XIII : Dans les méandres du complot

8 octobre 2012 11 commentaires
  • La spin-off de XIII est-elle plus excitante que la série-mère ? On est en droit de le penser avec l'excellent cinquième tome, consacré à Steve Rowland et signé Richard Guérineau & Fabien Nury.

On pensait XIII usée jusqu’à la corde. Prisonnière de son -immense- succès populaire, la série était condamnée à se prolonger sans fin (il ne faut jamais perdre de vue cette règle d’or : la nouveauté fait vendre le fonds).

Après que Jean Van Hamme et William Vance aient jeté le gant, on n’a pas du attendre longtemps pour apprendre qu’un reboot était en préparation avec Yves Sente (qui décidément suit Van Hamme comme son ombre) et Iouri Jigounov (dessinateur chevronné dans le domaine du thriller réaliste). « XIII la suite » se profilait donc comme une continuité, sans nouveauté réellement excitante...

Mais les éditeurs du best seller avaient plus d’un tour dans leur sac. C’est ainsi qu’est né XIII Mystery, une série parallèle gagnante sur deux tableaux : proposer des biographies détaillées des personnages secondaires de la série mère et associer des duo d’auteurs inédits.

Ainsi, Ralph Meyer et Xavier Dorison, qui ont inauguré la collection avec « La Mangouste » en 2008, sont désormais à l’œuvre sur l’excellent Asgard. À la manière de Casino Royale qui a redonné de l’éclat à une série ronronnante comme James Bond, XIII Mystery était amené à redynamiser l’univers mis en place par Vance & Van Hamme. Le cinquième album du concept vient de paraître.

XIII : Dans les méandres du complot
Un extrait de XIII Mystery : Steve Rowland
© Guérineau / Nury / Vance / Van Hamme - Dargaud

Pour cette nouvelle livrée, Fabien Nury et Richard Guérineau se sont plongés dans les méandres du complot XIII, avec ses alluvions de la mythologie américaine (assassinats politiques, sociétés secrètes,...).

Au centre de l’intrigue, Steve Rowland, le numéro XIII, un animal au sang froid, élevé dans le fascisme, torturé et efficace. Un beau salaud dont Nury & Guérineau se sont emparés pour réaliser un thriller haletant, sans une once de gras.

Redoutable de précision, « XIII Mystery : Steve Rowland » est un modèle du genre .

(par Morgan Di Salvia)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

XIII Mystery : Steve Rowland – Par R. Guérineau & F. Nury – Dargaud

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

Sur ActuaBD, XIII Mystery c’est aussi :
- R. Guérineau & F. Nury : Steve Rowland n’a que des qualités comme personnage, et que des défauts comme héros
- XIII : Le Mystery s’épaissit, avec Colonel Amos
- Yann & Henninot (Little Jones) : « Nous avons suivi les codes laissés par Van Hamme et Vance »
- La chronique de Little Jones
- La chronique du d’Irina
- Xavier Dorison : Avec XIII, on m’a confié un temple, j’ai essayé d’y ajouter ma pierre.
- La chronique de La Mangouste
- William Vance : On sent la patte de Jean Van Hamme dans XIII Mystery !

 
Participez à la discussion
11 Messages :
  • XIII : Dans les méandres du complot
    8 octobre 2012 08:31, par Alban Day-Scinnais

    Redoutable de précision, « XIII Mystery : Steve Rowland » est un modèle du genre .

    j’ai trouvé un commentaire sur le forum de l’éditeur qui montre que la carapace a quelques défauts :

    maintenant j’ai joué au jeu des "7 erreurs" (ou du pinailleur ) entre cet album, ’Spads’ (principal source à partir de la rencontre entre Steve et Kim) et ’La Mangouste’ (pour l’attentat)
    [nb : je ne dévoile ici aucun élément qui ne soit déjà connu pour ceux qui ont lu les précédents albums !]

    > la fameuse question de la couverture et du fusil dans la main gauche de Steeve

    > la coiffure de Steve est longue lors de la rencontre à la piscine dans ’Steve Rowland’ puisqu’il les coupera en étant à l’armée et courte dans ’Spads’

    > dans ’Spads’, lorsque Steve appelle Kim pour qu’elle le rejoigne à Eastwood elle tient le combiné de la main droite, dans la gauche dans ’Steve Rowland’ ; ambidextre elle ausi ?...

