Triangle rose : L’enfer des homos

5 janvier 2012 2 commentaires
  • Parti d’un oubli terrible de l’Histoire, cet album incontournable adresse un message fort, en particulier lorsque sont évoquées des conséquences tragiques dans notre France contemporaine.

En tant que journaliste, on a beau vouloir donner un avis le plus argumenté possible, on est toujours influencé par sa propre histoire. Personnellement, j’avais 12-13 ans, lorsque j’ai lu Ça, un roman de Stephen King, mettant en scène un monstre-clown qui se nourrissait d’une ville telle un vivier perpétuel de victimes et qui attisait la haine entre ses citoyens. Je fus principalement marqué par une phrase, utilisée par le romancier pour démontrer l’ambiance de la ville : « Sida, train de Dieu pour l’enfer des homos ! »

Le chapitre est composé d’autres « réflexions anti-homosexuelles à la [même] logique glaciale » [sic] sensées poser le climat de la bonne ville de Derry juste avant le tabassage d’un « pédé »[re-sic] dans les règles de l’art, et se conclut par une exécution odieuse. Loin de se porter garant de telles exactions, Stephen King voulait surtout s’en faire l’écho, et utilisait ces termes très durs pour stigmatiser ces faits.

Si cette phrase m’a marqué, c’est que je ne me doutais pas à cet âge que l’on puisse être à la fois aussi imbu de soi-même, fanatisé et dans la haine de l’autre, pour imaginer que son Dieu (quel qu’il soit) ait créé une maladie aussi horrible pour éradiquer des personnes simplement à la recherche de leur bonheur et leur bien-être, comme tout un chacun.

« Ce n’est qu’un livre, me rassurais-je, Il fallait bien expliquer la dépravation initiée par le monstre pour que Stephen King construise son récit : de tels sentiments ne pourraient aller jusqu’à de telles extrémités dans la réalité. »

J’étais encore naïf.

Une plongée dans l’Allemagne des années 1930

Michel Dufranne, scénariste de Football, Souvenirs de la Grande Armée, Helldorado, la Guilde et qui également adapté la Bible, Candide, Dracula et Beowulf, a publié il y a quelques semaines un one-shot de 140 pages de petit format, intitulé Triangle rose.

Le pitch en est simple, bien que la thématique n’ait jamais été traitée en bande dessinée : de nos jours, une bande de lycéens doit réaliser un travail sur la Seconde Guerre mondiale, et envisage d’aller interviewer l’arrière-grand-père de l’un des leurs plutôt de réaliser un copié-collé issu de Wikipedia. S’ensuit la chronologie authentique d’un Berlinois homosexuel de 1932 à 1946 : les débuts du régime hitlérien, la persécution, les camps. Puis la fuite en France, où il découvre une autre réalité.

Tout le récit est basé sur un article légal, dénommé « le paragraphe 175 », dont les origines remontent à 1794, date de la promulgation d’une loi prussienne condamnant l’homosexualité masculine qui a été ensuite étendue, notamment à partir de 1935, au reste de l’Allemagne. « Les Homosexuels sont alors considérés comme un péril pour la race », expliquent les auteurs sur le rabat de la quatrième de couverture, car ils « refusent de se reproduire ». Pourchassés, ils seront parmi les premiers à subir l’univers concentrationnaire et, ]placés en bas de la hiérarchie des prisonniers, leur taux de mortalité sera d’ailleurs bien plus élevé que celui de leurs co-détenus.

« J’ai découvert le sujet du Paragraphe 175 il y a plus de 20 ans, dans un contexte chargé d’émotion, nous explique Michel Dufranne. Il m’a donc fallu deux décennies pour devenir scénariste et me dire que j’avais peut-être quelque chose à raconter sur le sujet. Entre-temps, j’ai vraiment eu le temps de me documenter, car si nous n’écrivions pas une thèse - nous laissons cela aux chercheurs et aux historiens -, nous tentions seulement d’écrire une "belle" histoire avec un fort contenu historique, à l’instar de ce que font les "maîtres ès récits historiques" que sont Fabien Nury et Kris. Mais il me semblait impossible d’apporter une vraie force à la narration et aux émotions s’il n’y avait pas eu en toile de fond un "corpus historique" solide. »

C’est un des grands points forts du récit : cette construction ultra-documentée. Le contexte historique, sans être poussif, est très présent : dates, lieux, journaux, moments-clé... On ne peut nier l’authenticité des faits. Cette inexorable et injuste descente aux enfers n’en prend alors que plus de poids, grâce au témoignage du personnage principal. « Malheureusement, tout est vrai !!, confirme le scénariste. Et encore, j’ai passé sous silence certaines horreurs que j’ai pu découvrir dans les témoignages. »

Triangle rose : L'enfer des homos
Avant la persécution, une éphémère période de salut

Un album incontournable

Malgré tous ses avantages (superbe reconstitution de l’époque, scénario ciselé, documentation ultra-rigoureuse, empathie du personnage principal, absence de temps mort...), le récit fait glisser le lecteur dans une horreur pernicieuse et sournoise, car on la retrouve partout, en particulier dans le regard des personnes dont on aurait pu croire qu’elles regretteraient leurs erreurs. C’est d’ailleurs le message fort de l’album : il ne diabolise pas les nazis, mais plutôt l’intolérance, symptôme d’un malaise général.

