Un rapport du Syndicat National de l’Edition entame une réflexion sur l’usage de la BD en classe

15 février 2019 2 commentaires
  • Le groupe des éditeurs de bande dessinée du Syndicat national de l’édition (SNE), présidé par Moïse Kissous, interpelle avec un rapport à propos des instances éducatives sur l’insuffisance de la place de la BD dans les écoles, alors même qu’elle est un outil idéal pour l’apprentissage de la lecture et la transmission du savoir.

L’approche du salon du livre de Paris, Livre-Paris, est souvent l’occasion de faire un bilan sur les pratiques de lecture d’un secteur donné. Pour la bande dessinée, un rapport avait été produit par le groupe des éditeurs de bande dessinée du Syndicat national de l’édition en 2017 pour définir le profil du consommateur de BD. Nous n’avions pas manqué de vous en parler.

Cette fois, c’est un plan d’action en direction des écoles qui a l’espoir d’être mis en œuvre. Dans un communiqué daté du 14 février, qui accompagne la publication d’un rapport conçu par l’agence Picture This ! : État des lieux : la place de la Bande Dessinée dans l’enseignement, le groupe souhaite « une intégration plus forte » de la BD dans les écoles.

Le paradoxe est en effet que jamais les profs n’ont été autant connectés avec la BD, qui est véritablement l’un des principaux champs générationnels d’intérêt culturel (certains d’entre eux d’ailleurs figurent parmi les meilleurs chroniqueurs d’ActuaBD…) avec, en face, une absence d’intérêt et de moyens de la part des instances académiques pour en promouvoir l’usage.

Un rapport du Syndicat National de l'Edition entame une réflexion sur l'usage de la BD en classe
Le pavillon Jeunes Talents organisé par le FIBD dans la Cité de la Bande Dessinée d’Angoulême. Si l’événement ne dure que quatre jours, la Cité, au contraire, est un lieu de médiation disponible toute l’année.
Photos : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Alors que sur n’importe quel sujet de connaissance, d’ordre sociétal, scientifique ou historique, il existe probablement plusieurs bandes dessinées qui en font le traitement, des ouvrages dont les élèves peuvent facilement se saisir et partager leur expérience de lecture, alors que le décryptage des informations et en particulier des images est devenu un enjeu majeur de la diffusion critique du savoir, on s’aperçoit que la bande dessinée reste peu présente à l’école. Pourtant, comme le souligne Moïse Kissous dans le rapport, « …les lettres, l’histoire, les arts plastiques, les mathématiques, les sciences, l’éducation civique... [permettent] aux enseignants de diversifier leurs outils pédagogiques. »

Des enseignants bien renseignés

Est-ce là un reliquat de l’appréhension des « hussards de la République » vis-à-vis des « illustrés » ou simplement un manque de conscience de la puissance de ce médium ?

Le constat de cette étude est que lorsque la BD est présente en classe, c’est souvent en raison d’initiatives individuelles de professeurs ou de documentalistes un peu « fans »… L’étude révèle que « 47 % des [enseignants] sondés témoignent être de grands lecteurs de BD (plus de dix ouvrages par an) et 28% en lisent régulièrement. » De même, « 98,6 % des répondants associent la BD à des usages pédagogiques potentiels, de l’apprentissage de la lecture à une utilisation documentaire des albums. »

La Maison de la BD à Blois. Centre nerveux du Festival BD Boum, elle constitue un lieu permanent d’actions pédagogiques exemplaires.
Photos : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Absence de focus et manque d’informations

L’étude pointe où se situe le problème, à savoir dans les procédures d’acquisition des livres dans les classes : « Les achats des écoles en bandes dessinées représentent moins de 5 % des achats globaux de livres », selon un responsable de la librairie Ludic. Les libraires spécialisés dans la BD sont peu présents dans les procédures de marchés public des collectivités car elles « nécessitent de fournir tous types de livres pour la jeunesse et pas seulement des bandes dessinées. »

Le rapport ne manque pas de signaler que de multiples initiatives déjà existantes, liées à l’usage pédagogique de la bande dessinée, sont opérationnelles, que ce soit par le biais du réseau Canope ou dans des villes liées à des festivals comme Angoulême, Amiens ou Blois (le rapport orthographie curieusement « BD Boum », dont nous sommes partenaires, en « BD Boom »…, ses auteurs doivent trop lire de comics…) qui peuvent servir d’exemple à une politique nationale. Ces deux dernières entités ont justement des outils concrets à proposer aux enseignants.

L’enquête enfin montre les attentes des enseignants : des outils d’accompagnement éducatifs, une amélioration de l’information des dispositifs à l’aide au financement des achats et des actions concrètes qui permettent d’utiliser la BD comme support (ils demandent un guide)... Enfin, des outils de formation.

Les ateliers "enfants", l’une des remarquables actions pédagogiques de l’Association "On a marché sur ma bulle", opératrice du Festival de BD d’Amiens.
Photo : DR. Festival BD d’Amiens.

Le rapport cite notamment ActuaBD.com (nous en roucoulons de plaisir) comme le premier des « sites spécialisés dans la veille de l’actualité en bande dessinée... Ces sites présentent les publications, l’actualité de la chaîne du livre et des articles sur son économie. Certains comprennent des sélections thématiques, mais ils sont peu connus des enseignants… »

Le rapport ajoute qu’ils sont « peu adaptés car ils montrent l’intention, dès la page d’accueil, de s’adresser aux professionnels du livre. » Nous n’avons pas l’impression de faire partie de cette catégorie. « De plus, disent-ils, les informations sont foisonnantes et se renouvellent trop vite pour que les éducateurs puissent trouver des ressources synthétiques. » C’est vrai. Nous veillerons dans un avenir proche à créer un dossier « éducation » qui regroupera les articles de façon utile.

En attendant, nous recommandons aux responsables de l’Éducation nationale et aux enseignants de s’inscrire à notre Newsletter (gratuite) qui propose deux fois par semaine des chroniques d’ouvrages et des infos plutôt fouillées et pointues.

Enfin, le groupe des éditeurs de bande dessinée va s’appuyer sur diverses initiatives en cours et notamment la Semaine de la presse et des médias dans l’école organisée par le Clemi (Centre de liaison de l’enseignement et des médias d’information), qui se déroulera du 18 au 23 mars. Il sera mis à la disposition des enseignants une sélection d’ouvrages qui seront accessibles en version numérique sur le site de lecture en ligne Iznéo avec comme fil rouge le thème "L’information sans frontières ?"

D’autres initiatives sont prévues au cours de l’année (notamment, au printemps, les 48h00 BD, dont ActuaBD est partenaire depuis sa création) et nous ne manquerons pas de vous les faire connaître dès que le SNE aura pris l’initiative de nous informer.

L’ETUDE DU SNE (à télécharger - en PDF)
L’étude réalisée par Pictures This ! pour le SNE à télécharger en fin d’article.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
2 Messages :