Un nouveau dérapage de Bodoï

1er mai 2004 1 commentaire
  • Nous avons déjà eu l'occasion de réagir à un certain dérapage déontologique de Bodoï, prêt à tout pour offrir des articles croustillants à ses lecteurs. Même au prix de la manipulation de l'information, comme le montre un dossier paru dans le numéro de mai autour du livre "La Diaspora des Bulles". Des éléments du livre sont extraits de leur contexte et accolés entre eux dans le désordre pour constituer un faux article...

"La Diaspora des Bulles" est un ouvrage collectif co-dirigé par Annie Baron-Carvais et Didier Pasamonik, ex-éditeur de bande dessinée, critique et historien (et, par ailleurs, secrétaire de Rédaction à Univers BD). Dans ce livre, Didier Pasamonik, parmi près de trente auteurs, publie un article intitulé "Le Secret d’Astérix", où il tente d’éclairer l’œuvre de Goscinny à la lumière de ses origines juives. Un ensemble d’hypothèses qui ont également fait l’objet de deux conférences, l’une à Bruxelles, l’autre à Paris.

Des collaborations de différents auteurs, Bodoï n’a retenu que celle-là. Et de cet article, il n’a repris que quelques extraits, recollés entre eux, remontés dans le désordre par rapport au texte d’origine... et publiés avec la signature de l’auteur, comme s’il avait lui-même écrit cette version dénaturée. Qu’il n’a, bien sûr, pas eu l’occasion de valider (pas fou, Bodoï !). L’article est complété de commentaires dénigrants de la part du Rédacteur en chef dans son éditorial, et d’un journaliste dans le dossier qui suit.

Un procédé suffisamment malsain pour que Didier Pasamonik décide d’adresser au journal un droit de réponse que nous reproduisons ci-dessous :

— -

Votre dossier intitulé « Astérix : Les sangliers étaient-ils cacher ? » (Bo-Doï N°74, mai 2004 ) dans lequel vous publiez un collage d’extraits de mon article : « René Goscinny : Le Secret d’Astérix » accompagné d’une interview d’Anne Goscinny me mettant en cause, me conduit a rectifier une certain nombre d’information eronnées :
Un nouveau dérapage de Bodoï  Le texte de mon article avait été préalablement soumis à Anne Goscinny avant publication. A sa demande, un certain nombre de retouches ont été apportées au texte.
-  Ainsi, le récit de la circoncision de René Goscinny et de son frère n’a soulevé aucune objection. Le détail des obsèques de René Goscinny n’a quant à lui jamais figuré dans mon article.

S’agissant de mon travail, j’ai sollicité une multitude de gens, notamment issus des familles Goscinny et Béresniak, dans une enquête qui m’a mené à trouver des témoignages jusqu‘en Argentine et en Israël, et bien entendu, auprès d’Albert Uderzo lui-même comme les nombreuses notes de mon texte en témoignent.

Je suis très choqué que l’on soutienne que j’ai pu chercher à démontrer que « l’oeuvre d’un juif est une œuvre juive. » en poursuivant « si Pasamonik n’était pas lui-même juif, on pourrait même parfois taxer ses raisonnements d’antisémites. ». Telle n’est pas ma démarche.

Je n’ai jamais eu pour le reste la prétention de m’approprier Astérix pour me faire « le pseudo-écho d’une communauté qui n’a rien demandé à personne ».
Je rappelle simplement que cet article est une petite partie seulement d’un ouvrage collectif regroupant une trentaine d’auteurs, historiens, écrivains et spécialistes de la BD de premier plan, « La Diaspora des Bulles, bande dessinée et judéité », que je co-dirige avec Annie Baron-Carvais, destiné à paraître chez Glénat, ce que Bo-Doï a omis de préciser.

Cet article doit être considéré comme un éclairage inédit de la biographie de Goscinny, notamment sa relation au judaïsme, jusqu’ici négligée par ses biographes. Dans le contexte de ce livre, il a sa justification.

« Le Secret d’Astérix », c’est quoi ? C’est que le personnage le plus représentatif de l’esprit français est le produit de deux enfants d’immigrés. Telle est ma seule thèse à laquelle s’ajoute une relecture amusée de certaines scènes d’Astérix. C’est pourquoi je suis étonné par cette polémique d’autant que, comme je l’ai écrit plus haut, j’ai pris soin de soumettre au préalable mon article aux différents témoins cités.

— -

Nous publierons, bien sûr, toute réaction de Bodoï.

(par Patrick Albray)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • > Un nouveau dérapage de Bodoï
    7 août 2004 15:54, par Tri TRAN CONG

    Lecteur de Bo Doi, je ne comprends pas trop en quoi ce magazine aurait utilisé un procédé malsain ou contraire à la déontologie journalistique.
    Il ne fait que rendre publique une polémique manifestement pré-existante : il est évident que la démarche de Didier Pasamonik n’est pas approuvée par Anne Goscinny, et que faute d’avoir pu (ou voulu) s’y opposer, elle profite de l’entretien donné à Bo Doï pour régler quelques comptes (le plus violent règlement de compte étant d’ailleurs avec son oncle Claude Goscinny).
    Ce que défend Didier Pasamonik dans les extraits publiés par Bo Doï ne semble par ailleurs nullement infamant, même s’il divulgue apparemment des choses qu’Anne Goscinny considère comme relevant du privé, et que Haim Korsia, directeur de cabinet du Grand Rabbin de France, considère comme ridicules.
    Je ne vois donc pas en quoi la démarche de Bo Doï relèverait du dérapage, et j’ai réagi en ce sens sur le forum de BD Paradisio sur le sujet suscité par votre article (sous mon pseudo "Vieto").

    Voir en ligne : http://http://www.bdparadisio.com/s...

    Répondre à ce message