« La crise des années 1930 aidant, chacun se cachait dans son intolérance et se sentait proche d’idées simplistes et populistes "gorgées d’espoir", analyse Dufranne. Une phrase a été très importante pour moi lorsque je me suis mis à rédiger le projet : Heinz Heiger, dans son témoignage, remarquait que ses années de camp étaient "moins pénibles" que l’étiquette qu’il dut porter aux yeux de ses voisins après la guerre, de "PD des camps". »

Le fait de sentir cette culpabilité nous déstabilise, mais on désire s’en détacher, car ces Allemands de l’avant et après-guerre, nous semblent bien éloignés. On est pourtant encore plus décontenancés d’apprendre l’inflluence du paragraphe 175 jusqu’en France, en 1985 et plus tard, avec comme conséquence des actes et des mots répugnants. Impossible alors de ne pas se sentir concerné par le contenu de Triangle rose. À commencer par l’image-choc du suicide en ouverture de l’épilogue !

« Cette image fait écho aux propos de Joseph Bialot dans sa préface de "C’est en hiver que les jours rallongent". Discutant avec un autre survivant des camps et s’étonnant de voir des arbres aux abords de barbelés qu’ils ne connaissaient que trop bien, son ami a cette phrase incroyable : "Les arbres ont continué à pousser après notre mort !" Ce "lapsus" a une portée incroyable et tend bien à montrer que l’appareil répressif nazi a volé bien des vies. », nous explique encore Dufranne.

Quel message pour aujourd’hui ?

Selon de récentes études, chaque individu lit près de neuf livres par an, bandes dessinées comprises . Triangle rosedoit être de ceux-là, pour cette seule raison : le survivant a trop souffert pour comprendre la méconnaissance qui demeure. La rupture menace, difficilement soutenable, avec cette jeunesse qui lit de moins en moins, se contentant d’un contenu informatique superficiel et instantané, propice aux oublis sinon au plus abject négationnisme.

« Notre génération a ce devoir de mémoire, affirme Dufranne. La génération qui a vécu/subi les événements a, quant à elle, le droit au souvenir. J’aime travailler sur le souvenir, sur cette petite histoire de la Grande Histoire qui est passée par le filtre des émotions et du vécu, comme dans Souvenirs de la Grande Armée. Sur le fond je ne fustige pas la jeunesse ; par contre je suis inquiet d’une sorte de "négationnisme" par ignorance et facilité. Dans les années 1970, les livres traitant de la Seconde Guerre mondiale étaient nombreux et abordaient presque tous les sujets ; aujourd’hui, les recherches des historiens sont beaucoup plus précises et rigoureuses, le nombre d’ouvrages de référence a explosé et pourtant on ne traite plus que de banalités, de sujets partiellement censurés ou de rengaines issues des différentes propagandes de l’époque. Quand je découvre dans le cahier d’un gamin, qui vient de lire "Le Journal d’Anne Frank", la phrase que lui a dictée son institutrice : "Durant la Deuxième Guerre mondiale (1940-1945), les Allemands n’aimaient pas les Juifs, ils ont organisé la Shoah.", j’ai peur. »

Un album d’une redoutable efficacité technique

Autant sur le fond que sur la forme, cet album tranche sur la production actuelle. Fort de son expérience, Dufranne a multiplié les styles de découpage tout au long de ce long récit : damiers rigoureux, doubles pages "chocs", inserts, scènes muettes, discours endiablés, des pages avec une ou deux cases, tandis que d’autres en comportent près de neuf...

Après quelques planches plus complexes, une double-page d’une redoutable efficacité

Pour le fond surtout, mais aussi pour la forme, pour le devoir de mémoire, mais également pour le message de tolérance, ce récit est à mettre d’urgence entre toutes les mains et dans toutes les écoles.

Au sortir de Triangle rose, on demeure encore estomaqué des dernières révélations, car si une partie d’entre nous savaient sans doute que les homosexuels furent parmi les premiers à souffrir du régime hitlérien, il n’est pas de même pour les lois qui continuèrent à s’appliquer bien après que le régime fut tombé.

La tradition veut qu’on formule des souhaits ou qu’on prenne des résolutions en début d’année. La mienne serait d’espérer que chacun puisse faire preuve d’un peu plus de tolérance envers son voisin. Cela pourrait éviter les horreurs indicibles qui se sont déroulées dans le passé. Et l’enfant de 12-13 ans que j’étais, pourrait encore continuer à croire quelque peu en la nature humaine.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Triangle rose - Par Milorad Vicanovic-Maza & Michel Dufranne - Quadrants

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
2 Messages :