect : de véritables retrouvailles...

Natifs de Brest, Kris et Julien se rencontrent tout naturellement... à brest ! Après deux récits courts publiés dans "Le Violon Dingue", le duo s’attelle à Toussaint 66, une histoire familiale, drôle et sensible, imaginée par Kirs d’après les souvenirs de ses oncls, infatigables baroudeurs longtemps exilés en France.

(par Patrick Albray)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Après un très chouette texte d’introduction racontant la genèse de ce livre étonnant, commence cette incroyable histoire basculant sans cesse entre le burlesque et l’émotion. Le début est hilarant, le voyage de cet homme accompagné d’une urne funéraire à qui il ne cesse de parler, particulèrement réjouissant, et les dialogues vraiment excellents. La fin, très belle, est particulièrement émouvante. Préparez les mouchoirs !
Le dessin est souvent un peu lourd et il mériterait un peu plus de sobriété, mais le travail du noir et blanc retranscrit efficacement toutes les nuances d’un scénario tout en contrastes. Une très bonne surprise pour un premier album qui permet aux auteurs d’entrer directement dans la cour des grands.

Lire un extrait

  Un commentaire ?