UBU ROI, tome 1 - Emmanuel Reuzé, d’après Alfred Jarry - EP Editions

31 janvier 2003 0 commentaire
  • Ce n'est pas la première fois que la bande dessinée s'attaque à l'adaptation d'une œuvre littéraire. Le résultat est rarement concluant, à quelques rares exceptions près. La collection "Trilogies" qui, comme son son l'indique, sera constituée d'histoires en trois albums, s'attaque à ce challenge. En commençant par un projet véritablement casse-gueule, adapter l'une des pièces de théâtre les plus célèbres mais aussi les plus folles: "Ubu Roi".

Attention à la machine à décerveler ! Revoilà le Père Ubu ! Soit l’ascension grotesque d’un tyran d’opérette qui sème le chaos sur son passage et qui ne s’arrêtera qu’après avoir pillé son royaume...

"Ubu Roi", pièce fondatrice du théâtre de l’absurde, est l’oeuvre d’un écrivain aussi excessif que son personnage. Alfred Jarry (1873-1907), précurseur du surréalisme, a écrit la première ébauche de cette pièce alors qu’il était encore au collège. Jouée depuis dans le monde entier, cette farce monumentale fait partie du répertoire de nombreux théâtres.

Emmanuel Reuzé, jeune dessinateur rennais, reprend le flambeau en portant son regard iconoclaste sur ce classique du théâtre. La suite, totalement inédite, sera écrite par un jeune auteur de théâtre, lui aussi fan de l’univers de Jarry.

(par Patrick Albray)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Le livre commence bien. Par des pages de garde dans l’esprit de l’univers, de faux jeux de magazine rétro, tous basés sur le personnage de Père Ubu. Le graphisme, rétro lui aussi, accentue la farce, en gonflant les aspects caricaturaux du personnage et en forcant tous les traits et la théâtralisation de ses attitudes. Les trouvailles de mise en page sont nombreuses, les décors souvent superbes et les couleurs très belles. D’où vient alors le malaise ? C’est que l’on ne se trouve pas dans la pièce de Jarry, mais dans une sorte de caricature de celle-ci. Et l’on n’y croit plus. Après avoir admiré décors et couleurs, après avoir souri aux premiers délires de Père Ubu, on se demande dans quoi l’on est tombé. Jusqu’à la fin. Et qu’une suite soit en cours d’écriture par un auteur de théâtre n’est pas près de nous rassurer pour la suite...

Lire un extrait

  Un commentaire ?