Trust - T1 : Shangaï fusion - par Weber, Fleuriet, Salvatori et Faina - Casterman

20 mars 2007 3 commentaires
  • Shan, jolie métisse sino-française, travaille pour une société internationale de haute technologie. Malgré ses réticences dues à un passé douloureux, elle est envoyée en Chine pour mener à bien une mission économique de la plus haute importance.

Dupuis a Largo Winch, Lombard a IRS, Glénat a Secrets Bancaires, Vents d’Ouest a Section Financière ; dorénavant Casterman aura aussi son thriller financier Trust. Le scénariste, le journaliste et historien de l’art Patrick Weber, s’associe avec un spécialiste reconnu dans le monde de la haute finance, Michel Fleuriet, pour nous concocter une aventure passionnante sur fonds de fusion et d’acquisitions dans une Chine qui s’affirme de plus en plus comme une redoutable puissance économique.

Cette histoire compte son lot de scènes d’action et de moments plus calmes réservés à d’âpres négociations. Comme Jean Van Hamme, les deux scénaristes savent nous captiver avec les rouages économiques de la haute finance, ils n’hésitent pas à nous fournir une grande quantité d’informations parfois peu accessibles au néophyte. Ils ont eu l’excellente idée de proposer un dossier en fin d’album explicitant ces manœuvres. Ils ont su créer une héroïne originale à laquelle le lecteur s’attache immédiatement, un personnage au caractère fort dont les fêlures conditionne certains de ses actes.

Le dessin a été confié à deux auteurs italiens Mauro Salvatori et Fabrizio Faina qui s’en tirent avec tous les honneurs. Shan est superbe, une héroïne aux charmes ravageurs, à la silhouette de rêve. Leur description de la Chine contemporaine est basée sur une solide documentation et nous épargne les clichés de rigueur. Leur mise en scène est rythmée et efficace, malgré un manque d’aisance lors des passages d’action pure.

Un thriller financier de plus ? Certes, mais une série qui s’annonce d’emblée comme épatante, nous épargnant le trop traditionnel premier volume qui ne sert qu’à présenter les protagonistes de l’aventure. Ici, l’histoire commence ventre à terre avec des personnages riches et une intrigue captivante dans un superbe cadre exotique. Le dessin tès élégant renforce l’attrait de cette nouvelle série du label Ligne Rouge. Un premier album qui donne envie de retrouver ses personnages rapidement, que demander de plus ?

(par Erik Kempinaire)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • "Dupuis a Largo Winch, Lombard a IRS, Glénat a Secrets Bancaires, Vents d’Ouest a Section Financière ; dorénavant Casterman aura aussi son thriller financier Trust."
    Tout est dit. il semble bien que casterman ne soit plus bon qu’a chercher le succés en imitant ses confrères.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Jpr75 le 21 mars 2007 à  00:15 :

      Casterman est aussi trés bon pour le re-formatage des meilleurs livres de leur fond historique : nouveau format, nouvelle maquette, nouveau prix, etc.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 26 mars 2007 à  12:25 :

        Tout ces ouvrages en dessins réalistes font furieusement penser à des storyboards de téléfilms. Est-ce cela, la bande dessinée du XXIème siècle ? Quelle misère ! Quand on pense que Casterman éditait jadis (A suivre) ! Et ce n’est pas la collection Ecriture, dont on voit bien l’origine, qui va relever le niveau.

        Que ce soit la copie de séries financières, la copie des vrais indépendants en créant un "secteur indé" (Ecritures, KSTR), tout cela c’est de la copy-strategy... Même un "auteur" comme Tardi s’est laissé avoir, comme un Jacques Martin : sa série "Nestor Burma" est reprise : deux albums sont parus "d’après les personnages de Tardi". Et voici qu’on nous annonce une reprise de Corto Maltese !

        On est très très loin de l’éditeur expérimental des années fin 70-80.

        Répondre à ce message