Walking Dead T17 - Par Robert Kirkman & Charlie Adlard - Delcourt

18 février 2013 9 commentaires
  • Dix septième tome des aventures des survivants de l'apocalypse zombie. Tome marquant le passage de la série au delà du centième numéro après un seizième tome en demi-teinte. Ce qui fait l'âme de la série est-il toujours présent?

Le dernier tome des aventures de Rick et compagnie nous avait clairement laissé sur notre faim, la faute à des dialogues trop poussifs en vue d’un centième numéro explosif.

Sans dévoiler l’intrigue de ce tome, sachez que Robert Kirkman y va fort, et même beaucoup trop fort.

On pouvait penser que l’arc narratif de la prison aurait constitué le summum du malsain avec son atmosphère pesante et réfléchie. Que nenni. Kirkman verse cette fois dans le trip psychopathe irréfléchi, flirtant avec les pires moments de l’infâme série Crossed, où la violence gratuite et injustifiée servait de prétexte à un divertissement bas de gamme pour lecteurs dont le sens critique était défunt lui aussi.

Sans doute espérait-il de Charlie Adlard qu’il assure par un abattage dont il a le secret et auquel le succès de la série doit beaucoup, mais il n’y arrive guère, offrant un travail bien en deçà de ce dont il est capable d’ordinaire.

Bref, pour son centième numéro, Walking Dead loupe le coche, alors que le thème des zombies vieillissants aurait pu produire une séquence exceptionnelle qui aurait constitué un climax-événement dans le déroulement de la série.

Un raté inexplicable.

Walking Dead T17 - Par Robert Kirkman & Charlie Adlard - Delcourt
(C) Delcourt/Charlie Adlard

(par Antoine Boudet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
9 Messages :
  • Bien d’accord avec vous, je lis la série en V.O et vais donc supposer que les parutions V.F sont identiques. Après le gros choc nerveux du T.14 la série a eu beaucoup de mal à se renouveler. Pas convaincu non plus par les dernières parutions, je crois que cette série a atteint sa limite. Mais c’était très bien pendant tout ce temps. Je crois que c’est "Adieu" pour moi...

    Répondre à ce message

  • Raté ? Pas vraiment. La série explore enfin un pan nouveau d’action. Jusqu’à présent, Rick et les survivants ont surmonté tous les obstacles sans trop de mal et pour la première fois, ils se heurtent à bien plus fort qu’eux. C’est d’autant plus excitant que les personnages historiques ne sont plus à l’abri du trépas, la série ayant enfilé la plupart du temps les décès de comparses et de troisièmes rôles. On touche au coeur et c’est ce qui peut gêner, oui.

    Mais personne n’est immortel...

    Répondre à ce message

  • Même si la série a eu des ratés (le tome 11) et que les derniers épisodes ne proposent rien de bien nouveau, je ne comprends pas bien votre propos. "Walking Dead" ne joue t-il pas aussi des temps morts ?
    Vous parlez de violence gratuite comme dans "Crossed", mais n’étayez pas vos dires... En quoi est elle gratuite ?
    La violence (ses mécanismes, sa logique, son origine, etc.) n’est elle pas l’un des sujets de ces deux séries ? L’escalade de la violence, l’abolition de la morale, la déréalisation, le consumérisme ne sont-ils pas au cœur de ses deux séries ?
    Certes "Crossed" et "Walking Dead" n’ont pas les mêmes ambitions...
    Mais vous dites de "Crossed" qu’il s’agit " (d’)un divertissement bas de gamme pour lecteurs dont le sens critique était défunt lui aussi".
    Bonjour le snobisme...
    Mais il est où le votre, de sens critique ?
    Elle est où votre argumentation ?

    Répondre à ce message

  • Walking Dead T17 - Par Robert Kirkman & Charlie Adlard - Delcourt
    20 février 2013 11:04, par Oncle Francois

    Une des meilleures ventes Delcourt, et pourtant ne semble guère passionant. Dommage. La série télé a créée un gros buzz, mais quand on l’a enfin vue, on a été très déçu. Quitte à lire du comics, je crois que je vais relire quelques Frazetta, Kirby ou Ditko, cela reste des classiques INCOUTOURNABLES !

    Répondre à ce message

    • Répondu par Alex le 20 février 2013 à  21:47 :

      Alons, relisez un peu les posts ci-dessus. C’est une excellente série, je vous en conseille sa lecture- après 17 recueuils (!)il est normal que certains comme moi dénotent un certain essoufflement visible dans les 3 derniers tomes. Et aucun rapport avec la série télé, que je trouve totalement râtée et qui n’atteint en rien la qualité dramatique de la bd. Bref, vous pouvez vous familiariser sans crainte avec cette série en bandes dessinées, je fus le premier surpris par sa grande qualité (dessins, scénario) en dépit du buzz de la série tv. Walking Dead, c’est aussi un incontournable.

