Tout seul - Par Chabouté - Vents d’Ouest

30 septembre 2008 3 commentaires
  • Emprisonné volontaire sur un rocher au milieu de l'océan, un homme fuit la compagnie de ses semblables, mais comment tromper la solitude qui l'assaille ? Émouvant et percutant à la fois, Chabouté change la donne, mais nous livre, une nouvelle fois, un chef d'œuvre qui fera date.

Cinquante ans qu’il vit ici, sur ce caillou, ce phare, dans son vaisseau de granit. Bateau immobile qui ne l’emmène nulle part et qui ne rejoindra jamais aucun port... Quinze ans que ses parents sont morts, mais pourquoi quitter ce lieu alors que le monde au-delà de cette satanée ligne d’horizon fait si peur ? Où s’évader lorsqu’on n’a nulle part où aller ? Comment combattre la solitude et empêcher que ce silence perpétuel ne devienne assourdissant ? Des années passées sur son rocher, avec l’imagination comme seule compagne, il ne voit pourtant pas le temps passer...

Tout seul - Par Chabouté - Vents d'Ouest
Quatre des premières pages de l’album

Lauréat du Grand Prix RTL 2006, Christophe Chabouté continue à explorer de nouveaux domaines. Dans un format 170 x 245 mm, très proche de l’intégrale comprenant Zoé, Sorcières, Pleine Lune et la Bête, il adopte un rythme de lecture plus rapide, à l’aide de grandes pages simples. Effectivement, si on peut être rebuté par l’imposante épaisseur de l’album (370 pages), sa grande lisibilité, et l’abondance de séquences sans texte confèrent à l’ensemble une fluidité qui n’enlève rien à la profondeur du thème abordé.

Les jeux d’ombres et de lumières profitent du trait fin de Christophe Chabouté et de ses grands aplats noirs, mais c’est surtout le découpage qui saute aux yeux, très proche de celui d’un film d’animation. On peut en admirer des exemples ci-contre, rassemblant à chaque fois, quatre pages du premier chapitre. Si cet affront au découpage originel manque parfois de cohérence, il permet de se faire une idée de la construction du récit. Les puristes retrouveront toute la force du graphisme de Chabouté en visitant le site de notre partenaire, France 5.

Quatre autres pages donnant un aperçu du découpage de l’album

Mis à part sa construction et son graphisme qui à eux seuls méritent le détour, Tout seul nous raconte surtout une superbe histoire. Dans un récit où le premier chapitre très cinématographique nous donne le rythme de l’ensemble, on approche petit à petit le héros du récit, pour se passionner de son incroyable vécu et s’étonner de sa candeur. À travers ces rêves, Chabouté réalise une ode à l’imaginaire. Transcendant le quotidien dans lequel nous nous engluons volontiers, il nous invite à redécouvrir le monde qui nous entoure, ainsi que nos expressions les plus usuelles.

Empli de tendresse, Tout seul est un cadeau au lecteur, tout simplement.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Lire 18 planches de l’album sur le site de notre partenaire France 5

Commander Tout seul sur Internet

Chabouté sur ActuaBD, c’est aussi :
- Henri Désiré Landru
- Construire un feu, sélectionné au FIBD d’Angoulême 2008.
- Purgatoire

Les illustrations sont © Chabouté/Vents d’Ouest.

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • Tout seul - Par Chabouté - Vents d’Ouest
    30 septembre 2008 14:01, par pol

    "Émouvant et percutant à la fois, Chabouté change la donne, mais nous livre, une nouvelle fois, un chef d’œuvre qui fera date."

    moi j’aime quand c’est redondant deux fois !!! ;-)

    Répondre à ce message

    • Répondu par Charles-Louis Detournay le 30 septembre 2008 à  19:54 :

      Merci Pol de votre regard observateur :-)

      Et pourtant, les distinctions entre ces deux sentiments, ainsi qu’entre les styles des derniers livres de Chabouté m’ont conforté dans cette construction de phrase, même si je peux comprendre la perplexité qu’elle peut engendrer.

      Répondre à ce message

  • cet auteur si éloigné de la bd bobo et pourtant si moderne...grand oui !

    Répondre à ce message