« X-9, Agent secret » par Dashiell Hammett et Alex Raymond - Denoël Graphic.

7 décembre 2003 0 commentaire
  • Cette BD qui scelle la collaboration de l'un des plus élégants dessinateurs du début du 20ème siècle avec l'écrivain inventeur du polar noir est un des moments les plus inattendus de l'histoire du 9ème art. « {X-9, Agent secret} » est une série qui a profondément influencé l'Ecole belge, à commencer par Maurice Tillieux et Edgar P. Jacobs.

Né le 3 juillet 1911 à New-Rochelle dans l’état de New-York, Alex Raymond abandonne ses études de dessins à la mort de son père. Après des débuts hasardeux dans le commerce, il devient assistant d’un voisin qui fait des BD pour la King Features, Russ Westover ("Tillie the Toiler"), puis il rejoint la star du Family Strip Chic Young (Blondie) et de la BD d’aventures Lyman Young (Tim Tyler’s Luck) avec qui il forgera cette facture classique qui est la sienne. A la suite d’un concours, on lui confie en 1934 L’Agent Secret X 9, sur des scénarios de Hammet, une série qu’il dessinera pendant deux ans conjointement à son autre création célèbre : Flash Gordon. Il abandonne X-9 en 1936, au profit d’une nouvelle série d’aventure : Jungle Jim. Il reprendra le thème du policier après la guerre avec Rip Kirby. Il meurt tragiquement dans un accident de voiture en 1956, au volant de la voiture de Stan Drake (dessinateur de Juliette de mon cœur).

Né en 1884 dans le Maryland, l’écrivain Dashiel Hammett sait de quoi il parle quand invente le détective Sam Spade : il a lui-même fait ce métier pendant six ans dans la célèbre agence Pinkerton. En quelques années seulement, il écrit les cinq romans qui le rendront célèbre, créant un style qualifié depuis de « hardboiled » (La Moisson rouge, Le Faucon maltais,...). Il arrête le roman en 1934 pour se tourner vers le cinéma, jusqu’à ce que le Maccarthysme l’envoie en prison après la guerre. Malgré une reconnaissance internationale (Gide, Giono, Malraux), il n’écrira plus de romans et meurt en 1961, miné par la maladie et l’alcool.

Ce sont les quatre récits (et quelque 400 bandes quotidiennes) issus de la collaboration dans lesquels ces deux géants inventent le polar moderne qui se retrouvent réunis dans cet album dans une intégrale définitive.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?