Vasco au château d’Angers : le chant du cygne ?

12 décembre 2019 0 commentaire
  • Le château d'Angers accueille l'exposition « Vasco, Mémoires de voyages », riche de nombreux originaux sublimés par ce très bel écrin. L'occasion d'espérer que Le Lombard revienne sur sa décision de priver les lecteurs de toute nouvelle aventure du héros créé par Gilles Chaillet ?

Le vendredi 6 décembre, en marge du festival Angers BD, qui fêtait ce week-end sa 20e édition, a été inaugurée une très belle exposition consacrée à un personnage annoncé pour mort et pourtant bien vivant : Vasco ! Plus précisément, Luc Révillon, qui a repris le scénario de la série après le décès de Gilles Chaillet, à la demande de sa veuve, Chantal Chaillet et en collaboration avec elle, n’a pas tué le personnage à la fin du dernier album, pour la simple et bonne raison qu’il ne s’en sentait pas le droit : «  Je ne l’ai pas fait naître, je ne peux pas le faire mourir  ». Pour autant, L’Or des glaces restera bien le dernier album des aventures de Vasco et signe la fin d’une longue série ponctuée de 30 albums.

Vasco au château d'Angers : le chant du cygne ?
Luc Révillon et Chantal Chaillet devant la représentation du château d’Angers par Gilles Chaillet

Le scénario était déjà écrit et découpé quand Le Lombard a annoncé aux auteurs sa volonté de ne pas prolonger la série. Les éditeurs ont alors accepté que Luc Révillon dispose de huit planches supplémentaires permettant de donner une vraie fin à cette série qui reste la plus célèbre représentation en bande dessinée du Moyen Âge.

Chantal Chaillet prononce un discours à l’occasion de l’inauguration de l’exposition

Est-ce que l’on reverra Vasco sous d’autres formes, à l’instar d’Alix Senator ? Ce n’est pas tout à fait impossible, et cela serait vraiment souhaitable. Avec environ 12.000 albums vendus de chacun des derniers tomes, cette décision d’arrêter Vasco peut d’ailleurs interroger quant à la stratégie difficilement lisible et compréhensible du Lombard sur ce dossier, alors que cette série possède un public aussi fidèle que passionné.

Revenons-en à cette exposition, constituée d’une quarantaine d’originaux qui nous permettent d’appréhender la qualité du dessin tout en nous donnant l’opportunité de découvrir nombre de crayonnés, encrages, pages de scénarios et autres recherches graphiques diverses et variées. Comme l’indique son titre (« Vasco, Mémoires de voyages »), cette exposition s’intéresse aux voyages de ce héros du XIVe siècle aux quatre coins du vieux continent.

Le 20e volume, Le Dogue de Brocéliande, s’ouvrait d’ailleurs sur une planche représentant le château d’Angers, qui abrite aujourd’hui l’exposition. On y retrouve quelques originaux de Chaillet représentant avec minutie les monuments phares d’Angers à la fin du Moyen Âge. Il est d’ailleurs intéressant de se pencher sur les sources graphiques de ces dessins : Luc Révillon, alors enseignant en histoire dans la région angevine et ami de Gilles Chaillet, était allé aux Archives Départementales avec l’une de ses classes de 5e, et ce sont ces jeunes collégiens qui avaient collecté un ensemble de représentations de la capitale angevine qui avaient ensuite été très utiles au père de Vasco. L’exposition suit une progression chronologique et géographique de ville en ville, avec des originaux présentant les voyages du Siennois entre 1347 à 1368.

Reste à espérer que cette très belle exposition, dans son magnifique écrin angevin, ne sera pas un chant du cygne et que l’on retrouvera bientôt notre commis de banque préféré, d’une manière ou d’une autre !

(par Tristan MARTINE)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Exposition en partenariat avec Angers BD et Les Editions du Lombard, avec Luc Révillon comme conseiller historique, au Château d’Angers jusqu’au 5 janvier, de 10h à 17h, sauf le 25 décembre et le 1er janvier. Jusqu’au 31 décembre 2019 : tarif : 9 euros. A partir du 1er janvier : tarif 9,50 euros.

  Un commentaire ?