Trolls de Troy : poilade artistique pour un 23e album

6 décembre 2018 0 commentaire
  • D'une implacable constance, toujours aussi drôle et inventif, "Trolls de Troy" continue de nous séduire et nous faire rire ! Un 23e tome à la thématique artistique sous l'influence de Jean-Louis Mourier.

La bande dessinée a bien changé depuis l’âge d’or des années 1980, notamment la longueur des séries : on vise plutôt un diptyque ou un triptyque qui pourrait s’étendre avec un second cycle si le besoin s’en ressentait, plutôt qu’une série de feuilletons "à l’ancienne".

Et pourtant, "Trolls de Troy" s’est construit sur ce mode vintage : pas de saison ou de cycle (bien que cette série soit un spin-off de Lanfeust de Troy), très peu de variations afin de conserver un cadre simple (voire immuable) : une jeune fille adoptée par une famille et un village de Trolls dotés d’une force peu commune, auxquels les humains ne cesse de chercher des noises.

Trolls de Troy : poilade artistique pour un 23e album
Une référence assumée à Astérix et Obélix

Cette formule rappelle évidemment Astérix et sa célèbre tribu de Gaulois, un modèle pour Christophe Arleston. On peut imaginer qu’il ne soit pas évident pour le scénariste de penser en termes d’albums auto-conclusifs, car ses autres séries constituent le plus souvent de longs arcs narratifs. Et pourtant à chaque album, c’est la bonne surprise. Non seulement, Trolls de Troy parvient à se renouveler sans modifier la recette originelle, mais l’humour reste constamment au rendez-vous !

Avant d’aborder la thématique de ce 23e tome, il faut savoir que le dessinateur Jean-Louis Mourier réalise depuis des années des détournements de peintures iconiques de l’Histoire de l’art, en les revisitant à la sauce "Troll". Comme Soleil propose de nouvelles couvertures pour les albums vendus en coffret, l’idée est venue d’utiliser ses références détournées dès le second coffret de Trolls de Troy en 2004, dont voici quelques exemples :

Les hommages du deuxième coffret
Montage : Le blog de la peluche

En détail, le coffret des tomes 5 à 8 comprend : en couverture, La Joconde de Léonard de Vinci version "Puitépée", Röken imite Vincent Van Gogh dans Autoportrait à l’oreille bandée dans le tome 5, Waha prête ses traits sur le tome 6 pour une ré-interprétation de Jeanne Hébuterne au pull jaune d’Amedeo Modigliani, sans oublier Andy Warhol et Pablo Picasso pour les tomes 7 et 8.

Puis Le Radeau de la Méduse de Géricault pour le coffret paru en 2011, avec le tome 9 qui s’inspire du Fils de l’homme de René Magritte, le tome 10 correspondant à Crucifixion de Salvador Dali et le tome 11 reproduisant Le Rêve du Douanier Rousseau, tandis que Fernando Botero s’invite au tome 12, avec en prime Le Baiser de Gustav Klimt en ex-libris. Idem pour les coffrets suivants...

Le contenu du troisième coffret
Montage : Le blog de la peluche

En raison de cet attrait de son dessinateur pour les grands peintres, Christophe Arleston en arrivé à la conclusion qu’il fallait proposer un album de Trolls de Troy qui évoque cette thématique !

Nous la retrouvons donc dans ce 23e tome : Le khalife Hopéïdemerfeil règne sur la cité d’Hogdad, joyau du Delpont, mais la ville nouvelle manque de renommée. Pour lui offrir le rayonnement qu’elle mérite, le khalife organise une exposition universelle et un concours de peinture ouvert à tous et dont le premier prix est la main de la Princesse Petypoï. Elle en choisit le thème : « Peindre un troll ». Or, ces derniers n’ont pas du tout envie d’être peints. Il faut donc recourir à la magie pour les transporter en plein désert, et les forcer à poser pour les artistes. Mais la magie est parfois capricieuse...

Aucun relâchement pour Arleston, qui réussit à nouveau un excellent album ! Sa thématique s’inspire de l’esprit courtois : une belle à marier pour laquelle des prétendants s’affrontent... Arleston égratigne au passage les cheiks et leurs pétrodollars, et assène une fine référence à Monaco et au Prince Rainier dans sa propension à développer sa principauté en créant des festivals primés.

Au-delà du jeu des références, il y a surtout les situations cocasses qui génèrent de francs éclats de rire. La féroce folie carnassière des trolls et leur implacable désir de liberté procurent de savoureux échanges. Et même si une fois de plus, quelques personnages y laissent un membre, voire la vie, tout cela se déroule dans une joyeuse humeur si communicative qu’on ne trouve rien à y redire !

Cet humour sauvage serait répugnant sans le talent de Jean-Louis Mourier. Est-ce lui qui s’améliore ou la thématique de cet album qui l’a enthousiasmé ? Quoiqu’il en soit, chaque case recèle autant d’humour que de clins d’œil qui multiplient les niveaux de lecture et qui peuvent faire le bonheur de toute la famille.

Ainsi, se prête-t-on au jeu de découvrir quels sont les peintres de talent invités à cette farce artistique : Léonard de Vinci, Salvatore Dali, Frida Kahlo, Modigliani, Vincent Van Gogh, Degas, Pablo Picasso, Toulouse-Lautrec, et les autres. Car ces peintres détournés participent (eux-aussi) à l’humour de cet album. On peut donc saisir les allusions et s’en amuser, ou passer outre sans se rendre compte du second degré distillé.

Dernier élément qui parachève la qualité de 23e opus : un cahier de 24 pages compile toutes les parodies réalisées par Mourier pour les couvertures des albums des coffrets. Une belle façon de remercier les lecteurs qui achètent les tomes depuis leur première parution. Un texte d’Arleston accompagne chacune de ces toiles, et notamment cette Dernière Scène (De Vinci), à la sauce Troll, qui illustrait le coffret des tomes 13 à 16. Bref, on se régale !

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Tous les cases et planches sont issus du Trolls de Troy, T23 : Art Brut - Par Mourier & Arleston - Soleil

A propos de Trolls de Troy sur ActuaBD.com, lire
- la dernière interview de Christophe Arleston : « Je m’adapte au dessinateur avec qui je travaille »
- La rentrée 2015 de Soleil : Sarkozy s’invite dans "Trolls de Troy"
- Un, deux ... Troy : Noël !
- Soleil - L’Heroïc Fantasy et l’humour en étendard
- Lanfeust et Trolls bousculent la librairie en cette fin d’année
- Nos autres chroniques de Trolls de Troy : tomes 7, 9, 10 et 11, 13, 14, 15 & 16, 17, 18, 19, 20 et 21 ainsi que Dix ans de Trolls de Troy.

Les visuels sont : © Éditions Soleil, 2018 – Arleston, Mourier

Merci au Le blog de la peluche

  Un commentaire ?