X-Men – La Guerre du Messie – Par Craig Kyle, Chris Yost, Duane Swierczynski, Clayton Crain, Ariel Olivetti, Mike Choi (trad. Thomas Davier) – Panini Comics

1er mars 2014 5 commentaires
  • Décimés depuis {House of M}, les mutants de chez Marvel placent leurs derniers espoirs de survie entre les mains de la seule nouvelle-née de l'espèce ces dernières années : Hope. Orpheline adoptée par Cable, l'enfant va grandir à grands renforts de voyages dans des futurs apocalyptiques, d’entraînement militaires rigoureux et de crises d'angoisse de voir débarquer un ancien X-Men qui veut sa mort...

La Guerre du Messie est la deuxième histoire du triptyque qu’a consacré Marvel à l’introduction du personnage de Hope parmi les X-Men. Lors de la précédente histoire, Le CompleXe du Messie, Hope, premier nouveau-né avec un gène X avéré depuis des années, avait été sauvée par les X-Men des griffes d’adversaires divers qui n’ont pas intérêt à ce que l’espèce mutante reprenne du poil de la bête.

Deux options s’offraient à Cyclope, le leader d’une espèce mutante en voie d’extinction : soit conserver l’enfant à ses côtés, soit la confier à son fils Cable pour qu’il l’élève dans un quelconque futur loin des menaces du temps présent.

Ayant opté pour la seconde option, et constatant que son fils a développé un rapport particulier avec le nourrisson qu’il avait su sauver avant tout le monde, Cyclope attend de pied ferme le retour de celle qu’il appelle volontiers « le Messie mutant ».

X-Men – La Guerre du Messie – Par Craig Kyle, Chris Yost, Duane Swierczynski, Clayton Crain, Ariel Olivetti, Mike Choi (trad. Thomas Davier) – Panini Comics
Hope et Cable, un duo incontournable de ces dernières années du côté des X-Men.
X-Men – La Guerre du Messie © Panini Comics

La Guerre du Messie est un recueil qui s’articule en deux temps. Dans une première partie, le récit revient en détail sur la survie au jour le jour de Cable et de sa fille dans des futurs apocalyptiques, une partie qui permet aux lecteurs de comprendre le lien familial qui unit au fil des ans les deux personnages. Dans un second temps, le recueil présente le crossover éponyme entre les séries Cable (vol. 2) et X-Force (vol. 2) : qu’est-ce qui peut bien retenir Cable et sa fille dans ces futurs incertains ?

Très vite, le dispositif temporel de Cable a été brisé et ne lui permet plus que d’avancer vers le futur, ce qui est loin d’être pratique pour retourner un jour à l’époque où sa protégée est attendue. Impatient, Cyclope envoie une équipe aux méthodes expéditives pour récupérer les deux mutants : X-Force (équipe créée dans les années 1990 sous la houlette de Cable et ressuscitée lors du CompleXe du Messie).

Si les auteurs prennent le temps de présenter de manière efficace la relation forte qui unit Cable à sa fille adoptive, le corps du recueil est tout de même centré autour de la rencontre entre Cable et l’équipe de tueurs (littéralement) envoyée par son père. La série X-Force (vol. 2) étant connue pour sa violence graphique très prononcée à l’époque, il était sûr et certain que la rencontre entre les deux univers allait amener son lot d’action débridée au fil des pages.

Ou les bonnes manières devant un public infantile.
X-Men – La Guerre du Messie © Panini Comics

Le recueil bénéficie assurément de deux dynamiques positives de cette époque : la relation entre Cable et Hope, mais aussi l’écriture de la nouvelle version de la série X-Force. En mettant en scène une équipe de tueurs dans un univers relativement sage comme celui des X-Men, les divers auteurs ont questionné à tour de rôle la place de la violence et de la légitimité à y recourir pour des personnages qui sentent leur baroud d’honneur venir. C’est avec réussite d’ailleurs que la question a été abordée et l’est encore durant La Guerre du Messie.

Parce qu’il est évident que les super-héros sont des aimants à problèmes, la rencontre entre tous ces protagonistes ne va pas être de tout repos. Au delà des quiproquos habituels de ce genre de crossover, l’histoire fait intervenir un nombre très important d’antagonistes qui donne un corps dense à son propos. Entre les menaces de Bishop (qui veut éliminer Hope parce qu’il l’accuse responsable de son époque inique envers les mutants), de Stryfe (le clone mégalomaniaque de Cable) et d’Apocalypse (un antique mutant surpuissant qui veut soumettre la Terre aux mutant les plus puissants), le programme est assurément chargé.

Même des milliers d’années dans le futur, le facteur guérisseur de certains leur permettront de continuer à plomber l’ambiance...
X-Men – La Guerre du Messie © Panini Comics

Les rebondissements sont nombreux dans ce volume, bien amenés et pour certains terriblement prenants car les enjeux sont forts quand il s’agit de la survie d’une jeune fille, voire d’une espèce toute entière. La caractérisation des personnages est propre et il n’est pas rare de s’attacher aux déboires de certains d’entre eux, plongés dans des dilemmes bien sombres.

La Guerre du Messie est une lecture recommandée, notamment parce qu’elle bénéficie à plein régime de ce qu’il pouvait y avoir de meilleur du côté des X-Men ces dernières années. Que ce soit pour comprendre l’essence récente de cet univers si vous souhaitez le découvrir voire le redécouvrir ou pour simplement profiter d’un récit d’action solide et adulte dans son traitement, La Guerre du Messie est une référence qui peut attirer votre attention.

(par Romuald LEFEBVRE)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet ouvrage sur Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
5 Messages :
  • Quel intérêt ce commentaire sur les "bonnes manières devant un public infantile ?"

    Les comics, malgré leur aspect, ne sont PAS des ouvrages pour enfants ! Il faudrait arrêter de penser que ce qui est dessiné est forcément à destination des plus jeunes !

    C’est le même genre de confusion idiote qui fait penser au grand public que l’animation est forcément un truc pour gamins. Ce qui conduit à diffuser " Ken le survivant " en plein mercredi après-midi !

    Répondre à ce message

    • Répondu par Marco Zanini le 2 mars 2014 à  09:17 :

      Pas de quoi s’offusquer même si je comprends que le commentaire de l’image puisse être mal interprété.
      Pour remettre l’image dans son contexte, il faut juste savoir que la scène représente une enfant - Hope - dans une posture très innocente tombant nez à nez avec un Wolverine en mode découpage. Ce dernier, surpris, lançant une jolie vulgarité.
      Un commentaire du rédacteur se voulant plus ironique en prenant en compte ce contexte. Enfin, je pense !

      Répondre à ce message

      • Répondu par Romuald Lefebvre le 2 mars 2014 à  10:45 :

        Je confirme la pensée de M. Zanini, le contexte qu’il a mis en avant étant le bon : le commentaire sur le public infantile faisant référence au personnage de Hope, encore une enfant dans ce recueil, voyant débarquer dans son époque un Wolverine au langage bien fleuri.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 2 mars 2014 à  16:13 :

          Du coup, il fallait être plus précis dans la légende de la vignette.

          Répondre à ce message

    • Répondu le 2 mars 2014 à  09:37 :

      Le public infantile... dans la BD ! Les personnages-enfants, quoi ! (pas les lecteurs)

      Répondre à ce message