    > elle porte à cette occasion un bracelet de montre noir dans ’Sapds’ et blanc dans ’Steve Rowland’

    > lorsqu’elle y arrive il a reçoit en t-shirt vert dans ’Spads’ et en marcel blanc dans ’Steve Rowland’
    > plus surprenant, elle est tatoué dès leurs retrouvailles dans ’Steve Rowland’ alors que dans ’Spads’ il est bien montré que c’est Steve qui (croit-il) la fait rentrer dans le complot à la suite de quoi elle se fait tatouer

    > la scène où Barnowski croise Mac Call et Rowland est complètement différente de celle de ’XIII Mystery - L’enquète’. Barnowski est habillée totalement différente au point de porter un t-shirt avec le logo des Spads et a gardé sa ligne ce qui aurait pu permettre à Steve de la reconnaitre en la bousculant si on s’en tient au premier récit

    > dans ’Steve Rowland’ c’est immédiatement après avoir mis l’argent au coffre qu’il remet la clé à Kim alors que dans ’Spads’ c’est avant de partir pour l’attentat qu’il le fait

    > attentat où il part avec l’arme dans une mallette dans ’Spads’ alors que Mac Call lui dit dans ’Steve Rowland’ que l’arme sera sur place

    > on peut s’interroger sur le fait que Kim n’ait pas aperçu Steve qui pourtant ne se dissimulait pas au parc alors qu’elle est très stressée d’après La Mangouste et avait le sentiment d’être surveillée

    > pour finir un détail vestimentaire : lors de l’attentat, sur le film de Amos dans ’Le jour du soleil noir’ comme dans ’La Mangouste’, Steve porte un imper beige, un blouson bleu dans ’Spads’ et dans ’Steve Rowland’ (comme quoi même Vance a fait deux costumes )

    mais tout ça n’ôte rien à la grande qualité de l’album

    Répondre à ce message

    • Répondu par Sébastien Pernet le 8 octobre 2012 à  13:11 :

      Très grosse erreur quand même : la photo sur laquelle on voit Kim et Steve Rowland au bord du lac... Dans Spads, on nous explique que cette photo a été prise avec Jason Fly, après son opération de chirurgie qui lui a donné l’apparence de Steve Rowland, donc après l’assassinat du président et du vrai Steve Rowland. En plus la photo a été prise par Hedeiger lui-même. Dans XIII Mystery tome 5, on nous montre clairement que c’est le vrai Steve Rowland qui pose en compagnie de Kim !!

      Répondre à ce message

      • Répondu par Alban Day-Scinnais le 8 octobre 2012 à  16:17 :

        à la décharge de cet album, on peut penser que la photo par Hedeiger est faite pour remplacer celle de Rowland dans le cadre ou dans un des dossiers sur Steve Rowland comme cela a été fait pour ses empreintes ou le reste

        Par contre, si on admet dans Spads que Rowland remet la clé à Kim avant de partir tuer le président comme le laisse enttendre le dessin, il ne l’a pas attaché ni frappé contrairement à ce que montre le dernier album.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Fabien Nury le 8 octobre 2012 à  18:39 :

          Bonjour.

          Richard et moi-même savions dès le départ qu’avec un tel perso, nous entrions en territoire de pinailleurs... Nous ne sommes pas déçus.
          Je me permets simplement de rappeler que le récit du complot dans SPADS est fait par Carrington... Et donc, qu’il le tient de Kim elle-même. Pensez-vous qu’elle lui ait dit toute la vérité ? Si c’était le cas, il saurait depuis longtemps QUI est le numéro I, par exemple... Sinon, je signale aux amis pinailleurs qu’ils sont passés à côté de nombreuses incohérences capillaires, vestimentaires ou scénographiques. Encore un effort !

          Répondre à ce message

          • Répondu par LC le 8 octobre 2012 à  23:16 :

            C’est le classique "Un flash-back peut-il mentir", Hitchcock en son temps s’était vu reprocher le flash-back de Stage Fright, car il était mensongé, étant le récit du coupable. Le spectateur part du principe que ce qu’on lui montre est la vérité, mais il a tort si c’est clairement le récit d’un protagoniste.

            Répondre à ce message

          • Répondu par Alban Day-Scinnais le 9 octobre 2012 à  08:17 :

            tout d’abord un grand MERCI d’avoir pris le temps de venir répondre !

            Nous ne sommes pas déçus.

            non nous plus, rassurez-vous !!!

            mais alors puisque le récit raconté par Carrington a pour source Kim (même si on peut se demander si Heideger n’a pas d’autres sources pour certains passages ?) qui est la source de ce récit ? :-D

            par contre pour le passage où Barnowski rencontre Rowland et Mac call l’argument ne tient pas ; et on aurait même pu penser que c’est dans le premier que Barnowski se serait décrite à son avantage

            pour le reste on va continuer à "tatilloner" pour trouver ce qui manque

            une question : est-il vrai que dix cases exactement dans l’album sont reproduites quais à l’identique des albums servant de références ?

