Tout va bien, enfin ça va aller – Par Bruno Isnardon et Eva Roussel – Éd. La Relève et la peste

17 juin 2020 0 commentaire
  • Eva Roussel, Bruno Isnardon et les éditions La Relève et la peste nous donnent à lire, pour la première BD de la maison, un récit intimiste et partisan des thèses collapsologues. L’effondrement documenté prend racine en 2008, à l’acmé du fameux pic pétrolier. Vivez, aux côtés du couple d’auteurs, l’effet domino engendré : crise financière, disette et raréfaction des ressources, tentative de maintien de l’ordre étatique et surtout, la transition qui s’en suit.

Pour ce faire, Plüche et Nours, alias Eva Roussel et Bruno Isnardon, construisent une autobiographie d’anticipation, imageant les questionnements inhérents à la prise de conscience du caractère péremptoire de nos modes de vie.

Tout au long d’une ininterrompue conversation au ton volontairement rassurant et bienveillant – qui contrebalance l’anxiété du sujet - deux lignes temporelles se déploient. La première est un présent post-transition coloré, la seconde un flashback, tout en nuances de gris, documentant leur quotidien lyonnais pré et pendant l’effondrement. Cette narration de leurs souvenirs constitue la plus grande partie de l’album.

Tout va bien, enfin ça va aller – Par Bruno Isnardon et Eva Roussel – Éd. La Relève et la peste
© La Relève et la peste

La dichotomie colorimétrique pensée par les auteurs est partisane et vise à présenter leur passé (notre présent ?) comme une période morne et austère, impression renforcée par le cadre urbain de la première partie du récit. Un procédé maîtrisé et rehaussé, dans le cas du présent de narration, par des couleurs chatoyantes, agréables à l’œil et accueillantes bien que pêchant par son manque d’originalité. Profitons-en également pour saluer le travail des éditions La Relève et la peste qui pour leur premier objet graphique ont soigné la finition proposant un bel écrin format carré et carton texturé.

© La Relève et la peste

Avant de conclure en vous recommandant chaudement la lecture du premier tome de Tout va bien, enfin ça va aller, notez qu’il s’achève sur un plot twist prometteur d’un second tome riche en rebondissements. À son sujet, laissons-nous aller à quelques conjectures : le second tome pourrait aborder plus en profondeur les dérives sécuritaires que peuvent entraîner de telles situations, poursuivant ainsi l’exposé des théories collapsologues et les conséquences d’un effondrement à hauteur d’humain.

Quoiqu’il en soit, espérons que Plüche et Nours conservent le couple comme prisme d’appréhension de ce possible futur, véritable force de ce premier tome !

Voir en ligne : Commandez l’album "Tout va bien, enfin ça va aller" sur le site des éditions La Relève et la peste

(par Thomas FIGUERES)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Tout va bien, enfin ça va aller – Par Bruno Isnardon et Eva Roussel – Éd. La Relève et la peste - Prix : 23 euros

  Un commentaire ?