Willy Lambil ("Les Tuniques Bleues") : « Je suis un auteur instinctif : dessiner est une seconde nature »

4 décembre 2015 13 commentaires
  • Nouvelle prouesse de Lambil, qui livre un récit très dynamique avec "Les Quatre Évangélistes", malgré un scénario assez statique. Grâce à l'album grand format qui vient de paraître avec ses crayonnés, le dessinateur nous explique sa méthode de travail...

Willy Lambil ("Les Tuniques Bleues") : « Je suis un auteur instinctif : dessiner est une seconde nature »Comment parvenez-vous à insuffler du mouvement à vos personnages tout en maintenant, de la clarté à vos planches ? Comme dans cette belle case introductive des Quatre Évangélistes ?

Je discutais avec Jacques Sandron [1] qui me demandait comment je parvenais à réaliser une grande image pleine de détails qu’on appréhende d’un coup, alors que pour sa part, cette clarté ne transparaissait pas au premier regard. Et j’ai dû lui répondre que je n’ai aucun idée de la façon dont je procède ! Une bonne part du travail est inconsciente, puis je dessine ce que j’ai imaginé. Pour cette image introductive de cette nouvelle aventure des Tuniques bleues, j’ai dessiné les personnages en gros plan afin qu’on se focalise sur eux.

Vous séparez soigneusement votre avant-plan qui conduit la thématique du plan moyen qui l’encadre et de votre arrière-plan qui confère l’atmosphère ?

Sans doute, je le suppose, car je ne conceptualise pas ma façon de travailler, c’est instinctif. Je pars du scénario de Raoul, où il peut par exemple placer deux grosses explosions. C’est alors ma tâche que d’habiller tout cela. Cette image vous impressionne peut-être, mais je la trouve relativement facile à réaliser. Par contre, j’ai eu beaucoup plus de mal pour la case introductive de la prochaine histoire, car je devais dessiner un champ de bataille après le combat... et rien d’autre ! Dans ce cas, j’ai dû cogiter, et j’ai placé les soldats sans que le nombre n’ait été vraiment défini par Raoul.

La première planche des "Quatre Evangélistes" et sa case d’introduction

En plaçant les trois soldats de dos, vous focalisez l’attention sur le décor, qui devient alors le centre de cette introduction ?

Ah, mais c’est parce que vous me le dites, mais je n’avais même pas réfléchi au fait qu’ils étaient de dos ! Cela m’aurait plus simple de réaliser la bataille en pleine action ! Autre difficulté pour cette même aventure, je dois réaliser trois planches dans une maison. Il faut donc tourner autour d’eux, trouver de nouveaux angles, alterner les cadrages pour casser la monotonie.

Il faut donc apporter un perpétuel dynamisme au récit, même s’il n’y a finalement pas d’action dans cet album ?

J’ai la chance de collaborer avec un scénariste d’un très bon niveau et régulier. Lorsque je lis les critiques des albums, on parle souvent du scénario, en estimant que n’importe quel dessinateur peut le mettre en scène : ce n’est pas vrai ! Lorsque vous recevez une page de scénario qui ne contient pas beaucoup d’éléments, il faut tout de même remplir votre planche ! Et je dois trouver des détails et des astuces ! Attention, je ne tiens pas non plus à dévaloriser le travail de Raoul, mais n’oublions pas le travail du dessinateur !

La complexité du dessin humoristique est justement de paraître simple, alors qu’il faut non seulement soigner le dessin, mais surtout la lisibilité et le lien entre les cases afin de ne pas casser le rythme de lecture.

Tout-à-fait, je soigne la lisibilité, et je dois casser la répétition des cases pour apporter une fraîcheur constante : pas question de réaliser quatre cases contigües avec le même profil du général Alexander. Mais je vous le répète, je suis un dessinateur instinctif : je ne réalise quasiment aucun croquis. Je commence directement sur la planche, et je place légèrement mes personnages, avant de les dessiner plus en détails, puis j’encre sur le même support.

On retrouve tout de même des croquis au début du tirage grand format qui vient paraître, ils sont face à vos planches crayonnées et encrées ?

