Un long destin de sang, acte 1 – Par Laurent-Frédéric Bollée & Fabien Bedouel – Ed. 12bis.

5 avril 2010 2 commentaires
  • 1918. Paris est à portée des canons allemands. La France mobilise ses dernières troupes. Les pacifistes sont traqués par la police. Au cœur de cette tragédie, un policier intègre découvre un crime d’état. Premier volume d'un thriller déroutant.

La Guerre de 14 a inspiré une lignée d’auteurs de BD dont, parmi les premiers et sur un mode farce, le Forton des Pieds Nickelés jusqu’à Pratt et Comès, et celui qui en est devenu la référence : Jacques Tardi. Mais une nouvelle génération n’a pas eu peur de prendre la relève : Christian de Metter & Catherine Catel Muller (Le Sang des valentines) ou encore Guillaume Dorison & Enrique Breccia (Les Sentinelles). Laurent-Frédéric Bollée & Fabien Bedouel y tracent une voie originale : celle d’un thriller sur fond de complot politique.

Bollée est sans conteste un des scénaristes qui comptent aujourd’hui. Découvert par Christian Godard & Julio Ribera qui publient au sein de leur maison d’édition Le Vaisseau d’argent son premier album une spin off du Vagabond des Limbes : Les 13 transgressions avec un dessin d’Al Coutelis (1988), excusez du peu, il est alors étudiant en journalisme et n’a que 21 ans. Depuis, il a fait une carrière de journaliste spécialisé dans la course automobile parallèlement à son travail de scénariste qui est actuellement à son apogée puisque Jean Van Hamme l’a choisi pour animer le XIII Mystery consacré à Billy (prévu en 2012), tandis qu’il publie ces jours-ci le deuxième tome d’une autre série chez Dargaud, Speedway avec des dessins de Siro où il est dans son domaine de compétence, la Formule 1, qu’il transpose dans le futur (nous vous en reparlerons).

Le point de départ de cette série est original : un soldat sur le Front, muni de son Kodak, arrive à prendre quelques clichés de sa tranchée dévastée avant de mourir asphyxié par les gaz allemands. Or, l’analyse de ces clichés par un journaliste accrédité aux armées contredit la thèse officielle d’un état-major français qui tient la presse en muselière.

On découvre bientôt d’autres personnages : une institutrice pacifiste et engagée, un soldat en permission courageux, un député coupable d’adultère, un comédien débutant appelé sur le front… Peu à peu, le puzzle s’emboîte, l’intrigue se développe, ceci dans un climat pesant : Paris est à portée de canon de la Grosse Bertha, dans la dernière année d’une guerre qui a rendu la France exsangue.

Le trait de Fabien Bedouel, dont c’est le premier album au dessin, est précis et brutal, rythmé par les noirs, dans la lignée d’un Mike Mignola. Il n’y a pas chez lui le fétichisme du document : la mise en scène et l’efficacité priment. Et ça marche. On demande la suite.

Un long destin de sang, acte 1 – Par Laurent-Frédéric Bollée & Fabien Bedouel – Ed. 12bis.
Un long destin de sang, acte 1 – Par Laurent-Frédéric Bollée & Fabien Bedouel
(c) Ed. 12bis.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander l’ouvrage chez Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
2 Messages :