Vague de soutien à Maëster, victime d’un AVC

8 juin 2016 19 commentaires
  • Le 24 janvier 2016, le dessinateur Maëster postait sur son blog, après une absence de plusieurs mois, un message annonçant qu'il avait été victime d'une hémorragie cérébrale (AVC). Paralysé du côté gauche, il doit, depuis, suivre des soins coûteux. Ses amis se mobilisent pour récolter des fonds.

"Pour ceux qui l’ignoreraient, un AVC c’est une vraie chiotte qui détruit les connections entre le centre de commandement et le reste du corps, écrivait-il. Donc, après un AVC quand votre cerveau dit « Jacques a dit : levez les bras ! » votre corps reste les bras ballants, sous prétexte que Jacques n’a pas dit le mot magique… Vous vous retrouvez dans un corps qui n’est plus le vôtre, vous vous retrouvez « hors de vous » en quelque sorte…(...)
Après un séjour en réanimation, je suis depuis quelques mois dans un centre de rééducation parce que pour l’instant je souffre d’une hémiplégie du côté gauche. Ouf… je suis droitier ! Mais ce n’est pas ça qui va me rendre de bonne humeur…
La bonne nouvelle, c’est que je suis vivant, que j’ai mon cerveau en parfait état de marche (en tout cas autant qu’avant) et que je vais tout récupérer, c’est une question de temps (...).

Depuis des mois, l’auteur de Sœur Marie-Thérèse des Batignolles (entre autres personnages à la personnalité forte) subit une longue et coûteuse rééducation. Des travaux vont devoir être effectués dans sa maison pour l’adapter à son handicap. Il devra suivre, en août 2016, un programme de réhabilitation fonctionnelle. Et, vu la situation des auteurs de BD, on devine que ce n’est pas facile, financièrement parlant.

Pour le soutenir, ses amis ont lancé début juin un appel aux dons sur la page "GoMaester".

Il sera également possible d’y acheter des œuvres originales réalisées par d’autres artistes.

(par Patrick Albray)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
19 Messages :
  • Ca n’existe pas une mutuelle des auteurs ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Dauvillier Loïc le 9 juin 2016 à  01:10 :

      Non ! Une mutuelle des auteurs, ça n’existe pas.

      Une mutuelle de M. et Mme Lambda, ça existe, mais ça ne règle pas toujours les cas spécifiques comme celui-ci.

      Cette situation devrait alerter sur les conditions de précarité extrême de notre métier... Mais pour le moment, l’essentiel est de venir en aide à un auteur incroyable et plus que tout, à un homme formidable.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Laurent Colonnier le 9 juin 2016 à  07:32 :

        l’essentiel est de venir en aide à un auteur incroyable et plus que tout, à un homme formidable.

        Quelle mentalité à la noix !!! Alors les autres qui ne sont ni "incroyables" ni "formidables" on peut les laisser crever ?

        (d’autant que les adjectifs incroyable et formidable sont hautement subjectifs et discutables)

        Répondre à ce message

        • Répondu par serge carrere le 9 juin 2016 à  11:30 :

          C’est votre message qui est ridicule.. Loïc ne faisait aucun classement de priorité dans les aides à mener ou non.. Votre dernière remarque laisse supposer que vous avez une rancoeur personnelle avec notre ami et biaise votre jugement... Ce n’est ni le lieu ni le moment pour régler vos comptes..

          Répondre à ce message

      • Répondu le 9 juin 2016 à  10:34 :

        Maëster est un auteur qui a du succès depuis des années, ça fait au moins 30 ans qu’il publie dans Fluide et ses albums se vendent bien, j’espère qu’il a eu l’idée de mettre de l’argent de côté pour les coups durs (comme celui-là), sinon il a toujours la possibilité d’organiser une vente aux enchères de ses pages originales, il y a un public pour ça et ça lui permettra de passer cette mauvaise passe.

        Répondre à ce message

    • Répondu par Fred le 9 juin 2016 à  07:00 :

      Non, la plupart des auteurs gagnent très peu, et donc n’ont pas vraiment les moyens de se payer une mutuelle !
      Disons que c’est un métier ou il ne faut VRAIMENT pas être malade, c’est d’une tristesse absolue ce constat !

      Répondre à ce message

      • Répondu le 9 juin 2016 à  14:06 :

        Oui, d’une tristesse absolue, se retrouver dans le pétrin après tant d’années de travail, réduit à faire la manche. Il faudrait un organisme comme la Roue Tourne pour le monde du spectacle.

