Vente de BD dans les salles de vente : Christie’s, Sotheby’s, Artcurial, le choc des titans

23 mai 2016 7 commentaires
  • Alors que se clôt, avec la vente Christie’s ce samedi 21 mars, la partie de bras de fer de ce début d’année 2016 entre les trois grandes maisons internationales de vente aux enchères consacrées à la BD, il est utile de faire le point sur un marché qui, désormais, est en vitesse de croisière et qui constitue un segment incontournable de l’art contemporain.

Le bal des enchères entre les trois institutions du marché de l’art s’est ouvert au Rond-point des Champs-Elysées le 30 avril dernier avec, première dans l’ordre d’apparition, la maison « historique » des grandes ventes de BD : Artcurial.

Avec une première vacation consacrée à l’univers du père de Tintin, attendue par les collectionneurs toujours aussi réactifs à ce personnage mythique, cette vente a réussi à attirer la presse généraliste en raison de l’effet d’aubaine constitué par la dispersion de la collection du chanteur Renaud en pleine phase de promotion.

La vente commença par quelques albums et objets toujours susceptible de séduire son lot de collectionneurs, même si l’on ressent une folie moindre qu’il y a quelques années concernant ce large marché. Elle fut marquée par un score de 180.000,-€ pour une statue en bronze de Nat Neujean..

Vente de BD dans les salles de vente : Christie's, Sotheby's, Artcurial, le choc des titans
Daniel Maghen a le sourire : la planche d’Hergé issue de "Tintin - Coke en Stock" est partie à 240.000€ (hors frais).

L’effet Renaud

Mais le clou du spectacle était constitué par la planche originales du Sceptre d’Ottokar (1939), et donc 100% de la main d’Hergé, laquelle n’a pu que satisfaire le chanteur au foulard rouge et au blouson noir avec un score de 1.046.320,-€ frais compris, pour une estimation de 600.000-800.000€, l’univers du père du héros à la houppette totalisant à lui seul 1.663.252,-€.

La vacation de l’après-midi, généraliste, débuta par un ensemble de 25 originaux de Reiser, dont 21 furent vendus, pour plus de 110.000,-€ frais compris : l’artiste à l’humour féroce demeure intemporel et sa cote exponentielle le démontre. Les quelques albums présents, pour la plupart en provenance de la bibliothèque de Renaud, ont tous trouvé preneur à des adjudications bien supérieures à leurs estimations (ridiculement basses par ailleurs, la palme revenant à un sublime et rarissime tirage de Blueberry reprenant le cycle de La Mine de l’Allemand perdu, estimé 80-120,-€ et envolé à 1643,-€). L’effet d’aubaine de la marque "Renaud" fonctionnait à plein.

Par la suite de très belles pièces des grands maîtres attisèrent le feu des enchères pour le bonheur d’une salle bondée, notamment les œuvres de Jean Giraud-Moebius (plus de 110.000€ pour deux planches de Blueberry !), la vacation de l’après-midi totalisant 1.220.523,-€, le total frisant les 3 millions d’euros.

205,500,-€ pour Gaston : record mondial pour un dessin de Franquin chez Christie’s
Autre record mondial chez Christie’s :195,900,-€ pour une planche de Gaston Lagaffe, le double de l’estimation.

La réponse de Sotheby’s

Après le succès de la vente de la collection de Jean-Arnold Schoofs en octobre 2015 (plus de 2.700.000,-€), Éric Verhoest de la Galerie Champaka (Bruxelles et Paris) et Bernard Mahé de la Galerie 9e Art (Paris), concoctèrent pour cette vente du 14 mai un catalogue riche de 268 lots, mêlant œuvres de BD mais aussi quelques pièces d’illustrations (avec Albert Dubout et Gustave Doré entres autres). Si quelques très belles pièces ont atteint des sommets, telle la couverture de l’intégrale de 2015 de Long John Silver par Mathieu Lauffray dans son estimation à 33.750,-€, une très belle planche où Mortimer bataille contre des dinosaures dans d’hostiles contrées du passé (issue du Piège Diabolique) à 105.000,-€, ou bien deux planches de maîtres américains (72.500,-€ pour une œuvre de Schulz, ce qui n’est pas, si vous nous passez l’expression, Peanuts... et 67.500,-€ pour une exceptionnelle planche de Little Nemo de Winsor McCay), la vente fut certainement en dessous des attentes avec plus de 40% d’invendus pour un résultat total de 1.340.440,-€. Était-ce l’effet d’une prise en sandwich entre deux autres ventes d’importance et d’un manque de pièces de grand prestige pouvant hisser le résultat global ou le résultat d’estimations trop élevées ? Bien malin qui puisse le dire. Souhaitons que la prochaine vente Sotheby’s connaissent des enchérisseurs plus audacieux !

