Un musée pour Hans Kresse

30 juillet 2012 0 commentaire
  • L'été étant toujours l'occasion de belles escapades, prenez la destination de la Hollande et de Gouda, non pas seulement pour y goûter leurs exceptionnels fromages, mais aussi pour (re-) découvrir un dessinateur singulier qui fut un des premiers à nous donner une image différente des Peaux-Rouges : Hans G. Kresse.
Un musée pour Hans Kresse
Le sympathique et modeste petit musée Hans Kresse à Gouda
Photo : Kresse Museum. DR

Né à Amsterdam le 3 décembre 1921 et mort à Doorwerth le 12 mars 1992 à l’âge de 70 ans, Hans Georg Kresse a fait ses débuts à l’âge de 17 ans dans le mensuel scout Padvinderij avec une adaptation de Tarzan.

Le grand dessinateur hollandais Marten Toonder, avec qui il collabore sur la série Tom Poes, lui mit ensuite le pied à l’étrier en lui confiant Eric De Noorman (Éric le Brave ou Éric l’Homme du Nord), un prince normand parcourant le monde, publié, outre dans l’hebdomadaire Tom Poes, dans le quotidien belge flamand Het Laatse Nieuws à partir du 4 juillet 1946 jusqu’en 1964, le temps de 67 épisodes.

Eric De Noorman fit l’objet de petits albums oblongs parfois traduits en français

La série fut également publiée en France dans Pierrot et dans la publication petit format Aventures Boum. La meilleure période de la série qui atteint son zénith entre 1948 et 1962, fit l’objet en hollande de jolis petits albums de format oblong, parfois oubliés en français.

Son dessin réaliste, vériste même, est profondément influencé par Prince Valiant de Hal Foster dont il hérite un encrage apprêté et particulièrement fouillé qui devint un peut la marque de fabrique du dessinateur amstellodamois.

Les Peaux-Rouges dans la version Casterman, actuellement indisponible en librairie

Eric De Noorman eut un fils, Erwin, devenu roi de Gotodin, en Écosse qui vécut des aventures parallèles dans l’hebdomadaire hollandais Pep à partir de 1966 et ce jusqu’en 1975.

Mais les Français connaissent surtout le travail de Kresse par les aventures de Vidocq parues chez Casterman en 1977 et surtout par la remarquable série Les Peaux-Rouges dont l’éditeur tournaisien publia neuf volumes entre 1974 et 1982 et qui raconte le combat des Apaches et des Pueblos, entre le Rio Grande et le Pecos, contre les Espagnols mais aussi contre les autres nations indiennes au 16e Siècle.

Cette série très originale par son thème mais aussi par sa vision profondément humaniste des natifs américains obtint en 1977 le Prix du meilleur album à Angoulême. On regrette que Casterman n’en continue plus la publication aujourd’hui.

C’est donc ce dessinateur-là qui a son modeste musée depuis 2010 à Gouda où l’on découvre aussi bien ses travaux de jeunesse que ses magnifiques illustrations dans un ensemble de vitrines vieillottes mais pleines de charme.

Les Peaux rouges, une série en neuf volumes publiée par Casterman entre 1974 et 1982

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

KresseMuseum
Turfmarkt, 20
2801 HA Gouda

Il n’est pas inutile de prendre rendez-vous par mail (en anglais, si possible) : post@kresseùuseum.nl

Le site du musée (en néerlandais)

  Un commentaire ?