        Répondre à ce message

    • Répondu le 9 juin 2016 à  07:00 :

      Personne n’est obligé d’avoir une mutuelle.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 9 juin 2016 à  10:24 :

        Vous ne connaissez pas la loi. Depuis le 1er janvier de cette année, la complémentaire santé (mutuelle) est obligatoire dans le secteur privé.

        Un salarié ne peut demander une dispense d’adhésion à la complémentaire santé collective de l’entreprise que dans les cas suivants :
        - si le salarié dispose déjà d’une couverture complémentaire (mutuelle individuelle, CMU...)
        - s’il dispose déjà d’une couverture collective (notamment en tant qu’ayant droit)
        - s’il est en contrat à durée déterminée (CDD) de moins d’un an
        - s’il est à temps très partiel ou s’il est apprenti et que la cotisation représente 10 % ou plus de son salaire.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 9 juin 2016 à  10:30 :

          Les salariés oui, mais les auteurs ne sont pas des salariés. En même temps quand on a des enfants (les auteurs sont des gens comme les autres) on a une mutuelle sinon on est inconscient.

          Répondre à ce message

          • Répondu par Sergio Salma le 9 juin 2016 à  14:30 :

            On a presque envie qu’ ActuaBD bloque les commentaires utra-choquants de personnes qui ne se rendent pas compte de la violence de leurs interventions. je me demande aussi pourquoi elles interviennent. La liberté de parole mais dans ces circonstances douloureuses peut-être un peu de retenue.

            Répondre à ce message

          • Répondu par BALLESTER Ghislaine le 9 juin 2016 à  17:22 :

            Bonjour, je suis Ghislaine, l’épouse de Maëster. Il y a une petite erreur dans le texte de l’article (mais merci Patrick !) qui vous a mis tous sur le mauvais chemin : la rééducation de Maëster n’est pas coûteuse en soi, puisque prise en charge par la Sécu. Cependant, elle ne suffit pas (par exemple ce genre de rééducation ne prend pas en compte la rééducation neurologique) et nous la complétons par des traitements alternatifs qui eux, sont coûteux. Surtout, nous souhaitons tenter les soins que propose le centre Brain Moove, non pris en charge (http://www.laneurologiefonctionnelle.com) et devons faire des travaux dans la maison pour fin juillet, date où Maëster quittera le centre où il vit à plein temps depuis neuf mois maintenant, à 50 km de chez nous.
            Maëster est un auteur à succès, oui, mais ça n’en fait pas pour autant un millionnaire, si vous êtes auteur vous pouvez faire un calcul très simple. Et la vie enchaîne parfois les aléas qui font que. Nous avons quitté la région parisienne, trop chère pour nous, et l’avc est arrivé. Voilà, ne perdez pas de temps à vous affronter, il y a beaucoup mieux à faire. Ghislaine.

            Répondre à ce message

          • Répondu par BALLESTER Ghislaine le 9 juin 2016 à  17:47 :

            Encore Ghislaine, épouse de Maëster... J’ai oublié de préciser que, bien sûr, nous avons une mutuelle ! La Cpam verse des indemnités journalières calculées sur la dernière année de revenus (pensez à rentrer beaucoup d’argent avant d’avoir un problème de santé !) qui couvre notre loyer. Maëster est bien traité par son éditeur (Editions Glénat) mais il n’a pas sorti de nouveautés depuis plusieurs années, d’où la situation précaire (c’est bien le mot). Qui pourra juger de cela ? Pas un autre auteur en tout cas.
            Enfin, il y a des aides pour les aménagements de la maison, à hauteur de dix mille euros sur dix ans : un monte-escaliers coûte déjà dix mille euros. Pour ceux qui nous parlent de déménager, essayez de trouver une location avec un statut d’auteur (c’est le mien aussi) et une invalidité, pour voir...
            Ghislaine.

            Ghislaine.