L’album grand format qui présente les planches crayonnées et encrées de cette nouveauté

J’avais effectivement réalisé quelques croquis pour la couverture et la première case. Mais pas plus, au grand dam de mon éditeur qui aurait souhaité en ajouter dans ce tirage. En réalité, je préfère ne pas multiplier les recherches. Prenons la couverture, beaucoup ont trouvé que l’esquisse (qu’on retrouve au dos du grand format) est plus réussie que la version encrée. Elle est effectivement plus spontanée, et c’est pour cela que nous avons mélangé les deux pour donner cet amalgame pour présenter le grand format.

Quels objectifs gardez-vous en tête lorsque vous travaillez une planche ?

Je varie les cadrages, en tenant en permanence de replacer tous les personnages afin que le lecteur comprenne facilement la scène. Je travaille chaque planche comme un ensemble, sous la forme de deux demi-planches que j’ai découpées pour plus de facilité et que je recolle ensuite. Je ne compare pas une planche avec celle qui va se trouver en vis-à-vis lors de la parution de l’album, sauf pour éviter de reproduire deux fois le même cadrage s’il s’agit d’une séquence continue. A la différence d’autres dessinateurs qui utilisent des calques pour s’assurer de la place de chaque personnage, je travaille de manière plus spontanée, sans un réel plan préétabli. Il m’arrive bien entendu de ne pas être satisfait du résultat ; je gomme alors et je recommence autant de fois qu’il est nécessaire pour obtenir la case qui me convient.

Une planche encrée des "Quatre Evangélistes"

En regardant ce tirage grand format qui permet de mieux comprendre votre technique, on aurait pu se demander si vous encriez sur vos crayonnés ou si vous utilisez une table lumineuse ?

Non, j’encre directement sur mes crayonnés, mais je les photocopie auparavant. La première fois que nous avons réalisé ce type d’albums, pour les Nancy Hart, nous les avons scanné. Mais cela demande une logistique plus importante, car je ne dispose pas d’un scanner chez moi. Je réalisais alors une dizaine de planches, puis je les apportais chez Dupuis pour qu’ils les scannent, etc. Et cela m’a emmerdé souverainement ! Alors j’ai décidé de fonctionner avec une bonne photocopieuse, qui ne vaut peut-être pas un scanner, mais je trouve que le rendu de ce grand format est conforme à ce qu’on peut en attendre.

Le plat arrière du grand format des Quatre Évangélistes laisse croire que d’autres albums du même style complèteraient cette collection : depuis quand photocopiez-vous ainsi vos planches ?

Il a fallu que je récupère après les allers-et-retours des Nancy Hart, mais je pense que j’ai tout photocopié juste après cette période, à la demande de mon éditrice. On les a utilisés pour les tirages de tête.

Nous sommes étonnés par la qualité et le prix auquel est proposé ce grand format !?

29 € pour ce grand format, avec des croquis et une aquarelle : je suis très content de proposer cela à un plus large public que les tirages de tête, dont le format me semble d’ailleurs parfois un peu trop grand. Mais je pense qu’il est tout de même limité à trois mille exemplaires… Mis-à-part pour un album ou l’autre, je ne suis pas certain d’avoir gardé la totalité des photocopies des crayonnés que j’ai réalisées à partir des albums précédents, mais Dupuis a tout scanné : on pourrait donc réaliser d’autres tirages si le public le désire.

Une demi-planche du prochain tome, en cours de réalisation

Et l’aquarelle qu’on retrouve en début d’album, était-ce votre volonté d’ajouter une touche de couleur qui vienne de vous entièrement ?

Non, nous voulions initialement un ex-libris, mais comme de temps en temps, pour me délasser, je réalise des aquarelles de mes personnages, l’éditrice en tombant dessus a immédiatement écarté le projet de l’ex-libris pour lui préférer cette aquarelle.

Que faites-vous avec ces superbes aquarelles ? Vous comptez les publier dans un art-book ?

