World Trigger T9 - Par Daisuke Ashihara - Kazé Manga

1er décembre 2015 0 commentaire
  • Dernière ligne droite de la bataille qui oppose les agents du Border aux envahisseurs d'Aftokrator. Une tension à son comble pour une action qui s’avère toujours aussi palpitante et lisible. Un modèle du genre !

Débuté en 2013, au sein du magazine Weekly Shônen Jump de l’éditeur Shûeisha, World Trigger propose un récit mêlant science-fiction et univers contemporain, et développant son action au sein d’un genre particulier, celui des batailles, où prédominent aussi bien les stratégies à grande qu’à petite échelle.

Lors du lancement de la série, nous étions restés mitigés sur l’aspect générique du titre, où l’ensemble restait trop sage, didactique et manquait foncièrement de punch ou de surprise.

World Trigger T9 - Par Daisuke Ashihara - Kazé Manga
Des Attaquants pour le corps à corps
WORLD TRIGGER© by Daisuke Ashihara/SHUEISHA, INC.

Il aura fallu attendre le tome six pour voir cet univers véritablement décoller. Le manga s’avère en effet assez long à démarrer et pose ses bases de manière mécanique et linéaire.

Cependant, une fois ce travail accompli, et comptant sur la curiosité du lecteur pour l’accompagner sur cette première étape, Daisuke Ashihara se lance dans le grand propos de son œuvre, tout à fait passionnant : World Trigger s’avère un récit de bataille, soigné et pensé sur le long terme, loin du modèle nekketsu classique [1] dans son traitement, bien qu’il utilise tous les éléments du genre.

La série oppose le Border, une organisation gouvernementale, aux Neighbors, des envahisseurs arrivant par des portails ouvrant sur d’autres mondes. Les deux camps utilisent une même technologie basée sur le Trion, une énergie vitale que possède tout être vivant, permettant de manipuler un armement baptisé Trigger.

En dépit du caractère d’anticipation de la série, les Triggers utilisés par le Border se relèvent classiques : d’un côté les armes (armes à feu ou armes blanches) et de l’autre les équipements (tenues de combat, radars, dispositifs de camouflage, etc.).

Ils sont cependant dotés de certaines propriétés « spéciales » qui relèvent de la science-fiction et apportent la dimension « fantaisiste » attendue de ce type de manga. Ils peuvent en outre se voir « costumisés ».

Mais le point crucial, qui confère tout l’intérêt au titre, réside dans l’équilibre entre points faibles et points forts de ces équipements, dans la balance entre avantages et inconvénients, qui implique nécessairement un travail d’équipe et de réflexion chez les protagonistes.

Les agents du Border sont ainsi divisés en trois catégories : les Attaquants, les Gunners et les Snipers. Les premiers se battent au corps à corps avec des Triggers s’apparentant aux armes blanches. Les Gunners ont eux recours à des armes à feu et opèrent à moyenne distance. Quant aux Snipers, ce sont des combattants longue portée, comme on peut le deviner.

Des snipers pour prendre en embuscade
WORLD TRIGGER© by Daisuke Ashihara/SHUEISHA, INC.

Notons enfin l’existence de Black Triggers, rares, qui peuvent être envisagés comme des armes stratégiques spéciales en raison de leur pouvoir hors-norme.

Le Border est composé d’unités comprenant quatre à cinq personnes (en comptant l’opérateur), qui agissent de façon autonome ou en collaboration avec d’autres équipes, selon les missions.

Le récit se trouve donc structuré autour de petits groupes, caractérisés par les choix effectués par les membres en termes d’équipement. Les différentes catégories d’armes proposent ainsi différents modèles disposant de caractéristiques très spécialisées.

Par exemple les Gunners ont le choix entre quatre armes de base. Une qui propose un tir tout en puissance, une autre qui génère des tirs multiples à suivi automatique, encore une autre avec tirs multiples à trajectoires contrôlées par l’utilisateur, et enfin une arme de type « tir de zone ».

Les combinaisons stratégiques sont donc multiples et l’amateur de combats sur champ de bataille mettant en scène des mini-équipes, devrait y trouver son compte tant Daisuke Ashihara se montre méthodique, précis et relativement exhaustif.

En raison de cette dimension stratégique, l’aspect nekketsu se trouve minoré : pas « d’explosion de rage » ou de « transcendance grâce au pouvoir de l’amitié » ici, mais les motifs du tournoi et des rangs sont présents.

En effet en dehors de missions qui permettent aux équipes de gagner des points, celles-ci s’affrontent également en tournois dans le même but : gagner des points et monter en rang.

Les missions les plus dangereuses et les plus importantes sont attribuées aux équipes de plus haut rang, y compris, parfois, des expéditions chez les Neighbors.

Voilà donc un univers riche et complet qui prend toute sa mesure à partir du tome six, au cours duquel débute une invasion de grande envergure lancée par un pays Neighbor, Aftokrator, et qui mobilise un casting de personnages conséquent pour la contrecarrer.

Se positionner, intercepter et faire barrage
WORLD TRIGGER© by Daisuke Ashihara/SHUEISHA, INC.

Du côté du graphisme, le trait de Daisuke Ashihara demeure précis et détaillé. Il se montre particulièrement à l’aise dans l’action et la gestion de l’espace. Seul bémol manifeste : un design qui manque de variété et sans doute trop sage. Rien d’extravagant dans ses personnages qui sont construits souvent sur le même modèle.

Ce neuvième tome narre la dernière ligne droite de cette bataille, contre l’élite d’Aftokrator, constituée d’utilisateurs de Black Trigger forcément redoutables. Que ce soit en duel ou à plusieurs contre un, nos héros doivent les empêcher de réaliser leur véritable objectif, qu’ils ont d’abord dissimilé en s’attaquant à de faux « objectifs » et que le Border a désormais découvert.

Tout se dénoue dans ce tome, avec l’apogée de nombreux affrontements qui trouvent leur conclusion, à l’exception de celui impliquant le chef des forces d’Aftokrator : celui-ci se trouve confronté dans les dernières pages à l’un des héros principaux, dernier espoir de ses camarades ! À suivre !

Une excellente série en somme, proposant des situations stratégiques bien ficelées et intenses, et qui monte en puissance petit à petit. Ne pas se fier aux premiers tomes !

Mais la clé reste le travail d’équipe !
WORLD TRIGGER© by Daisuke Ashihara/SHUEISHA, INC.

(par Guillaume Boutet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

World Trigger T9. Par Daisuke Ashihara. Traduction Sébastien Ludmann. Kazé Manga, collection "Shonen Jump". Sortie le 2 décembre 2015. 192 pages, 6,79 euros.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

World Trigger sur ActuaBD :
- Lire la chronique des tomes 1 & 2.

[1Nekketsu : signifie « sang bouillant », ce vocable désigne un type de récit au traitement exacerbé et exagéré dans ses situations et dans la manifestation des émotions.

  Un commentaire ?