Une "Maison de la BD" bâtie sur les cendres du Musée Jijé ?

12 décembre 2005 3
  • L'information circulait depuis quelques jours dans les milieux bruxellois. {{François Deneyer}}, l'instigateur du {Musée Jijé} aujourd'hui fermé, ouvrirait un nouvel espace dédié à la bande dessinée en février 2006, cette fois près de la gare centrale de Bruxelles.

Nous avions relayé dans nos pages les nombreux déboires qui ont conduit à la fermeture du Musée Jijé le 27 février 2005. François Deneyer promettait dans nos pages de poursuivre l’aventure et de continuer à exposer les planches du créateur de Jerry Spring et de Blondin & Cirage. On envisagea même, dit-on, une délocalisation du Musée Jijé en Wallonie. La Dernière Heure du 9 décembre 2005 dévoile qu’un nouveau musée, une fois encore initié par François Deneyer, ouvrirait ses portes au « Mont Des Arts », à côté de la gare centrale de Bruxelles. Un lieu de 250 m² qui, d’après nos informations, devrait continuer de promouvoir le travail accompli par l’école de Marcinelle, tout en présentant les 400 planches et dessins de la collection du Musée Jijé. Dans une interview accordée au quotidien bruxellois Le Soir [1], Deneyer confie : «  Nous allons exposer tous les créateurs que Jijé a formés ou influencés comme Franquin, Roba, Will, Peyo, Tillieux ».

Sur ce projet, Benoît Cerexhe [2], le ministre-président de la Commission Communautaire Française (Cocof), aurait accordé un subside de 30.000 € à François Deneyer, destiné à couvrir tout ou partie du loyer de l’emplacement qui devrait abriter cette « Maison de la Bande Dessinée », aide qui devrait être reconduite en 2007. Détail amusant : le bâtiment de la future « Maison de la Bande Dessinée » a lui aussi été dessiné par Victor Horta, l’architecte du magasin Waucquez dans lequel est installé le Centre Belge de la Bande Dessinée !

François Deneyer annonce également à Daniel Couvreur du Soir qu’il envisage un prix d’entrée symbolique de un euro pour rendre les lieux accessibles à tous. Interrogé par nos soins, l’initiateur de cette future Maison de la BD promet que l’endroit n’aura qu’une vocation muséale. En d’autres termes, il ne s’agira pas d’une galerie car les planches n’y seront pas vendues. En revanche, comme le Centre belge, cette Maison de la BD devrait également abriter une librairie. Ses recettes seront-elles suffisantes pour financer les frais de fonctionnement en attendant que le Conseil des Musées de la Communauté Française examine le dossier de reconnaissance présenté par François Deneyer ?
Rien n’est moins sûr. Deneyer, avec le Musée Jijé déjà, avait spéculé sur des aides qui ne sont finalement jamais venues.

Si l’on reste admiratif devant le persévérance, sinon l’obstination, du créateur du défunt Musée Jijé, on est stupéfait devant l’attitude des pouvoirs publics décidant de soutenir un projet aux intentions quasi identiques au précédent ; lequel, on s’en souvient, s’était malheureusement soldé par un échec.

On essaye d’en comprendre le sens, à l’heure où le ministre fédéral Didier Reynders vient d’accorder un soutien décisif au Centre Belge de la Bande Dessinée, cette dernière institution cherchant encore une solution pour assurer sa pérennité financière et son développement sur le long terme.

Si une saine émulation nous semble toujours une bonne chose, cette course à l’échalotte entre les différentes officines culturelles, dont la bande dessinée est l’enjeu, nous fait craindre que ne se produise une dispersion des forces et des moyens destinés à la promotion du Neuvième Art plutôt qu’un renforcement des institutions qui doivent le défendre.

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

En médaillon : François Deneyer.
Photo (c) D. Pasamonik.

[1Parue ce samedi 10 décembre, sous la signature de Daniel Couvreur.

[2Du parti social chrétien CDH.

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • Je trouve que cet article est assez réducteur et donne une vision partisanne à propos de la création de la "Maison de la BD".
    Il faudrait alors limiter le nombre de lieux, je trouve regrettable l’existence d’une seule institution et je préfère largement la diversité !

    Longue vie à la "Maison de la BD" et bon courage !

    Répondre à ce message

  • la diversité c’est bien mais a quoi sert de lancer des projets sans financement derriere ? c’est simplement incomprehensible !!! Qd on voit les difficultés du cbbd et comment le 1er musée jijé avait été lancé !! ( faire le musée d’abord et esperer l’argent pour le faire fonctionner apres ....)

    quel perte d’énergie , quelle dispersion ! Impossible de s’associer avec le cbbd ? ou de monter un projet avec le centre commercial de la bd qui s’ouvre a bruxelles ? ( oui , bien sur "commercial" , et alors , c’est quoi le plus important : laisser les planches ds un placard ou les montrer - mais pas n’importe comment !)

    Répondre à ce message

  • C’est une excellente nouvelle dont on ne peut que se féliciter.
    Le CBBD a montré ses limites : beaucoup d’investissements pour des résultats très contestables. Il serait bon d’être enfin objectif là-dessus ! Sans la moindre subvention, le défunt Musée Bd Jijé a fait plus et mieux, n’en déplaise aux grincheux. Merci à M. Deneyer et bravo à M Cerexhe pour son soutien intelligent : il n’est jamais trop tard pour bien faire et réparer les erreurs des autres politiques.

    schtr.

    Répondre à ce message