Non, pas du tout, je les réalise pour mon plaisir, car j’aime travailler l’aquarelle. J’ai fait beaucoup de paysages, mais dès que vous installez quelque part, il se trouve toujours un petit malin qui se penche sur votre épaule et engage la conversation. Je ne peins pas pour qu’on me tienne la jambe ! Alors, je continue à pratiquer cette technique chez moi, avec les personnages que j’apprécie. Mais j’en ai terminé une, elle va rejoindre les autres qui dorment dans un de mes tiroirs.

Je vais prendre quelques photos pour d’en donner une image à vos lecteurs : peut-être que cela pourra intéresser un éditeur ?

Oui, mais il faudra passer par Dupuis. Car nous ne sommes plus propriétaires tous les deux de la série et des personnages : Cauvin a vendu sans m’en parler. Dupuis m’a aussi contacté pour me proposer de racheter également ma part, mais j’ai refusé. Pas pour une question financière, mais parce que j’aurais été incapable de continuer à dessiner si j’avais été déconnecté des histoires. Le fait de posséder ces personnages, et d’en réaliser ce que je désire, me permet d’aller de l’avant. Pour ma part, financièrement, je me rattrape sur la vente des albums, ce qui n’est plus le cas de Raoul.

Cauvin ne touche donc plus de droits sur la vente des albums ! Pourquoi continue-t-il alors à écrire vos histoires ?

Il est payé au scénario. Je ne connais pas tous les détails car je n’ai été averti que sur le tard, il y a environ trois ans, lorsque tout était signé.

Les outils de travail de Willy Lambil

Qu’est-ce qui motive alors un auteur de 79 ans tel que vous à se lever tous les matins pour venir à sa table à dessin ?

Le réflexe conditionné.

Cela donne l’image d’une relation à l’éditeur qui a vous a formé à travailler sans relâche ?

Disons alors que c’est une seconde nature chez moi. Je ne prends que trois ou quatre jours de vacances par an, au maximum. Auparavant, j’ai réalisé quelques voyages plus long de trois semaines, mais cela me plaît plus autant. Bien entendu, je ne travaille plus au même rythme qu’à la grande époque ! Si je continue, ce ne sont pas que pour des raisons financières. J’ai besoin d’argent, comme tout le monde, mais je ne vis pas dans le luxe. Je possède une petite maison non loin de Charleroi que j’ai achetée il y a plus de cinquante ans. Je dispose d’une petite pièce où je dessine, avec ma documentation rangée dans une armoire, derrière moi. Pas plus. Ma préoccupation a toujours été de ne manquer de rien : la peur du chômage m’a tenaillé, même si je ne l’ai jamais connu, car je travaille chez Dupuis depuis 56 ans, et j’ai dessiné l’équivalent de 90 albums pour eux : 24 Sandy, Les Lampil, Les Tuniques bleues, et les autres.

Vous concevez une forme de fatalité à dessiner, mais vous ressentez tout de même un plaisir, qui est ressenti par le lecteur à la lecture de vos albums.

Bien sûr ! Créer des personnages, les manipuler, les faire évoluer : c’est génial ! Mais je ne veux pas me lancer des fleurs, car je ne sais rien faire d’autres à part dessiner ! J’ai ça dans le sang ! Maurice Rosy me disait toujours : « Toi, tu es une bête de BD ! ». Je sais que le commun des mortels nous considère toujours comme des dessinateurs de petits Mickeys. En son temps, les amis de mon père le poussaient à m’empêcher de dessiner pour me mettre dans la mécanique : « Voilà un vrai métier ! » Heureusement que mon père m’a laissé royalement en paix : « Tu as envie de dessiner ? Fais-le ! Si tu ne parviens pas à en vivre, tu pourras reprendre mon commerce. »

Le bureau de Lambil : des planches de Jjié, des grands maîtres américains, une photocopieuse et des armes factices pour les dessiner au mieux

Vous n’imaginez donc pas vous arrêter un jour ou l’autre ?