            Répondre à ce message

            • Répondu par Tranchand Pierre le 11 juin 2016 à  18:58 :

              Suite à des propos mal interprétés j’avais décidé de ne plus parler sur des forums mais il faut parfois dire les choses importantes !
              La sécurité sociale et la mutuelle prennent en charge les frais d’hospitalisation et nous avons droit à des indemnités journalières pendant un certain temps, puis on vous met en invalidité 1 si vous désirez travailler pour toucher 750€ par mois et 1250€ en invalidité 2 sans pouvoir travailler.
              J’en parle d’expérience j’ai eu moi-même un AVC en mars 2009 et si ma série n’avait pas été un best-seller j’aurais été à la rue.
              J’ai aussi pu re-travailler assez vite, soutenu par tous ceux qui travaillaient avec moi et mon formidable éditeur, malgré un bras et une main gauche paralysés...J’ai appris à dessiner sur tablette graphique ne pouvant plus le faire sur papier...
              Mais rien n’est facile chaque chose est un combat !
              Après un AVC vous devez tout ré-apprendre : manger, boire, (parler parfois), s’assoir, marcher, vivre avec une seule main dans le cas de Maëster et le mien...
              Alors on cherche tous les soins qui pourraient nous sortir du trou, et aussi aménager son lieu de vie, c’est de ça qu’il s’agit...
              Je vais tenter des soins en Allemagne cet été parce qu’on ne renonce pas à rester handicapé...J’ai la chance de pouvoir le faire car ce n’est pas pris en charge...
              Mais faut-il être passé par là pour comprendre...
              Les donneurs de leçon devrait un peu réfléchir à ce que nous vivons au quotidien.
              Le mirage des droits d’auteur tombant comme une manne céleste n’est valable que pour quelques privilégiés...
              Il faut avoir une production régulière et importante sinon avec 5000 titres BD par an...
              Votre série est vite oubliée, aussi si vous ne pouvez pas dessiner...
              Bonne soirée !
              Pierre Tranchand - Pica

              Répondre à ce message

              • Répondu par ludovic le 13 juin 2016 à  07:09 :

                Je confirme les propos de Pica, entièrement. AVC pour moi aussi, et coté gauche immobile, malgré des ventes correctes de mes BD ( 13.000 par volumes ) sans ma conjointe ayant vendu sa maison pour m’aider, j’étais à la rue direct. Passer d’auteur BD à SDF en un rien de temps c’est possible, et même certain ! Putain de métier !

                Répondre à ce message

                • Répondu par Tranchand Pierre le 14 juin 2016 à  07:52 :

                  Bonjour Ludovic,
                  Décidément il y a beaucoup d’AVC dans ce métier, il y a quelques années Walter Färher en a subi un, fort heureusement il s’en est assez bien sorti...
                  Jean Tabary, Claude Marin, Jean-Marc Stalner ont subi aussi la même chose avec plus ou moins de gravité, les deux premiers de façon très grave, pour Jean-Marc, fort heureusement sans séquelles...
                  Avec Jean-Marie Maëster nous communiquons beaucoup pour essayer d’échanger nos expériences de vie et de soins...
                  Je vous invite à me contacter, si vous le souhaitez, via mon site : www. pierretranchand.com.
                  Nous pourrons échanger nos astuces qui rendent la vie plus simple et les infos que nous récoltons pour améliorer notre situation.
                  Bonne journée !
                  Amicalement
                  Pierre Tranchand - Pica

                  Répondre à ce message

    • Répondu par Mister XY, jeune homme ! le 24 juin 2016 à  20:08 :

      Si, cela s’appelle la solidarité d’auteurs. D’où la belle vente d’originaux au bénéfice de Maester. Maintenant, je suis étonné de ne pas voir plus de planches de ses collègues de Fluide Glacial. Merde, au prix où sont les originaux de Gotlib, une ou deux planches auraient suffi à payer un élévateur....

      Répondre à ce message

      • Répondu par Ghislaine BALLESTER le 27 juin 2016 à  11:29 :

        Bonjour,
        merci pour vos beaux messages, merci Pierre, toujours présent.
        En ce qui concerne Gotlib, il a participé, mais hors la campagne GoMaëster... Gotlib est un monsieur adorable qui préfère rester discret. D’autres auteurs de Fluide ont également participé via les dons.
        Nous donnerons bientôt la liste de ce qui est maintenant possible grâce à cette campagne (sur la page GoMaëster). Encore merci du fond du coeur à tous.
        Ghislaine (et Maëster).
        J’en profite pour vous dire comment voir la vidéo : une fois sur la page GoMaëster, cliquer sur « Updates » sous le dessin de Maëster en peintre, puis sur « Read a previous Update » choisir la 9 puis cliquer sur « + Read more ». Vous pouvez aussi vous abonner pour recevoir les nouveaux post en cliquant sur « Sucribe to Updates » puis sur « Follow campaign ».

        Répondre à ce message