Wolinski, un penseur qui ne pense qu’à ça

14 décembre 2010 5 commentaires
  • « De tante Yvonne à Lady Carla », la sexualité des Français n’a cessé d’évoluer. La façon de parler de « ça » également. Pensant ces 50 ans, Georges Wolinski a été cette vigie du dialogue entre les sexes, de la Libération sexuelle à la génération SIDA. Drugstore et Arte nous proposent ces jours-ci un livre imposant qui rappelle toute l’importance du compagnon de route de Hara Kiri et de Charlie Hebdo : La Sexualité des Français de De Gaulle à Sarkozy. Un must.

Wolinski, un penseur qui ne pense qu'à çaQuand l’Académie des Grands Prix d’Angoulême couronna l’humoriste Georges Wolinski, il y eut quelques plaisantins pour considérer que cette distinction était usurpée. Les sots !

Wolinski est dans la plus pure tradition des fondateurs de la bande dessinée, celle des Wilhelm Busch, des Caran d’Ache, des Christophe … Celle aussi du dessin d’humour et on peut le ranger parmi les plus grands : Steinlein, Jossot, Chaval

Quand on feuillette l’épais volume de 368 pages que viennent de publier Drugstore et Arte, on ne peut en être que convaincu. Dès les années 1960, avec ses petits ouvrages publiés par Jean-Jacques Pauvert, et notamment ce Elles ne pensent qu’à ça qui le rendit immédiatement célèbre et dont quelques gags sont reproduites dans cet ouvrage, on découvre un auteur capable d’aphorismes cinglants, un Sacha Guitry du dessin, mais aussi d’une surprenante poésie.

Par son apport fondamental à l’équipe d’Hara Kiri où il fait le lien entre Topor et Reiser mais aussi en dirigeant Charlie Mensuel, de 1970 (N°19) à 1981, où il publie avec une curiosité gourmande, aussi bien Krazy Kat et Mutt & Jeff, Chaval et Copi, Kurtzmann et Quino, que Crepax, Buzelli, Munoz & Sampayo. Excusez du peu !

J’adore Wolinski. J’ai toujours adoré Wolinski et sa capacité à se saisir de chaque sujet avec intégrité et rouerie, son talent pour paraître aussi bien dans L’Humanité que dans « Lagardère News », Le Journal du Dimanche, sans donner l’impression d’être un ennemi de sa classe, sa liberté de ton enfin pour parler de sexe, sans tabou et sans chichi, mais avec toujours à la pointe du crayon, le regard juste, pertinent, intelligent et profondément humain.

S’il n’y a qu’un livre à mettre sous le sapin en cette fin d’année, c’est bien celui-là.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
5 Messages :
  • Wolinski, un penseur qui ne pense qu’à ça
    14 décembre 2010 13:32, par Christopher

    Wolinski est dans la plus pure tradition des fondateurs de la bande dessinée, celle des Wilhelm Busch, des Caran d’Ache, des Christophe … Celle aussi du dessin d’humour et on peut le ranger parmi les plus grands : Steinlein, Jossot, Chaval…

    Quel manque de discernement, vous mélangez d’authentiques talents avec un vulgaire tâcheron sans talent graphique, sans humour, sans idée et sans imagination qui a profité de son époque et de sa proximité avec de vrais humoristes et dessinateurs. La seule qualité qu’on peut trouver à Wolinski c’est son rôle de rédacteur en chef de Charlie (c’est déja pas mal).

    Répondre à ce message

    • Répondu par Mael R. le 14 décembre 2010 à  14:58 :

      "aussi en dirigeant Charlie Hebdo, de 1970 (N°19) à 1981, où il publie avec une curiosité gourmande, aussi bien Krazy Kat et Mutt & Jeff, Chaval et Copi, Kurtzmann et Quino, que Crepax, Buzelli, Munoz & Sampayo. Excusez du peu !"

      Je me trompe peut-être mais il me semble bien que c’est à la direction de Charlie Mensuel et non de Charlie Hebdo que Wolinsky à brillé (il me semble même qu’il n’a jamais dirigé l’hebdo, bien qu’il y ai dessiné).

      Répondre à ce message

      • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 14 décembre 2010 à  20:55 :

        Je me trompe peut-être mais il me semble bien que c’est à la direction de Charlie Mensuel et non de Charlie Hebdo que Wolinsky à brillé

        Vous ne vous trompez pas. J’ai corrigé cette erreur. Merci pour votre perspicacité.

        Répondre à ce message

  • "Il vaut mieux ne pensez qu’à ça" qu’à rien du tout, si vous voulez mon avis. Déjà cela prouve que l’on n’a pas le cerveau encombré de courants d’air inutiles sauf pour la ventilation interne (attention à la surchauffe du disque dûr !!). Et que l’on a un centre d’intéret dans la vie ! de quoi être motivé, et de quoi ne pas sombrer dépressif, ni dans la déchéance !!

    Répondre à ce message

    • Répondu par Rob le 29 juin 2012 à  19:24 :

      N’étant pas du tout un amateur de BD je me trouve en possession du volume de Wolinski " je ne pense qu’a ça " et je désirerai bien sur en faire profiter, car les collectioneurs doivent rechercher une telle BD, me faire offre par mail Orange, mon nom morel.robert@orange.

      Répondre à ce message