Wayne Shelton, T9 : "Son Altesse Honesty" - Par Jean Van Hamme & Christian Denayer - Dargaud

1er novembre 2010 2 commentaires
  • Après avoir lancé la série, {{Jean Van Hamme}} avait confié la destinée narrative de {Wayne Shelton} à {{Thierry Cailleteau}}. Mais la conclusion d'un diptyque caricatural et affligeant mettant en scène des méchants nazis nonagénaires (en 2008, il fallait oser !) avait provoqué le retour du créateur de {XIII} et de {Largo Winch}. Le résultat est à la hauteur, au grand bonheur de {{Christian Denayer}}.

Wayne Shelton reçoit un appel de l’une de ses amies les plus intimes : Honesty. Elle lui demande de rejoindre Bruxelles car elle doit y accomplir une mission qui pourrait leur rapporter deux millions de dollars ! Cela tombe plutôt bien pour Shelton, plutôt à sec car ses dernières aventures lui ont plutôt rapporté la peau de chagrin !

Dans la capitale belge, il apprend que Honesty ressemble à s’y méprendre à la grande-duchesse du Würtenheim ! La nouvelle souveraine de ce petit pays vit cloitrée dans un château car elle est aussi devenue depuis peu l’héritière d’une mine de platine, générant plusieurs dizaine de millions de dollars de revenus. Shelton est chargé d’assurer la protection de la grande duchesse pendant qu’Honesty prendra sa place dans les représentations officielles…

Wayne Shelton, T9 : "Son Altesse Honesty" - Par Jean Van Hamme & Christian Denayer - Dargaud

En janvier dernier, Jean Van Hamme évoquait sa reprise de Wayne Shelton dans nos pages : « Quand il a fallu envisager de changer de scénariste, il a paru plus simple pour des raisons aussi diverses que variées que je reprenne mon personnage, plutôt que de le confier à quelqu’un d’autre. J’avoue que je m’amuse beaucoup avec Wayne Shelton, le remettant sur les rails de son travail de mercenaire, un axe qu’il n’aurait jamais du quitter pour aller sauver ses amis aux quatre coins du globe, car c’est avant tout un être vénal, et donc il court après l’argent. Bien entendu, cela ne va se passer exactement comme il l’entend, c’est le sel de l’histoire ».

Revenir aux fondamentaux de la série était une bonne idée. Cette aventure est centrée sur l’action, les retournements de situation et les rebondissements. Bien sûr, certains trouveront à redire sur la mécanique du scénario. Van Hamme n’utilise pas de ficelles, mais des câbles d’ascenseur pour construire son récit. Mais cela marche. On apprécie immédiatement l’habilité du maître qui évite tous les pièges du cliché pour donner du relief à cet excellent récit d’aventure.

Regonflé à bloc, Christian Denayer y donne le meilleur de lui-même. Dans le précédent cycle scénarisé par Thierry Cailleteau, on sentait que le dessinateur n’était pas particulièrement transporté par les méchants nazis nonagénaires qui voulaient ressusciter Hitler. Denayer est revenu à un trait soigné pour Son Altesse Honesty, en osmose avec un scénario à la vigueur retrouvée et avec certains lieux de l’histoire, puisqu’une partie du récit se déroule dans la capitale belge qu’il connaît bien, forcément. Les fans de la série ne souhaiteront qu’une seule chose : que Jean Van Hamme ne cède pas trop vite ce personnage à un autre scénariste !

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.


Des Interviews :
- Jean Van Hamme : "Face à un choc émotionnel, il y a peu de différences entre homme et femme" (Janvier 2010)
- Christian Denayer : "Ma collaboration avec Van Hamme m’a valu la plus grande trouille de ma vie" (Mars 2006)
- Thierry Cailleteau : "Mon Shelton se différencie de celui de Van Hamme, sans pour autant le renier" (Avril 2007)

Lire les chroniques des albums : T7, T6, T5, T4, T3 et T2.


Commander cet album sur Amazon ou à la Fnac


Illustrations : © Denayer, Van Hamme & Dargaud.

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • Il y a bien longtemps déjà que Van Hamme-qui a été à un moment la référence ultime du scénario de qualité- a abandonné l’imagination et la créativité pour la grosse ficelle et le petit string...
    L’un étant la conséquence de la perte de l’autre.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Sébastien C. le 2 novembre 2010 à  19:03 :

      Hé hé, moi je dirais plutôt qu’il reste la référence ultime du scénario de qualité mais qu’en plus il a aussi ajouté la grosse ficelle et le petit string, ce qui n’est pas pour me déplaire ;-)

      Répondre à ce message