Non. Deliège [2], un vrai copain, ne cessait de m’appeler : « Tu continues à travailler ? Tu n’as pas assez d’argent ? ». Et je lui demandais alors ce qu’il faisait lui de ses journées de retraité : « Je m’emmerde. », me répondait-il. La seule chose qui me fait peur, serait que Raoul prenne la décision d’arrêter de travailler. Mais de mon côté, la santé se maintient. Je demande juste à mon éditeur de m’informer s’il remarque que mon trait devient tremblotant. Tant que ce n’est pas le cas, je continue.

Vous n’avez donc pas de demande particulière, tant que tout se déroule bien ?

Tout ce que je demande, c’est qu’on ne presse pas pour prépublier une aventure alors que je n’en suis qu’à la page 30. Je ne voudrais qu’il m’arrive un problème de santé et qu’on doive interrompre la publication ! J’arrive à un âge où il ne faut pas se presser.

Dernière question fataliste : voudriez-vous qu’on reprenne vos personnages si vous deviez vous arrêter ?

Honnêtement, je n’y pense pas. Il faudrait bien entendu voir avec Dupuis, sans oublier les filles de Salvérius qui détiennent encore une partie des droits.

À ce propos, Dupuis a réalisé une superbe première intégrale avec les albums de Salvérius. Voudriez-vous prolonger avec les vôtres ?

Non, je l’interdis. J’estime qu’une série publiée en intégrale est une série morte. Je continue à travailler, je suis toujours sur le marché : je ne veux donc pas d’intégrales.

Pardonnez-moi, mais vous avez donné votre accord pour les Rombaldi, repris par Dupuis ?

Les intégrales thématiques en court de parution

C’est différent, car c’était vendu par correspondance. Cela ne dérange pas car cela n’apparaît dans les librairies aux côtés des autres albums. Par contre, on ne m’a pas demandé la permission pour rassembler les albums sous différentes thématiques. On m’a présenté la maquette, mais trop tard pour arrêter la machine. C’est une façon détournée pour réaliser des intégrales malgré mon précédent refus. J’avais aussi refusé qu’on modifie la maquette des albums : autant par facilité pour les reconnaître, que par honnêteté pour les lecteurs. Ainsi, j’ai refusé de réaliser de nouvelles couvertures, afin que les lecteurs ne pensent pas acheter une nouvelle aventure, alors qu’ils possédaient déjà le titre dans leur collection.

Pour revenir aux Rombaldi-Dupuis, est-ce qu’un quinzième tome sera édité avec le soixantième Tuniques Bleues sur lequel vous travaillez ? Comment sera-t-il distribué ?

Mystère… Je ne sais pas s’ils vont prolonger cette collection avec ce nouveau tome, ni comment il serait vendu : on ne me dit rien.

Propos recueillis par Charles-Louis Detournay

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Lire notre chronique du T59 : Les Quatre Evangélistes

Commander le tome 59 des Tuniques Bleues : Les Quatre Evangélistes par Lambil & Cauvin (Dupuis) :
- en version standard chez Amazon ou à la FNAC
- en version noir et blanc grand format chez Amazon ou à la FNAC

Commander les intégrales thématiques des Tuniques Bleues : Les Tuniques bleues présentent... :
- tome 1 : Les Grandes Batailles chez Amazon ou à la FNAC
- tome 2 : Les Chevaux dans l’armée chez Amazon ou à la FNAC
- tome 3 : Des Personnages réels chez Amazon ou à la FNAC
- tome 4 : Les Indiens chez Amazon ou à la FNAC

Quelques-uns de nos nombreux articles concernant les Tuniques Bleues :
-  Les chroniques des tomes 47, 50, 54, 55, 56 et 58
-  Angoulême 2010 : L’hommage aux Tuniques bleues
-  Une interview de Willy Lambil (Nov 2009) : "On parle bien plus d’un auteur qui vend 5.000 albums à la nouveauté que du nouvel album des Tuniques Bleues !"
-  Raoul Cauvin (mars 2011) : « Comme un acteur, j’incarne chacun de mes personnages en écrivant mes histoires »
-  Willy Lambil (Déc 2011) : « Le réalisme ne m’a jamais quitté, j’essaie juste de trouver un compromis avec le dessin humoristique »
-  Willy Lambil (mars 2014) : " Personne ne s’intéresse à moi "
-  Pauvre Lampil : l’étonnante intégrale
-  Guerre de sécession et western avec les Tuniques bleues

Toutes les photos, y compris celle du médaillon, sont : Charles-Louis Detournay.

