X-men « Magnéto : Le testament » - Par G. Pak & C. Di Giandomenico - Panini Comics

14 janvier 2010 0 commentaire
  • Après Wolverine, c’est à Magneto de nous dévoiler ses jeunes années. La couverture indique de suite qu’elles nous pas été tendres et que sa situation sociale de super-vilain aujourd’hui peut certainement y trouver une explication.

Il y a quelques années, Wolverine : « les Origines » perçait le mystère de l’histoire du super-héros amnésique. Son enfance traumatisante avec l’apparition de ses pouvoirs y étaient dévoilées avec brio par Paul Jenkins et Andy Kubert.
Devant le succès artistique et commercial de l’ouvrage, il va sans dire que l’idée de renouveler l’opération devait en allécher plus d’un. Et parmi les personnages qui en ont bien bavé, Magneto est en pôle position. En effet son passé, imaginé par Chris Claremont, de juif allemand plongé dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale lui a apporté son lot de malheurs.
X-men « Magnéto : Le testament » - Par G. Pak & C. Di Giandomenico - Panini Comics

D’une manière très sobre et respectueuse des faits historiques, Greg Pak et Carmine Di Giandomenico suivent ainsi le petit Magneto au cœur de l’un des évènements les plus horribles de l’Histoire.

En 1935, il a 10 ans et entre l’antisémitisme grandissant du Troisième Reich jusqu’au camp de concentration d’Auschwitz en passant par le Ghetto de Varsovie, c’est l’histoire de la Shoah qui nous est présentée dans cet album.
X-men Magnéto : le testament - Di Giandomenico- janvier2010

Le souci de justesse historique des auteurs qui nous offrent un témoignage âpre et poignant, finit en revanche par étouffer le sujet de base.
En effet, bien que ce comics soit une réelle réussite, on regrette que le personnage de Magneto tel qu’on le connaît, soit un peu oublié. Ainsi, on ne découvre pas comment ses pouvoirs apparaissent, ni son évolution en futur ennemi juré des X-men ou encore les raisons de son changement de nom de Max Eisenhardt en Eric Lehnsherr.

Il en reste tout de même un titre qui prend aux tripes ne relâchant jamais la tension et doté d’un style graphique superbe.

Enfin, comme Magneto semble vouloir tout faire pareil que son copain aux longues griffes, Marvel Studio prépare en ce moment l’adaptation cinématographique de ses origines avec toujours Ian McKellen dans le rôle du super-vilain.

Reste à voir comment ils vont se débrouiller pour transformer ce dur récit sur la Shoah en blockbuster.

Cet album se conclut par un hommage rendu à Dina Babbitt, artiste rescapée d’Auschwitz avec un court comics retraçant sa vie dans les camps et son combat pour récupérer les portraits d’hommes et de femmes qu’elle a peints lors de sa détention.

(par Mathieu Drouot)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?