William Vance : « La série XIII n’est pas terminée ! »

15 novembre 2007 0 commentaire
  • La série best-seller de {{Jean Van Hamme}} et {{William Vance}} est décidément atypique et innovante ! Après avoir publié un hors série d’enquête sur le personnage de XIII ({XIII Mystery}), raconté le destin de sa famille ({Trois montres d’argent}), les auteurs ont confié le dessin de leur personnage pour un album supplémentaire à {{Jean Giraud}}.

Le dessinateur de Blueberry illustre « La Version Irlandaise », un album retraçant la jeunesse de Kelly Brian (l’une des identités possibles de XIII). William Vance signe, quant à lui, « Le Dernier Round » qui nous révèle enfin la véritable identité de l’amnésique à la tempe grise. Nous avons rencontré William Vance lors de son passage au Festival BD de Saint-Gilles…

Comment vous sentez-vous après avoir bouclé la série, et révélé la véritable identité de son personnage principal ?

La série n’est pas terminée. Jean Van Hamme est arrivé à la fin d’un cycle, et a souhaité se consacrer à d’autres projets. Tout comme Rosinski, avec Thorgal, Jean me laisse la possibilité de continuer les aventures de XIII avec un autre scénariste. Mais pour l’instant, ce personnage n’est pas ma priorité. Je vais consacrer l’année 2009 à redonner vie à mon marin…

Justement, où en êtes-vous avec Bruce J. Hawker ?

Le scénario est quasiment bouclé. J’ai rassemblé la documentation nécessaire. J’en ai crayonné cinq ou six planches. J’aimerais réaliser cette histoire dans une technique qui m’est inhabituelle : la couleur directe. Bruce J. Hawker met en scène les éléments : la mer, le vent, la pluie, etc. Cette technique leur est plus appropriée. Je pourrais y aller plus en nuance…
Mais quand on maîtrise comme moi la technique de l’encrage, passer à la couleur directe peut être terrible. Heureusement, j’ai acquis de l’expérience sur XIII Mystery [1], notamment.

Revenons à XIII. Le premier album est paru il y a près d’un quart de siècle. Quel est votre plus beau souvenir…

J’ai un petit faible pour El Cascador et Rouge Total. Mais l’album XIII Mystery m’a beaucoup amusé. C’était assez dépaysant de réaliser une sorte de reportage autour de sa propre série, de son héros…

William Vance : « La série XIII n'est pas terminée ! »
Extrait du "Dernier Round"
(c) Vance, Van Hamme & Dargaud.

C’était une idée innovante… Aujourd’hui, les albums thématiques autour d’une série sont pléthore…

C’est vrai ! La Version irlandaise est dessinée par une guest-star, Jean Giraud. Nous avons réalisés Trois montres d’argent qui narrait le destin de la famille de XIII. Et bien sûr, XIII Mystery. J’ai lu l’album Mensonge, le hors-série de Alpha. Jigounov a pris le parti de l’illustrer totalement. Dans le nôtre, nous avons inclus des photographies, ce qui donne un côté sérieux à l’ouvrage. Mais il faut dire que j’ai été sacrément aidé par l’armée américaine, qui m’avait envoyé des tonnes de photos. Pour eux, c’était une forme de publicité !

Quels sont vos sources documentaires aujourd’hui ?

Internet ! Dès que l’on commence à fouiner sur un sujet, on tombe souvent sur des choses auquel on ne s’attendait même pas. Une aubaine ! Auparavant, mon épouse rassemblait, et collait dans des cahiers, des photographies et articles de presse. Nous avions donc un dossier concernant l’armée, un autre sur les institutions américaines, etc. J’ai travaillé de la sorte pour les dix-huit Bob Morane et les onze Bruno Brazil que j’ai illustrés. Sans compter les nombreux autres albums que j’ai signés. J’étais sacrément bien rôdé en commençant XIII. Aujourd’hui, je suis obligé de me restreindre, et de prendre mon temps sur chacun des albums. J’ai eu une alerte, et je suis contraint de faire attention à ma santé. Rien de grave, mais je ne peux plus avoir le même rythme de travail qu’auparavant.

Extrait de "La Version Irlandaise"
(c) Giraud, Van Hamme, Vance & Dargaud.

Il est de notoriété publique que vous n’aviez jamais été aux États-Unis avant de créer XIII. Vous y êtes vous rendu depuis lors ?

Non. Je n’en ai pas envie. J’aime trop ma vision de l’Amérique. Je crains d’être déçu si j’y allais. J’ai été fortement influencé par les USA lorsque je travaillais pour la publicité. Nous nous inspirions beaucoup des revues américaines telles que Life. La plupart des publicités, à cette époque-là, étaient réalisée en illustration…

Vous peignez les couvertures de vos albums. Quelles techniques utilisez-vous ?

Cela varie selon mes envies. J’ai utilisé de la peinture pour Pour Maria, de l’acrylique pour Treize contre I et Rouge Total. Spads est le résultat d’un mélange d’aquarelle et de gouache…

XIII peut-il vivre des aventures classiques si le mystère de son identité est révélé ?

Peut-être… Pour le moment, je ne pense pas à cela.

Des scénaristes travaillent-ils sur la suite ?

Un scénariste a déjà fait des essais. Mais nous ne voulons pas dévoiler son nom. Il a le temps de peaufiner son scénario. De toute manière, Jean Van Hamme supervisera son travail.

Nous avons déjà parlé de la Version irlandaise. Vous m’aviez dit avoir suivi la création de cet album en simple lecteur. N’était-ce pas frustrant ?

Pas du tout ! Jean Van Hamme m’avait donné le scénario avant que Jean Giraud ne commence à le dessiner. Je l’avais donc lu. Et puis, il m’a envoyé les pages de Giraud au fur et à mesure de l’avancement de l’album. La Version irlandaise est un bien bel échange de procédé puisque j’avais dessiné deux albums de Marshall Blueberry avec son personnage.

Alain De Kuyssche et William Vance
(c) Nicolas Anspach

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

XIII, sur actuabd.com :
- Van Hamme & Vance : Retour sur une success story (Février 2004) ;
- "La Version irlandaise" de "XIII", l’album secret de Giraud & Van Hamme (Janvier 2007) ;
- Les chroniques de Opération MonteCristo et de L’Or de Maximilien.


Commander La Version Irlandaise et Le Dernier Round sur Internet.

Photos (c) Nicolas Anspach - Reproduction interdite sans autorisation préalable.

[1Un album « hors série », un livre d’enquête sur le parcours de XIII dans les précédents volumes.

  Un commentaire ?