[1Dessinateur entre autres de Godaille & Godasse.

[2Paul Deliège est entre autres l’auteur de Bobo et des Krostons.

 
Participez à la discussion
13 Messages :
  • Voilà qui confirme une fois de plus le manque de respect des éditeurs vis-à-vis des auteurs. Des commerçants face à des artistes.

    Répondre à ce message

  • A chaque fois que je lis une interview de Lambil, je suis touché par son humilité et sa candeur. Il reste l’un des derniers représentants d’une certaine idée du travail de dessinateur de BD, et je le respecte beaucoup pour cela.
    Chapeau !
    Et je suis d’autant plus déçu du comportement de Cauvin à son égard : comment peut-on faire preuve de si peu de considération après tant d’années de fructueuse collaboration ensemble ?
    Et je suis d’accord avec l’auteur de l’article pour déplorer son manque d’investissement dans les derniers scénarios. On sent trop la routine et les facilités, c’est dommage pour son co-auteur, qui ne démérite pas.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 5 décembre 2015 à  05:00 :

      Il reste l’un des derniers représentants d’une certaine idée du travail de dessinateur de BD, et je le respecte beaucoup pour cela.

      Détrompez-vous, beaucoup de dessinateurs des nouvelles et moins nouvelles générations ont la même "idée du travail de dessinateur de BD" que Lambil. Ne vous fiez aux happyfews invités sur France Inter, ils ne représentent qu’eux et pas la majorité des auteurs contemporains, bien plus modestes et travailleurs, respectueux du public et des lecteurs, soignant leur dessin comme leurs pairs le faisaient.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 5 décembre 2015 à  15:24 :

        Ah, faire comme ses pairs... La drôle idée !
        ça n’est certainement pas comme ça que l’histoire de l’art a avancé au cours des siècles.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 6 décembre 2015 à  03:11 :

          Se foutre de la tronche des gens en bâclant son travail ce n’est pas "faire avancer l’Art", c’est au contraire régresser.

          Répondre à ce message

          • Répondu le 7 décembre 2015 à  10:43 :

            Comme beaucoup de vos coreligionnaires, vous confondez sans doute "bâcler" et "simplifier". Ça peut très bien s’arranger en s’intéressant de près à l’histoire de l’art.

            Répondre à ce message

            • Répondu le 8 décembre 2015 à  00:00 :

              Sfar il simplifie pour vous ? Non, il bâcle et complexifie pour camoufler le manque de travail.Comme beaucoup d’andouilles vous confondez "simplifier" et "bâcler". Simplifier son dessin demande beaucoup de travail, bien plus que rajouter plein de petits traits.

              Répondre à ce message

              • Répondu le 8 décembre 2015 à  15:18 :

                Si on suit la théorie que vous proposez, Sempé, Reiser, Binet, Vuillemin, Ralph Steadman, Gus Bofa (etc...) eux aussi sont des dessinateurs qui bâclent ?

                Et pourquoi pas Van Gogh, Pollock, Rothko, même Monet !

                Vous voyez bien que votre analyse ne tient pas.

                Répondre à ce message

                • Répondu le 10 décembre 2015 à  17:48 :

                  Comparer Sfar à Sempé ...m’ouais . C est pas sympa pour Sempé.
                  Je regardais à l’instant la nouvelle coqueluche qui reçoit une kyrielle de prix ces jours-ci : Fabcaro pour Zaï zaï zaï zaï...
                  On va avoir un paquet de gens venir défendre ce travail, ventant la "simplification" du trait et du scénario ( pour rappel, c est l’histoire d’un père de famille qui a perdu sa carte de réduction intermarché...).
                  On va finir par croire que le monde est fou.
                  A commencer par les éditeurs dont le dédain est manifeste à l’égard d’auteurs plus classiques...et en parrallèle favorise des gens maladroits, issus des blogs ( rappelons aussi que pour beaucoup de ces gens la,le passage blog est la cinsequence de leur mediocrité à se faire editer).
                  Lambil fait office d’ovni !