3,742,025,-€ pour Christie’s

Enfin, Christie’s, concurrent direct de Sotheby’s par le chiffre d’affaire global et pour les ventes de bande dessinée, les deux dernières ventes sont apparues comme un affrontement entre deux galeristes-experts.

Daniel Maghen maître-d’oeuvre pour Christie’s est venu clore ce triptyque des vente à portée internationale avec une vacation de 211 lots qui s’est révélée un beau succès grâce à quelques records qui marqueront le marché. Citons entre autres : 601.500,-€ pour une grande illustration d’Hergé et de son studio de 1967, estimée 300.000-350.000,-€, 229.500,-€ pour une petite illustration de 1947 d’une scène de L’Étoile Mystérieuse (estimation 80.000-100.000,-€), plus de 200.000,-€ pour une remarquable planche de Blake et Mortimer issue du Mystère de la Grande Pyramide, plus de 400.000,-€ partagés pour deux œuvres de Gaston par Franquin (une couverture originale couleurs et une planche), 55.500,-€ pour une planche de Gibrat (alors même qu’une planche s’échangeait il y a quelques années à la Galerie Maghen entre 3500 et 5000,-€), enfin 27,500,-€ pour une superbe planche de Bob Fish accompagnée du Jeune Albert, signée Yves Chaland !
Le résultat total de ce bouquet final 3,742,025,-€.

Score incroyable pour une illustration d’Hergé : 229.500,-€ !
Ce dessin d’Hergé de 1967 pour l’exposition universelle de Montréal est partie à 601.500,-€. Incroyable !
50.000€ pour un dessin du studio Hergé. Dix fois l’estimation !

Quel bilan tirer de ces trois ventes des poids lourds du marteau ? Au-delà des guerres intestines et des contingences du marché de l’art dans lequel la bande dessinée est devenue un acteur incontournable avec plus de 8.000.000 d’euros sur ces trois ventes, si l’on ne s’attarde que sur les chiffres, de nombreux enchérisseurs internationaux maintiennent le marché à un haut niveau de valeur et de dynamisme, propulsant de nouveaux artistes à des adjudications inédites et augmentant la cote déjà élevée des maîtres. Le marché des originaux de bande dessinée continue à bien se porter en ces temps de crises. Faut-il y voir un signe du temps ? Sans doute, mais lequel ? À vous de nous le dire.

Jacobs et Uderzo tiennent bien leur cote : respectivement 205,500,-€ pour une planche de la Pyramide et des Lauriers de César.
Record pour une planche de Jean-Pierre Gibrat : 55,500,-€
Nouveau record pour Yves Chaland : 27,500,-€ pour une planche de Bob Fish.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

(par Louis GIRARD)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Prochaine vente prévue :

Hergé chez Piasa, le 24 mai 2016.

Photos : D. Pasamonik (L’Agence BD)

 
Participez à la discussion
7 Messages :
  • Christie’s appartient bien à la Holding de Mr Pinault. Mais êtes vous sûr que Sotheby’s appartient à LVMH ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Marcel Haouat le 23 mai 2016 à  06:45 :

      Pas de lien entre Bernard Arnault et Sotheby’s en effet, même si dans les années 1990 il a essayé en vain de devenir actionnaire principal de Sotheby’s.
      Il a acheté la maison Phillips, 3ème du marché loin derrière Christie’s et Sotheby’s, puis l’a revendue après d’énormes pertes. Et la maison Tajan est propriété de LVMH.

      Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 23 mai 2016 à  11:32 :

      Vous avez raison, nous avons corrigé cette erreur.

      Répondre à ce message

  • Cela n’arrête pas, il y en avait une ce jour chez Piasa,en partenariat avec Moilinsart, intégralement consacrée à l’oeuvre de Hergé, et il y en a une ce samedi à Drouot à 13h45.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Pigollin le 26 mai 2016 à  19:15 :

      Il y a aussi cette vente Coutau Begarie à Drouot samedi à 14h

      Répondre à ce message

      • Répondu par Mister XY, jeune homme ambitieux ! le 28 mai 2016 à  19:28 :

        Très décevante, cette vente. Les albums ont eu des résultats médiocres, les planches aussi. Très grand nombre d’invendus, comme chez Piasa. Les arbres ne montent pas jusqu’au ciel !

        Répondre à ce message

        • Répondu par Mister XY, jeune homme ambitieux ! le 29 mai 2016 à  21:46 :

          Pareil chez cata (strophe ?) ce soir. A part les BD flamandes, c’est poussif.... La faute à des estimations trop hautes comme les prix de réserve.... Dommage, il y avait des lots rares....

          Répondre à ce message