Newsletter ActuaBD

Une femme dans l’ombre de Baudelaire

  • Le dernier opus d’Yslaire fait événement. À l’occasion du bicentenaire de la naissance de Baudelaire, toujours dans la veine dix-neuvièmiste dont il a le secret, le dessinateur belge nous raconte le destin d’un personnage qui a vécu dans l’ombre du poète parisien, doublement ostracisé parce que métisse et parce que femme. Elle a pourtant inspiré les plus beaux vers du « chantre du bizarre. » Toujours dans l’émotion, Yslaire a fait son miel de cette histoire en nous livrant un remarquable objet littéraire et esthétique.

On connaît tous, pour l’avoir étudié en classe, le Baudelaire des Fleurs du mal, son procès, ses scandales, sa célébration du beau face à la grossièreté de la vérité, sa mélancolie parfois trempée de méchanceté, son invitation au voyage… C’est le premier des « poètes maudits », un idéal littéraire qui marquera l’histoire des lettres.

On connaît tous Yslaire et sa saga des Sambre, illustration exaltée du XIXe siècle, pétri de références littéraires (de Hugo à Zola), et surtout éminemment romantique.

Car chez Yslaire, seul l’amour est véritable. Celui de cette femme, Jeanne Duval, est à ses yeux exemplaire. Cette « jeune mûlatresse » cantonnée aux petits rôles accessoires « exotiques » du Théâtre de la Porte Saint-Antoine, un objet de décor presque, va pourtant jouer un rôle déterminant dans la vie de ce dandy à la réputation de débauché qui monta, comme Sambre, sur les barricades de la Révolution de 1848 et qui introduisit en France -il y est fait allusion plusieurs fois dans l’album- l’œuvre d’Edgar Allan Poe. Comme critique, il laissa une trace indélébile dans l’histoire de l’art.

C’est du point de vue de Jeanne, cette beauté immortalisée par Édouard Manet dans le tableau « La Maîtresse de Baudelaire » [1], qu’Yslaire raconte son histoire. Et par la fin : au moment où le poète, mort de la syphilis à l’âge de 46 ans, est mis en terre. La présence de la Créole révolte la famille qui préfère dissimuler cette relation « scandaleuse » l’accusant d’avoir profité du poète, et craignant surtout qu’elle vienne réclamer l’héritage.

Une femme dans l'ombre de Baudelaire

En partant de son enfance, Yslaire déroule un portrait surprenant du poète, tout en symboles et en images fantastiques, quelquefois d’une torride sensualité pour évoquer les plaisirs et les tourments de la relation tumultueuse qui fut la leur. Son dessin est sobre, académique, nourri d’art et pourtant parfaitement au diapason d’un texte magnifiquement écrit qui restitue avec respect la verve passionnée du poète. Un album dont on sort essoufflé et qui rend justice à l’un des plus grands écrivains de l’histoire des lettres, mais également à la femme qui l’inspira et qu’Yslaire sort ainsi de l’ombre.


(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Mademoiselle Baudelaire – Par Yslaire - Ed. Dupuis / Collection Aire Libre - 160 pages – 26€.
LIRE AUSSI :

- Notre interview d’Yslaire sur ActuaBD par Charles-Louis Detournay à propos de "Mademoiselle Baudelaire"

Lire également notre article : ainsi que Cahiers Baudelaire T. 3 - Par Yslaire - Dupuis

A propos d’Bernard Yslaire, lire également :
- Sambre, une œuvre-fleuve
- une précédente interview : « Nous voulons instaurer la parité entre auteur et autrice au sein de l’Académie du Prix Diagonale »
- Yslaire : la bouleversante suite de "Sambre"
- Une interview concernant les passerelles entre bande dessinée européenne et manwha coréen
- "Maxime & Constance" entame le dernier cycle de la Guerre des Sambre
- Yslaire reçoit le Prix Diagonale-Le Soir
- Hugo & Iris : lire les chroniques des tomes 1, 2 et la conclusion dans Une somptueuse Guerre des Sambre
- Werner et Charlotte : tome 1 Un nouveau cycle pour « La Guerre des Sambre » et le tome 2 La Guerre des Sambre : une tragédie viennoise
- « La Légende des Sambre », entretiens avec Jean-Luc Cambier et Eric Verhoest, chez Glénat
- Le fabuleux printemps d’Yslaire
- Sambre tomes 5 et le tome 6 Sambre : au seuil de la Géhenne
- Bernar Yslaire & Jean-Claude Carrière : « Derrière chaque tableau, il y a une histoire »
- Le Ciel au-dessus du Louvre
- Yslaire s’expose au Louvre
- ainsi qu’un autre entretien avec Yslaire (2003)

[1Un titre donné par la veuve de Manet, dans l’inventaire de ses œuvres établi à la mort du peintre.

 
Newsletter ActuaBD