      Répondre à ce message

  • Walking Dead T17 - Par Robert Kirkman & Charlie Adlard - Delcourt
    20 février 2013 15:05, par Gonzalo Izquierdo

    Je suis bien d’accord avec vous. Voilà une série qui a bien du mal a se renouveler, malheureusement. Après le tome 16, j’ai hésité à continuer. Votre critique ne présage rien de bon pour la suite.

    Et sur Crossed : je me demande comment les auteurs ont réussi à publier une pareille histoire aux Etats Unis. Le deuxième tome (avec David Lapham au scénario) est le comic le plus violent et malsain que j’ai jamais lu. C’est tellement "too much" qu’à mon avis ça doit être du second degré, de la pure provocation. Mais je trouve qu’ils vont trop loin. D’autant plus que c’est complètement gratuit, une surenchère dans la violence. Je pense que Walking dead n’est pas réalisé dans le même esprit.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Oncle Francois le 21 février 2013 à  11:39 :

      J’ai du voir à l’époque le premier film de zombis en noir et blanc, la nuit des morts-vivants de Romero. Il me semble que le zombie se prète à la violence gore : il bouffe tout ce qui vit et ne ressent pas la douleur, d’où source de délectation à le voir se faire mutiler, aplatir, écrabouillé. La violence a toujours fasciné les esprits faibles, c’est connu... d’un autre coté, cela peut satisfaire les pulsions malsaines et voyeuristes de certains désaxés.. et les éviter de passer à l’acte, c’est certain. La prostitution libre et le libertinage mutuel consenti réduisent le nombre de viols et de harcélements malhabiles, le gore (en film ou en BD) doit réduire aussi le sadisme.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Yo le 21 février 2013 à  12:56 :

        Une question : Votre post, C’est du second degré ??

        Répondre à ce message

    • Répondu par Saahdi le 21 février 2013 à  13:38 :

      J’attends la suite de WD en trépignant. Je ne peux pas vraiment dire que ce tome 17 m’a autant botté que les premiers à l’époque, en revanche et c’est bien ballot, je suis accroc.
      Surtout, j’attends de Kirkman un coup de génie pour la suite. Je voudrais vraiment qu’il me surprenne. La situation dans laquelle il a empêtré ses personnages appelle à être gérée avec beaucoup de prudence et d’intelligence, afin de ne pas tomber dans les poncifs.

      En ce qui concerne Crossed, je serais plus mitigé que vous dans mon jugement. Après tout si l’on pose une limite, elle ne peut être qu’arbitraire. Le monde dans lequel nous vivons ne semble pas en connaître, de limites, et je pense que c’est de cela entre autres que les auteurs ont souhaité nous parler.
      Les scènes d’horreur qui nous sont proposées, je les prend comme autant d’illustrations brutes de ce que l’on peut voir dans notre monde.
      Et oui, il y a beaucoup de second degré. Dans les pires scènes on trouve des éléments qui ne sont pas sans rappeler les délires de Warren Ellis dans Transmetropolitan.

      De manière générale, je ne suis pas bien étonné des réactions épidermiques de provoquent cette série. Elle est certes violente à l’extrême, mais elle propose pour une fois d’aller au fond de ce thème que tout le monde semble vouloir aborder sans jamais vraiment l’assumer. Les zombies, c’est cruel, sanglant, violent, amoral, ça heurte qui plus est les sensibilités judéo-chrétiennes, ce qui ne gâche rien, voire, constitue le fondement de ce thème. Ca met en scène des survivants, des anonymes confrontés à l’horreur, des gens qui pourraient être chacun d’entre nous.
      M’est avis que les auteurs de Crossed nous proposent simplement d’arrêter de nous voiler la face en nous présentant le fond originel de nos terreurs : la cruauté atavique inscrite en l’Humain, liée à l’histoire même de Sa survie ; la crainte que nous avons d’y succomber un jour. "C’est comme du venin mais en bien meilleur", nous dit un personnage en cours de contamination. Un venin, nous dit un autre personnage, qui libère le pire de nous-même, déverrouille les tabous, balaye les interdits.
      Ouais, ça fait peur, et ça dérange ! :)

      En bref, voici ce que nous dit probablement Crossed : Vous aimez le Gore et les zombies ? Voyons de quoi ça parle vraiment, voyons vraiment ce qui vous fait triper dans ce genre.

      Répondre à ce message