Vingt ans de magie avec Mélusine

15 juin 2012 4 commentaires
  • Mélusine souffle les bougies de son vingtième album, mais est toujours en quête de son prince charmant ! Elle décide d'utiliser ses 'charmes', mais ceux-ci n'apportent pas vraiment le résultat escompté ! Une série qui devient un classique, touchant autant les jeunes et que ceux qui la connaissent depuis des lustres.

Marre d’être célibataire ! La jeune et jolie sorcière Mélusine ne comprend pas pourquoi elle ne trouve pas le grand amour. Rien à voir avec son caractère, bien sûr ! L’explication est sans doute beaucoup plus simple : elle vit dans un trou perdu et sinistre qu’évitent comme la peste les beaux chevaliers.

Elle décide donc de donner un petit coup de pouce en se jetant un envoûtement. Horreur ! Elle se trompe dans son dosage et c’est le monde entier qui l’adore, l’admire et veut passer sa vie avec elle. Il faudra bien du courage, de l’ingéniosité et de l’humour à la maladroite pour remettre les choses en ordre.

Vingt ans de magie avec Mélusine
Tout le monde est amoureux de Mélusine, mais cela fait-il réellement son bonheur ???

La plus célèbre des sorcières de la bande dessinée en est déjà à son vingtième album. Dire qu’elle est née de l’imagination de deux auteurs qui venaient de se faire respectivement refuser leur projet chez Dupuis ! C’était également l’époque où Harry Potter n’était pas encore sorti de la tête de JK Rowling, et où nos jeunes têtes blondes n’étaient pas encore revenues en force dans la magie et l’heroïc fantasy. C’est dire si Clarke et Gilson ont eu le nez crochu en lançant les aventures de cette sorcière qui se partage entre ses cours, ses amies et son travail dans un château aussi poussiéreux que mal fréquenté.

Pour cet anniversaire, Clarke redessine la couverture du premier tome de cette série, devenue aussi fétiche que magique.

Une fois de plus, Gilson met une thématique en avant, et celle-ci est aussi contemporaine qu’intemporelle, avec la recherche du grand amour facilitée par divers moyens artificiels. Cette suite de gags se lit aussi agréablement dans le Magazine de Spirou en gags, qu’en récit complet en album. Les auteurs font revenir l’ensemble des personnages principaux, tant en inventant un nouveau, qui fait hommage à un des personnages les plus sympathiques de Vandersteen.

Clarke nous enchante par sa justesse et par la variété d’un dessin tout public qui bénéficie de son nouveau développement dans le registre du dessin réaliste : sa Mélusine n’en ressort que plus jolie et toujours aussi actuelle.

Ce vingtième tome prouve que la série de Dupuis a toujours autant d’étincelles ; Elle n’a pas pris une ride, et devrait encore nous enchanter pour de longues années !

(par Charles-Louis Detournay)

(par Christian MISSIA DIO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Mélusine, T20 : Envoûtement - Par Clarke & Gilson - Dupuis

Commander ce vingtième Mélusine chez Amazon ou à la FNAC

Lire également sur ActuaBD :
- notre dernière interview de Clarke pour ("Nocturnes") : "Un personnage est crédible lorsque son auteur le comprend"
- Notre chronique de Mélusine T9 : Hypnosis

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • Vingt ans de magie avec Mélusine
    15 juin 2012 07:55

    Salut,
    Quel excellent artiste, ce Clarke. A quand son retour à fluide ?
    Au passage, la légende de la dernière illu :

    Gilson redessine la couverture du premier tome de cette série

     : Je suppose que c’est plutôt Clarke...

    Répondre à ce message

    • Répondu par joel le 15 juin 2012 à  23:09 :

      pourquoi la pagination changeau 3/4 de l’album avec 2001, 2002...?

      Répondre à ce message

      • Répondu par fincher le 8 juillet 2012 à  21:31 :

        Les changements de numéros, ce sont les gags que Clarke a scénarisés lui-même. Il me l’a expliqué en dédicace : tous ceux qui commencent par 20 sont delui. C’était pour s’y retrouver, je crois...

        Répondre à ce message

  • Vingt ans de magie avec Mélusine
    20 juin 2012 23:03, par micor

    Clarke est un dessinateur remarquable mais ce personnage ne m’a jamais attiré le moindre sourire ;Là,c’est plutôt de la faute à Gilson.

    Répondre à ce message