Un nouveau cycle intimiste pour Okko

14 juin 2014 0 commentaire
  • Annoncé depuis le début de la série, qui par ses qualités graphiques et narratives a fait du médieval-fantastique à tendance nippone un genre "grand public", le cinquième et dernier dytique débarque en librairie.

Au milieu du 10e siècle du calendrier officiel, Okko n’est encore qu’un adolescent. Fils d’un grand seigneur, magistrat de fonction, il est prédestiné à devenir chasseur de fantômes. Mais la perte de sa mère, la solitude et la souffrance qui en découle, font de lui un être sombre, taciturne et violent. À la mort de son père, Okko hérite d’une lourde succession.

On ne présente plus Okko, série à succès s’il en est, où chaque tome est désormais imprimé à 100 000 exemplaires. Très attendu, comme l’est chaque nouvel opus du Rônin à la cicatrice, ce premier volet du « Cycle du vide » non seulement ne déçoit pas, mais apporte un éclairage nouveau sur les personnages qui entourent héros.

Plus intimiste que les précédents tomes portés par un grand souffle épique, avec pour enjeu le contrôle de l’Empire du Pajan, l’histoire est ici recentrée sur Okko et ses compagnons. Plus psychologique, plus torturée, sa narration joue dans un registre différent et ce renouvellement fonctionne à merveille.

Un nouveau cycle intimiste pour Okko

Toujours aussi impeccable graphiquement, avec ses cadrages sobres et efficaces, et son trait servi par une mise en couleurs toujours aussi soignée, Hub enrichit son univers avec un scénario inventif et passionnant. À l’heure où les prequels, suites et autres one-shots de personnages secondaires des séries à succès se multiplient (XIII, Thorgal, Spirou...), Hub arrive à intégrer cet appétit actuel dans une intrigue qui ne se pose pas uniquement comme un épisode annexe et secondaire, mais bien comme un nouvel opus dans le prolongement d’une série parfaitement établie.

Comme souvent pour un diptyque, difficile de juger de la qualité du récit lorsque l’intrigue s’arrête au milieu d’une phrase ou presque. Mais à la mi-parcours, on peux dire sans trop risquer de se tromper que ça sent très très bon.

(par Gallien Chanalet-Quercy)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Okko - T9 - Le Cycle du vide (1/2) – Par Hub – Editions Delcourt

Commander ce livre chez Amazon
Commander ce livre à la FNAC

  Un commentaire ?