Un Lanfeust Mag de "Légendes"

15 juillet 2009 4 commentaires
  • Avec ses 230 pages, le double Lanfeust Mag est l'incontournable de l'été : le début des {Légendes de Troy} de Vatine et Hérenguel, du nouvel épisode des {Naufragés d'Ythaq}, ainsi que bien d'autres surprises et jeux ... Chaud devant !

Bien sûr, on a apprécié la densité du Spirou Spécial vacances, la cohésion et le jeu du dernier Tchô, ainsi que l’esprit caustique du Fluide Glacial, et j’en passe, mais le Lanfeust Mag juillet-août semble remporter la palme des magazines à emmener en vacances, de par sa qualité et sa diversité.

Un Lanfeust Mag de "Légendes"
La couverture de Nuit Safran
(sous réserve de modification)

Vous connaissez sans doute la série des Légendes de Troy qu’ Arleston a développée avec divers grands dessinateurs pour combler l’appétit insatiable de son public. Si Tykko des Sables nous avait laissé de glace, le Soleil de ce Lanfeust Mag d’été nous a réchauffé le cœur en lisant les premiers chapitres de deux autres Légendes.

C’est Olivier Vatine qui signe la couverture et l’entrée en matière de ce double Lanfeust Mag, avec le premier épisode de son (supposé) one-shot : Le secret de Cixi. Il est bien entendu question des suites de son départ tonitruant hors du palais de Xingdu, à la fin du tome 5 de Lanfeust de Troy. Et on ne la retrouve que bien plus tard, dans le tome 7, installée à Eckmül dans une double vie, tout à la fois maîtresse de Thanos et justicière nocturne. On va donc découvrir ce qui s’est passé pour qu’elle en arrive là...

Les premières pages nous renvoient à la bonne vieille Cixi colérique et égoïste que l’on connaissait, mais des pirates-guerrières interrompent sa traversée entre le Darshan et Eckmül, et l’enrôlent dans leur bande de femmes libres. Même si elle présente des qualités prometteuses, la seconde fille de Nicolède doit multiplier les efforts pour suivre les enseignements des professeurs.

Le bateau ramenant Cixi est attaqué !
© Vatine - Arleston - Soleil

Olivier Vatine n’est pas le roi du story-board pour rien. Ces premières pages sont vives et expressives : cela donne un avant-goût très prometteur de l’album, d’autant que le scénario d’Arleston se modèle à la patte du dessinateur (ou est-ce le contraire ?), coulant l’ensemble dans un rythme soutenu et divertissant. Pourtant, on peut regretter certaines cases manquant de détails, mais la lecture en album devrait servir ce rendu graphique, privilégiant le tempo de l’aventure (sortie prévue fin 2009).

Autre Légende, autre style : l’annoncé diptyque du Spectre du baron Nuit Safran devient un triptyque plus sobrement intitulé Nuit Safran. Fort de son expérience confirmée dans Lune d’argent sous Providence, c’est Éric Herenguel qui dessine et met en couleurs ce scénario d’Arleston et Mélanÿn. Le baron Nuit Safran a quatre enfants. L’aîné est fort et batailleur, le cadet est plus retord, son unique fille est un vrai garçon manqué, tandis que le petit dernier semble étrange depuis qu’un flacon de « larmes de l’animal légendaire » s’est brisé par erreur sur sa tête lorsqu’il était bébé [1]. Le récit débute lors d’une journée de tournoi, mais ce jour de fête risque fort bien de rester tristement ancré dans les mémoires...

Associant une fois de plus les couleurs directes et les effets informatiques, Herenguel donne une incroyable présence et de la poésie à ce récit qui commence dans la cellule familiale de cette baronnie. Véritable héroïne du récit, on s’attache rapidement à cette Libellule Nuit Safran, pressentant les remous de la vie qu’elle va devoir affronter, épée au clair et cœur vaillant.

Si le premier album était également prévu pour la fin 2009, Éric Herenguel, qui assure lui-même le dessin et les couleurs afin de donner ce très bel ensemble homogène, prévoit un léger retard : "J’ai souhaité réaliser une BD dans le style de Lanfeust : souplesse et semi-réalisme, tout en gardant les couleurs de Lune d’argent sous Providence. Le tome 1 doit sortir en début 2010 car, si j’ai fini de dessiner la page 40, disons que la couleur en est a la page 28. Actuellement, j’ai une avance de trois mois sur la prépublication, à raison de 7 pages par Lanfeust Mag. Je pense boucler le dessin vers la fin octobre, terminer la couleur manuelle vers fin novembre, et les retouches infographiques en décembre/janvier, ce qui donne un album au plus tôt en février mars."

Un père, et quatre enfants dont une fille plus que courageuse : Libellule !

Pour faire patienter ceux qui se seront également délectés de ce premier épisode, je ne peux que vous conseiller de visiter le bog d’Herenguel afin de visualiser les différentes étapes de son travail. De plus, nous vous proposons en fin d’article, cinq pages supplémentaires, suivant celle du Lanfeust Mag. Elles ne comportent pas de bulles intégrées, car « Arleston aime garder cette option et demande des pages de dessin sans bulles pour pouvoir revenir à loisir sur la taille d’un texte », explique le dessinateur, mais on profite avec plaisir de ce superbe ballet aérien, et de sa fin tragique.