                  Répondre à ce message

                  • Répondu par Pirlouit le 10 décembre 2015 à  21:27 :

                    Exact, comparer Sfar et Sempé, c’est absurde, car cela n’a rien à voir !
                    J’ai vu cet aprés-midi en librairie un livre de Régis Onfray, dessiné par ... Mylène Farmer !
                    Je n’ai rien contre Onfray ou Farmer, mais il m’a semblé que le dessin de Mylène (surtout une chanteuse !!) n’avait rien à envier à celui de Sfar. Donc est ce si facile à faire ???

                    Répondre à ce message

                    • Répondu le 11 décembre 2015 à  12:09 :

                      Sfar apauvrit son dessin ( ne pas confondre avec "simplifié") au profit d’une logorhée lourde et nombriliste.
                      C’est bien le problème de lui demander son avis sur tout.
                      Et comme il se pense doué penseur, voila qu’il sur-torche un travail déjà bien torché à la base.
                      C’est ça de se dispersé partout dans tous les genres possibles : ciné, écrivain,chronqueur radio et TV.
                      Je préfère la poésie d’ un discret sempé plutôt qu’ un brillant Sfar.

                      Répondre à ce message

    • Répondu le 5 décembre 2015 à  11:21 :

      Raoul Cauvin c’est expliqué sur son blog : "Une chose à mettre au point quand même. A l’époque, nous avons été contactés par la maison Dupuis, Lambil, et moi, en même temps, pour savoir si nous serions éventuellement d’accord de vendre nos droits sur la série. J’ai effectivement accepté. J’ai bien sûr averti Lambil que j’allais signer. Lui, a préféré refuser pour des raisons qui ne regardent que lui. C’est son droit.
      De là à faire croire qu’il n’était pas au courant.... Il fallait que ces choses là soient dites.
      Très facile à vérifier si besoin en était.
      Je me devais de mettre les choses au point. Voilà qui est fait."

      Répondre à ce message

  • 79 ans dîtes-vous ?C’est assez incroyable,quelle patte,les années glissent sur la main-et l’oeil !-de Lambil comme si de rien n’était ;c’est suffisamment remarquable à signaler ,puisqu’ils sont loin d’être si nombreux ceux qui peuvent en dire autant,hélas.Et quelle abnégation.
    Sacré Willy,on fête souvent,avec raison,les qualités de jeu d’acteur des personnages de Blain ;mais on oublie tout aussi souvent de signaler celles des personnages-chevaux compris-dessinés par Lambil alors qu’il excelle dans le genre,depuis longtemps,avec une acuité d’observation et un naturel dans le geste sidérants,le côté instinctif revendiqué par l’artiste saute parfaitement aux yeux.Les nombreuses scènes de comédie dans les histoires des Tuniques bleues ont bénéficié de ce talent finalement rare,avec le succès,mérité, que l’on connaît.Et qui dure,en ces temps de zappings frénétiques et forcenés.Oui Lambil est une pointure,une pointure qui vieilli remarquablement bien.
    On remarque au passage que bizarrement(!)pour lui accorder la consécration qu’il mérite,on cherche,dans les commentaires,à le désolidariser du divin Raoul Cauvin,mieux lui qu’une pointure:une épée du scénario,qui pourrait donner des leçons à du monde...Pas très sportif tout ça,dans un état d’esprit qui mérite le carton rouge.

    Cauvin qui signale sur son blog que le véloce Lambil,qui ressemble décidément beaucoup à Lampil mais c’est chouette,l’a entre-temps appelé pour s’excuser pour ses propos un peu péremptoires et pas tout à fait exacts.
    La manière,toute en simplicité,dont la méga-star du scénario qu’est cauvin échange avec ses fans est assez touchante au passage.
    Les deux vétérans de la BD que sont Lambil et Cauvin restent dans leurs genres de réjouissantes exceptions.

    Ils sont nombreux ceux qui peuvent toujours s’aligner,à côté, sans s’accrocher à la rampe !

    Répondre à ce message