Une Histoire de France T. 2 : Mystérieuses Barricades - Par Thomas Kotlarek et Jef - Éd. Le Lombard

26 octobre 2019 0 commentaire
  • Alors même que la situation juridique de Romain empire, Thomas Kotlarek et Jef, diminués de Michel Onfray dont on remarquera l’absence en couverture, poursuivent leur caractérisation minutieuse de l’accusé. Rappelons que celui-ci est mis en cause dans une affaire de retransmission vidéo d’un attentat dans la ville de Lyon. Après la Seconde Guerre mondiale, l’occupation allemande de la ville de Lyon et la guerre d’Algérie, contées par Manette et Titi Vichère, notre « avocat-vaisseau temporel » poursuit son voyage à travers les âges et guide son lecteur jusqu’au printemps 1968.

L’avocat Franck Pirondélis poursuit son enquête dans l’affaire Vichère. Son client, le jeune Romain, fils du célèbre intellectuel soixante-huitard Alain Vichère, est mis en examen pour « association de malfaiteurs terroristes ». Alors que la situation semble tendre vers l’inextricable, le taciturne homme de loi s’attelle à décortiquer le passé d’une figure paternelle atypique, en rencontrant notamment certaines de ses conquêtes d’antan… À l’occasion de ce second tome, le juriste nous invite à une plongée dans une période de contestation sociale marquante et à l’actualité forte. La mémoire de mai 1968 est, encore aujourd’hui, un sujet brûlant, régulièrement ravivé par le landerneau médiatique parisien, tentant d’expliquer la crispation des tensions actuelles.

Une Histoire de France T. 2 : Mystérieuses Barricades - Par Thomas Kotlarek et Jef - Éd. Le Lombard
© Le Lombard

Du point de vue du schéma narratif de l’album, quelques modifications ponctuelles sont à relever. Après une remise en contexte et un lancement de tome au présent, l’avocat va se voir transporter dans la seconde moitié des années 1960 suite au trip d’Alain Vichère après que celui-ci ait tenté de se suicider par voix médicamenteuse. Cette façon d’introduire le souvenir tranche avec les conventionnels récitatifs du premier opus, amenant un rythme de lecture différent et écartant le dangereux écueil de la répétition. Cette fantaisie scénaristique n’est toutefois que de courte durée puisque les deux et troisièmes témoignages reprennent un modèle de narration plus classique. Ces deux récits sont ceux de Muriel et d’une drôle de libraire, anciennement éditrice, ayant partagé la vie d’Alain aux alentours de 1968. La première est par ailleurs la mère de Ludovic, demi-frère de Romain, absent physiquement, mais de plus en plus présent narrativement. Probablement un nom à retenir pour la suite… En dépit de leur classicisme formel, ces deux souvenirs ont la particularité de compléter le premier, chacun finissant par éclairer une seule et même scène d’un point de vue différent, un bel exercice de style !

© Le Lombard

Au-delà de la fiction dont ils sont moteurs, ces différents flashbacks permettent la retranscription des débats d’idées ayant cours à cette époque. L’amateur d’Histoire sociale se plaira à observer les différents courants politiques de la gauche s’invectiver, les mouvements féministes se former ou encore les tentatives de convergence des luttes estudiantines et ouvrières, et à y voir autant de portes ouvertes à de plus amples recherches. Mais loin de se cantonner à mai 1968, les souvenirs contés, en illustrant le parcours d’Alain post-68 et donc la construction de sa renommée et son accession à l’intelligentsia française, permettent la mise en évidence du cheminement réalisé par certains acteurs et certaines idées ayant animé la révolte populaire.

© Le Lombard

Cette perspective évolutive et non uniquement événementielle permet l’apport d’une dimension critique actuelle au propos. L’intention des auteurs est d’ailleurs claire dès la page titre et cette case figurant une nuée de personnes à trottinettes électriques munies de smartphones. Ce discours se poursuit ensuite lors de l’entretien entre Maître Pirondélis et le grand manitou de l’entreprise JustLyon, spécialisée dans la communication territoriale et liée contractuellement à Romain, auquel les auteurs prêtent un pédantisme et un franglais pour le moins irritants.

Concernant le dessin maintenant, Jef pratique une ligne claire toute personnelle, élégante et précise. La colorisation vient quant à elle consolider ce travail pour un rendu d’une cohérence remarquable. L’amour que portent ces deux Lyonnais à leur ville d’origine se fait une nouvelle fois ressentir avec un récit ancré dans la capitale des Gaules. Que ce soit au détour d’une fenêtre d’hôtel ou de building, ou encore du haut d’une rue surplombant l’agglomération, l’attachement aux détails urbains est flagrant. On notera également le défi que représente la ligne claire pour un dessinateur lorsqu’il s’agit d’imager des scènes de foules et, dans certains cas ici, d’émeutes. Jef passe l’exercice haut la main, retranscrivant une certaine atmosphère, et parvenant même coup à transcender la page en insufflant un sentiment révolutionnaire à son lecteur.

© Le Lombard

Une Histoire de France parvient ainsi à s’emparer du paradigme qui voudrait qu’une bande dessinée historique fictionnelle soit nécessairement déterminée par un contexte de production particulier, informant autant, si ce n’est plus, le lecteur sur la contemporanéité de l’album que sur la période historique traitée. À travers la mise en place d’une narration décryptée dans la chronique consacrée au premier tome de la série, Thomas Kotlarek et Jef parviennent à faire de cette caractéristique de genre le fil conducteur de leur série. Par ce procédé, les deux compères dépassent la dichotomie opposant bande dessinée historique et bande dessinée historienne [1], donnant naissance à un objet hybride et critique. Une réappropriation remarquable !

© Le Lombard

(par Thomas FIGUERES)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Une Histoire de France T. 2 Mystérieuses Barricades - Scénario : Thomas Kotlarek - Dessin & couleurs : Jef - Éditions Le Lombard - Sortie : 06/09/2019 - Prix : 14,99 euros.

Retrouvez sur ActuaBD :
Une Histoire de France : Onfray, Kotlarek et Jef revisitent le récit national français
Jef et Kotlarek ("Une Histoire de France") : "L’esthétisation de la violence dans notre rapport historique à l’image, c’est cela mon thème..."

[1A ce propos, retrouvez l’émission Le Rayon BD du 13 octobre sur France Culture en compagnie de Pascal Ory : https://www.franceculture.fr/emissions/le-rayon-bd/lhistoire-par-la-bande-rendez-vous-de-lhistoire-de-blois

  Un commentaire ?