© Cassegrain - Arleston - Soleil

Jamais deux sans Troy : on apprend également que Didier Cassegrain(Code McCallum, Tao Bang) travaille sur une autre Légende : une sombre histoire de gargouilles détruisant les hôtels particuliers de la belle cité de Triban, avec un fameux guerrier et de jolies marquises. Alléchant !

Mais les nouveautés ne s’arrêtent pas là ! Outre le début d’une nouvelle et très sombre série des Terres Secrètes, intitulée L’Évangile selon Satan et adaptée du best-seller de Patrick Graham, c’est le retour de Granite et des Naufragés d’Ythaq ! Alors que le tome 6 nous a laissés exsangues, en plein suspense, les premières pages de ce nouvel épisode, la Marque des Ythes, répond à bien des interrogations : on en apprend plus sur le jeu, les joueurs, mais aussi qui tire les ficelles dans l’ombre, et ce qui arrive à Narvarth. Des révélations bienvenues.

Ce Lanfeust Mag propose également la fin du tome 12 de Trolls de Troy, finalisant cette première moitié du diptyque de Sang Famille. Les deux petits trolls sont emmenés de force dans un orphelinat d’humains, ce qui provoque des situations assez cocasses ! C’est aussi la fin de la prépublication d’Atalante, de Cross Fire 4 et d’Hana Atori 2.

© Crisse - Jactance - Besson - Soleil

Enfin, et comme à chaque fois, on retrouve des jeux (parfois très gores), les délires « philosophico-dérisionnels » du Blogustin, des planches de gags, dont ceux des Petits Diables, d’Heroic Pizza et des Geeks, ainsi que des petits récits complets accordant de sympathiques moments de détente. On trouve également un jeu dont vous êtes le héros (et pas l’héroïne), dans une histoire... très chaude ! Mais les filles n’ont pas été oubliées, avec l’arrivée de Sweet Sorcellery, inaugurant la nouvelle collection Blackberry. Dernière nouveauté : encore du Crisse avec les débuts de Wichita Pumpkins, une sorcière sexy qui répond aux questions des lecteurs.

Et toujours des récits qui continuent, tels que l’adaptation en bande dessinée de Vorkosigan et le second tome de Sinbad. Si votre libraire l’a encore, et que vous voulez lire les chapitres précédents, n’hésitez pas à acheter le Lanfeust Mag de juin : mon coup de cœur va à un excellent gag de Barbeük et Biaphynn : très osé, mais que l’on ne se lasse pas de relire !

Avec Augustin, un jeu qui déchire ! Au propre comme au figuré.

Comme promis, pour les impatients dont les nerfs ont été mis à rude épreuve après les huit premières pages de Nuit Safran et qui ne pourront attendre septembre, voici les cinq suivantes, constituant un ballet aérien d’une remarquable fluidité, en dépit d’un fin tragique.






(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Visiter le Blog d’Eric Hérenguel

Sauf médaillon et exceptions, tous les illustrations sont © Hérenguel/Arleston/Malanÿn/Soleil.
Aucune image ne peut être utilisée ou reproduite sans autorisation explicite et préalable de ses auteurs et de l’éditeur.

[1Non, il n’est pas tombé dans la marmite !

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • Un Lanfeust Mag de "Légendes"
    15 juillet 2009 15:14, par fabien

    Très bon article, merci.

    Juste pour signaler une petite erreur d’utilisation du terme cadet. Dans une famille, le nom cadet désigne un enfant qui est né après l’aîné, il s’agit donc ici du deuxième enfant.

    Et pour continuer le pinaillage (désolé), le terme second ne s’emploie pas quand il y a un troisième, une quatrième etc.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Charles-Louis Detournay le 16 juillet 2009 à  10:29 :

      Bonjour Fabien,

      Merci pour votre ’pinaillage’, j’apprends tous les jours et j’aime cela. J’assume mon erreur sur ‘cadet’, pas de soucis, mais j’émets une réserve pour ’second’. J’étais plutôt de votre avis, jusqu’à ce qu’un prof de français me fasse remarquer que l’usage et le dictionnaire tendent à utiliser le terme, même quand l’énumération se prolonge. C’est pour cela que je l’emploie dans ce genre de cas, mais promis, la prochaine, je m’abstiendrai !

      Très bonne lecture

      Répondre à ce message

  • Un Lanfeust Mag de "Légendes"
    15 juillet 2009 17:07, par CS (le pardisiaque)

    Herenguel et Vatine sont des auteurs confirmés. Que font ils dans la revue des trolls de légende à la mords moi le noeud ? Ce ne sont pas les bons editeurs qui manquent....

    Répondre à ce message

    • Répondu par Jean-Luc Cornette le 15 juillet 2009 à  20:28 :

      Je viens à peine de répondre à ce Monsieur CS à propos de son commentaire sous l’article concernant Animal Lecteur, Pincemi, Salma et Libon. Il y regrettait les insultes et le cynisme ambiant... On a ici encore une autre preuve de ce noble combat ! C’est simplement consternant.

      Autre chose : un troll, c’est aussi un internaute qui passe son temps à poster des commentaires désagréables et haineux. J’dis ça, j’dis rien...

      Répondre à ce message