Uderzo et Goscinny, docteurs de l’Université de Paris 13

16 octobre 2009 6
  • Hier, à Bobigny, Albert Uderzo est venu chercher le diplôme d’honneur de l’Université de Paris 13. Anne Goscinny en a reçu un pour son père, à titre posthume.

Ada et Albert Uderzo ont retrouvé hier matin leur HLM du 3, de la rue des rameaux à Bobigny, où ils habitaient en 1959, au troisième étage, où a été créé Astérix. « Rien n’a changé, à part le nature qui est autour, déclarait Albert Uderzo. Les arbres ont poussé entre-temps. » L’émotion était palpable et son épouse Ada n’a pu s’empêcher d’écraser une larme : Elle n’était plus revenue ici depuis 42 ans. Le couple est un peu à l’avance par rapport à la cérémonie. On est encore à monter les tentes et il fait un peu froid. Des gens du coin s’approchent, ils se reconnaissent : c’étaient les voisins des Uderzo il y a cinquante ans. Ils se mettent à égrener des noms de voisins disparus.

Uderzo et Goscinny, docteurs de l'Université de Paris 13
"C’était là, au troisième étage" explique Ada Uderzo, à Jean-Claude Lescure, organisateur de l’évènement Drôles de Gaulois" à Bobigny
Photo : D. Pasamonik

Sur le mur, à côté de la porte, la plaque est momentanément voilée. Une fenêtre est ouverte juste à côté. Un petit garçon passe la tête et se demande ce qu’il se passe. Sait-il que dans un quart d’heure, il se fera mitrailler par des dizaines de photographes et de caméras ? Un autre gosse s’approche, demandant ce qui se passe. Quand on lui explique que c’est ici qu’Astérix a été créé il y a cinquante ans, il s’exclame : « Hein, quoi ? Astérix, dans cette cité pourrie ? C’est pas possible ! ». Il y a cinquante ans, l’immeuble était neuf et les Uderzo qui vivaient dans un appartement sans confort à Eaubonne trouvaient là, au contraire, un trois-pièces tout à fait confortable suivant les critères des années cinquante. Ils avaient eu la possibilité d’obtenir cet appartement grâce au 1% logement financé par les entreprises. C’est un oncle de René Goscinny qui avait reçu cette affectation et qui en avait fait profiter les Uderzo.

Commencent les discours. Anne Goscinny les a rejoints. La maire communiste de Bobigny [1], Catherine Peyge insiste sur la création de ce Gaulois issu de deux enfants de l’immigration. Anne Goscinny et Albert Uderzo répondent puis dévoilent la plaque.


La plaque est dévoilée : de g. à dr. Anne Goscinny, Catherine Peyge, maire de Bobigny, Albert Uderzo et Ada Uderzo.
Photos : D. Pasamonik

Tout le monde prend ensuite le chemin de l’Université (à 100 mètres de là) dns la tour de l’illustration. Arrivé, Uderzo salue Blutch, le complimente pour l’affiche et lui demande sur le ton de la plaisanterie pourquoi le nez de son personnage sur l’affiche est si gros ? Nous avons reposé la même question à Blutch qui en profite pour expliquer pourquoi il aime Uderzo.

Vient ensuite le remise du diplôme d’honneur de l’Université de Paris 13. Son président, Jean-Loup Salzmann y va de son discours et crée la surprise en remettant également un diplôme d’honneur posthume à René Goscinny qu’il remet à sa fille, Anne Goscinny. Anne Goscinny et Albert Uderzo qui reçoivent également une pièce de la Monnaie de Paris à l’effigie d’une pièce gauloise trouvée à Bobigny, répondent à ce discours (voir nos vidéos).

Les uns et les autres se retrouvent à l’inauguration de l’exposition Drôles de Gaulois dont nous reparlerons. Pendant ce temps-là, le colloque, dont nous vous reparlerons également, bat son plein.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

DROLES DE GAULOIS
Exposition - Du 15 octobre au 30 novembre 2009

1 rue de Chablis, 93000 Bobigny
Campus de Bobigny, Bâtiment de l’Illustration
Amphithéâtre 600, 1er étage
Entrée libre
Visites de groupes sur réservation

Contact : Claudia Thien, commbob@iutb.univ-paris13.fr,- Tel : 01 48 38 84 04

Le Site Internet de l’évènement

ActuaBD.Com est partenaire média de cet événement, c’est pourquoi nous vous en reparlerons régulièrement.

[1La ville est communiste depuis 1920, avec une coupure pendant l’Occupation.

 
Participez à la discussion
6 Messages :
  • Bonjour,

    Sous la photo numéro quatre, ne serait ce pas plutôt Anne Goscinny qu’Anne Uderzo ?

    Répondre à ce message

  • C’est bien la preuve que les cités n’ont pas changés depuis 50 ans et franchement je n’ai pas envie de vire la dedans !

    Répondre à ce message

    • Répondu le 17 octobre 2009 à  11:03 :

      Ceux qui y vivent non plus mais je trouve que symboliquement, c’est bien qu’Astérix soit né là, dans ce genre de village d’irréductibles.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 18 octobre 2009 à  13:12 :

        Mais qu’en savez-vous ??? Y avez-vous été ???

        Cet immeuble est très bien, bien entretenu, agréable, que quelques étages, c’est tranquille, face au cimetierre parisien de Pantin, à côté d’un grand (très grand) stade, cerné de très grands arbres (Uderzo était d’ailleurs étonné que ça ait autant poussé depuis qu’il est parti en 1967)c’est un cadre agréable. Et relisez l’article :
        "les Uderzo qui vivaient dans un appartement sans confort à Eaubonne trouvaient là, au contraire, un trois-pièces tout à fait confortable " .

        Gardez vos lieux communs.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Gael le 18 octobre 2009 à  18:00 :

          Ayant été sur les lieux le jour d’inauguration de cette plaque, j’ai mis un petit film à ce sujet sur youtube, il est vrai que Uderzo a dit lui même que l’immeuble n’a pas changé et qu’il est bien entretenu. Il est probable qu’il contienne des appartements tout à fait sympathiques comme ceux dans lesquels vivent des millions de Franciliens. De toute façon, désormais, cette batisse est un batiment historique par cette destinée importante.

          Répondre à ce message

  • Un petit lapsus dans le commentaire de la photo où la plaque est dévoilée : vous avez écrit Anne Uderzo, alors qu’il s’agit, je crois d’Anne Goscinny.

    Répondre à ce message