Welcome to Hope T3 - Par Marie et Vanders - Editions Bamboo

21 mars 2008 0 commentaire
  • Fin de cette trilogie noire et moite dans la pure tradition du polar crasseux et étouffant, planté dans un coin perdu du sud des États-Unis.

C’est avec ce troisième tome intitulé Inéquation que se termine le cycle imaginé par Damien Marie et mis en images par Vanders : Welcome to Hope ; un triptyque haletant et tendu à comme le climat qui règne habituellement dans ce genre de récit. Une petite ville perdue au Sud de nulle part saturée d’ennui et de chaleur moite voit converger les errances et la violence de personnages cyniques et dérisoires.

La mystérieuse et intrigante Norma, Scott le joueur de poker désabusé et cynique, Cody le petit garagiste minable rescapé et Borman l’agent fédéral solitaire et perdu dans cette province refermée sur ses trafics obscurs et douteuses… Tout ce petit monde, dont on avait suivi les mésaventures dans les deux précédents tomes se retrouve, se croise… rarement pour le meilleur, toujours pour le pire.

Le hold up improvisé par Cody tourne au drame mais donne des idées à Scott pour se « refaire » mais c’est sans compter avec le cynisme calculateur de Norma qui rafle la mise sans risque ni difficulté excessive ! Au bout de compte, il ne reste plus que des perdants dans cette histoire !

Sans éviter les clichés du road-movie (dont il revendique d’ailleurs l’influence ) Damien Marie nous tient en haleine jusqu’au bout de ce western nihiliste. Ne ménageant aucun rebondissement, son récit parvient à nous brosser une histoire au suspense bien menée, rythmée par des portraits sans concession de personnages perdus au fin fond d’un sud violent oublié de tout, des lois et de la morale. Combats de chiens plus ou moins arrangés, combines dérisoires mêlant notables et polices locale, bars miteux et rues désertes du lever du jour à la tombée de la nuit, le monde de Hope suinte l’ennui, le repli sur ses ressentiments et la suspicion devant l’étranger, surtout s’il est agent fédéral ! Si l’on sent bien l’influence d’une certaine littérature américaine, si on retrouve certaines images d’un cinéma noir et brûlant, l’histoire de Damien Marie tient la route et se conclut de manière assez logique, suffisamment bien amenée pour nous maintenir en haleine jusqu’au bout.

Malgré quelques maladresses passagères, le dessin de Vanders sert avantageusement le récit par un recours à des ambiances pleines de gris coloré qui rendent parfaitement crédible le caractère étouffant d’une chronique pleine de sueur de poussière et de fureur. La lumière parfois proche de la saturation, associée au classicisme des plans que soutient une voix-off toujours présente, renforce l’aspect très cinématographique de cette histoire.

Un polar pas très accueillant mais...bienvenu dans la bibliothèque des amateurs du genre !

Signalons aussi que le scénario est édité sous forme d’un livre offert par l’éditeur lors de l’achat de ce troisième tome. Une manière inédite et originale de saluer le travail d’un scénariste prometteur. Une initiative à renouveler ?

On trouvera dans la vidéo diffusée par notre partenaire France 5 un riche complément dans l’interview de Damien Marie.

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?