            Répondre à ce message

          • Répondu par Sébastien Pernet le 9 octobre 2012 à  16:31 :

            Bonjour et merci pour la réponse. Est-elle ironique ou agacée ? Difficile à dire à la lecture... Mais au moins elle a le mérite d’exister, même si elle ne me convainc pas vraiment.
            Quand j’ai abordé le lecture de cet album, je me suis dit que sur ce personnage là, les auteurs n’avaient pas droit à l’erreur. Et si dans l’ensemble, à quelques détails sans importance près, vous vous en êtes très bien sorti, cette histoire de photo est un gros point noir. Surtout qu’il ne s’agit que d’une image, qui n’était absolument pas indispensable au récit, et je trouve que cette image gâche un peu la saveur de l’album. Un autre petit reproche, mais qui je pense est propre à cette série parallèle, est que cette histoire aurait dû être abordée en deux albums. En effet, les dix dernières pages vont très vite, j’aurais aimé qu’on s’attarde plus par exemple sur l’explosion de l’hélicoptère, passage important du récit puisque c’est à partir de là que Steve Rowland est officiellement déclaré mort.
            Mais je dois dire que cet album est quand même très captivant et graphiquement une pure merveille... si seulement on ne montrait pas cette photo. Car entre nous et pour en revenir à votre explication, quel intérêt aurait eu Kim de mentir au sujet de cette photo. Quelle importance qu’il s’agisse du vrai ou du faux Steve, dans la série elle ne sert qu’à dissimuler la clé... Et à identifer le lieu "là où va l’indien",rendez-vous donné à Kim au faux Steve, donc en fait si, cette photo a un rôle très important et ne peut pas avoir été prise avec le vrai Steve Rowland. Kim savait que Steve était mort et donnait bien rendez-vous à son "remplaçant", avec un objet commun à leur histoire commune...

            Répondre à ce message

            • Répondu par Fabien Nury le 10 octobre 2012 à  10:55 :

              Bonjour. J’ai déjà essayé de répondre hier, mais ça ne passe pas toujours... Deux ou trois petites choses : je ne suis pas du tout agacé, au contraire ! Le pinaillage est un jeu amusant, dans la mesure où il reste bienveillant, et inévitable avec une série aussi mythique.
              Pour la photo : je ne pense pas que ce soit la même. Kim a fait une photo avec Steve, et une autre avec Jason Fly. Il est logique qu’elles se ressemblent, l’une servant à remplacer l’autre. Pour vérifier, il faudrait agrandir la photo et "chercher l’indien"... Difficile.
              Pour les 10 cases reprises : je ne suis pas certain du nombre, mais il y en a plusieurs, oui. à vous de les trouver !
              Pour les "pinailles" pas encore signalées : il y en a au moins une que je trouve intéressante, car elle offre une piste narrative supplémentaire, sur le déroulé de l’attentat. Mais personne, à ce jour, ne m’en a parlé. J’attends !
              Pour conclure : personne n’est parfait, et il y a sûrement des incohérences. Si elles gâchent le plaisir, j’en suis désolé. Mais on a fait de notre mieux, sous la supervision bienveillante et vigilante de JVH. Qui plus est, le but d’un Mystery est tout de même de donner envie de relire XIII... ce qui est plutôt le cas, non ? Amicalement.

              Répondre à ce message

              • Répondu par Sébastien Pernet le 10 octobre 2012 à  20:22 :

                Ok, va pour deux photos, une avec Steve Rowland l’autre avec Jason. On peut dire effectivement que Hedeidger a refait cette photo pour rendre plus crédible le faux Steve Rowland, puisqu’on sait que malgré la chirurgie esthétique, il reste forcément des différences, notemment les yeux. Effectivement dans ce cas c’est une explication qui peut tenir la route. Merci alors pour cette précision. Et heureux de voir que vous jouez le jeu et que vous prenez bien les pinailles et autres critiques. Mon but n’ayant été à aucun moment de vous agacer, mais de trouver des réponses à ce que je pensais être une coquille. XIII est la série qui m’a ammené véritablement à aimer la BD, j’ai découvert cette série à l’âge 14 ou 15 ans, donc le sujet me passionne. L’album Steve Rowland fait pour l’instant, selon moi, parti des meilleurs opus de XIII Mystery. C’est sûr que vous étiez attendu au tournant en vous attaquant à ce personnage, et je salue ce choix courageux. Bravo et merci à Richard Guérineau et vous-même d’avoir participé de si belle manière à cette grande aventure que constitue la saga XIII.

                Répondre à ce message

    • Répondu par Oncle Francois le 8 octobre 2012 à  13:13 :

      oui, on peut toujours chipoter, cela n’enlève rien au plaisir de la lecture !
      Pour celui qui a rédigé l’article : hum je me demande si Steve Rowland est vraiment un salaud. Pour moi c’est plus une victime qu’autre chose. D’abord, il est le résultat d’une éducation très orientée à droite, et la mort de sa mère ne va rien arranger. Il se fait ensuite bien manipuler, par son supérieur, et même par son épouse. S’il y a un vrai salaud dans ce titre, c’est plutot la Mangouste ou le frère du Président, ou le sinistre Giordano.

      Répondre à ce message

  • XIII : Dans les méandres du complot - dessin moins efficace
    10 octobre 2012 20:50, par Vieux lecteur acheteur de BDs

    Le dessin de la spin off est de mon point de vue personnel plus plan-plan, moins efficace que celui de Vance.

    Just my two cents.

    Répondre à ce message