Vers une réouverture des parcs d’attraction en juin ? Craintes et espoirs des marchands de rêve

18 mai 2020 0 commentaire
  • Nous vous en parlions au début du confinement : le secteur des parcs d'attraction, notamment porté par le tourisme, est l'un des plus touchés par la crise du coronavirus. Avec un confinement qui a démarré dès le début de la saison printanière et qui a emporté avec lui nombre de jours fériés et week-end prolongés, dates importantes pour le chiffre d'affaire des parcs, le secteur a accusé des pertes terribles. Alors que depuis le 11 mai, la France savoure son déconfinement et repart tant bien que mal en rouvrant progressivement ses commerces, qu'est ce qui attend les parcs d'attraction Disney, Astérix et Spirou ?
Vers une réouverture des parcs d'attraction en juin ? Craintes et espoirs des marchands de rêve
La carte de France du déconfinement le 11 mai.
© www.gouvernement.fr

L’exécutif avait annoncé dès le début la condition de ce déconfinement du 11 mai : un cas par cas en fonction de la région et du type de commerce. Mais alors que, depuis le 11 mai, certaines boutiques ont pu reprendre leur activité, les cinémas, salles de concert, ou encore les parcs d’attraction restent encore confinés. Par ces mesures destinées à prévenir d’une seconde vague de l’épidémie, l’intention consiste à limiter au maximum les rassemblements massifs.

Un déconfinement au cas par cas en défaveur des parcs

Logique dès lors que les parcs gardent leurs portes closes, mais jusqu’à quand ? Comme pour beaucoup d’autres secteurs, assez peu d’informations ont été transmises sur les possibles dates et conditions de réouverture. Et pour cause, il est difficile pour le gouvernement de s’engager quand on ne sait pas à quoi demain ressemblera. On a vu hier la région du Loiret être à nouveau confinée pour une semaine en réaction à un sursaut du virus et la découverte d’un foyer de contamination : le pays n’est toujours pas à l’abri d’un re-confinement.

Photo : Disneyland Paris

Pour les parcs d’attraction, cette incertitude est une épée de Damoclès à double tranchant. Si le gouvernement décide de ne pas rouvrir les parcs de l’été, c’est une année entière qui disparaît des caisses, avec des conséquences dramatiques pour les organisateurs. Pertes qui pourraient toutefois être limitées si on les informait au plus tôt de leur fermeture : ils pourraient ainsi arrêter les frais pour 2020 et préparer la saison prochaine.

Mais en conservant l’espoir d’ouvrir malgré tout cet été, les parcs font en ce moment face à des coûts très élevés : frais d’entretien des machines, des espaces verts... Autant de dépenses sensées préparer une réouverture encore bien incertaine.

Et tous n’y survivent pas, à l’image du parc de loisirs Hourra Parc, à Pont-Sainte-Marie dans l’Aube qui a annoncé sa fermeture définitive des suites du confinement. Sans parler non plus d’une faillite, Disney a annoncé des pertes s’élevant déjà à 1,4 milliards de dollars depuis le début de la pandémie, dont 1 milliard directement liés aux fermetures des ses parcs à travers le monde. Coup dur pour la firme aux grandes oreilles.

Une réouverture qui rime avec masques et gels

À travers le monde, on a pu toutefois déjà voir quelques parcs rouvrir leurs portes, à l’image du Disneyland de Shanghai qui a accueilli du public ce lundi 11 mai pour la première fois depuis trois mois. La réouverture ne s’est pas faite sans contrainte : le parc n’était autorisé à recevoir que 20% de sa capacité maximale, et cet accueil s’est fait au rythme des marquages au sol et des gestes-barrières.

Les mêmes contraintes s’imposeront bien évidemment aux parcs français si réouverture il y a, ce qui là encore engendrera de nouveaux coûts. Mais pour l’ensemble de la filière "le seul mot d’ordre sera la sécurité" martèle Henk Benbom, le directeur du parc OK Corral à Cuges-les-Pins dans une interview accordée à La Provence.

Pour Disneyland Paris, il faudra sans doute se montrer bien plus patient qu’à Shanghai : les réservations sur le site du parc sont impossibles jusqu’au 14 juillet. Il semble donc peu probable que le parc rouvre d’ici-là, et encore, cette date pourrait bien être repoussée si la situation l’exige.

De même pour le Parc Spirou de Monteux qui pensait rouvrir ses portes en grandes pompes le 4 avril, date repoussée une première fois au 11 avril, puis encore une fois au 1er juin, avec cinq nouvelles attractions pour la saison. On doute que ce délai puisse être tenu pour le groom... Le parc semblait pourtant promis à une belle saison pour sa troisième année d’ouverture : avec 400 000 visiteurs l’année dernière, il avait trouvé son public et son rythme de croisière et promettait de l’accueillir cette année avec des nouvelles attractions, une végétalisation encore plus aboutie...

©Capture d’écran / Site officiel du parc Spirou.

Quant au parc Astérix, on peut lire sur son site que "le Parc Astérix reporte son ouverture à une date indéterminée". La direction a par ailleurs mis en place une série de mesures-pansements pour limiter la casse, en proposant par exemple de prolonger la durée du pass saison, précieux sésame dont les bénéficiaires n’ont pas pu profiter cette année.

Une année perdue

Pour tous les professionnels du secteur, 2020 sera donc une année morte, même si une réouverture miraculeuse intervenait avant l’été. Le mois de mai et ses nombreux jours fériés représentent chaque année un apport majeur dans les caisses annuelles sur lequel les parcs ont dû tirer une croix cette année. Désormais l’ordre du jour est surtout de limiter la casse au maximum et d’accepter qu’il n’y aura pas de bénéfice en 2020,. Les investissements prévus pour 2020-2021 sont d’ores et déjà reportés pour le parc Astérix ou pour le Futuroscope entres autres.

Une dernière inconnue demeure : l’embauche des saisonniers. Si certaines structures ont déjà interrompu leurs contrats avec des saisonniers ou des intermittents, comme Disneyland Paris qui a été vivement critiqué pour ces mesures, certaines directions de parcs restent optimistes et s’attendent à devoir engager du monde pour juillet ou août en cas de réouverture. Reste à savoir si les jeunes, principaux concernés par ces contrats saisonniers chaque année, seront au rendez-vous... On y verra plus clair le 2 juin, date probable du déconfinement des cafés et des restaurants.

Le Pégase Express, l’une des attractions-phares du parc Astérix, restera au box cette année...
© Capture d’écran / Site officiel du parc Astérix.

(par Jaime Bonkowski de Passos)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

En médaillon : © Instagram officiel de Disneyland Paris.

  Un commentaire ?