Xavier Coste : « La spontanéité du dessin d’Egon Schiele et l’énergie de son coup de crayon m’interpellent. »

14 septembre 2012 1 commentaire
  • Décrié par ses contemporains, Egon Schiele pourrait bien rire aujourd’hui car un siècle après sa mort, l’artiste maudit est toujours d’actualité ! Nouvel exemple en date, la BD mi-biographique, mi-romancée signée Xavier Coste et dont c’est la première œuvre.

Pour votre première BD, vous avez décidé de vous attaquer au peintre autrichien Egon Schiele. Pourquoi ce choix ?

Je suis vraiment un passionné de peinture et je connaissais le travail d’Egon Schiele, mais je ne connaissais pas sa vie. Par exemple, je ne savais pas qu’il avait fait de la prison. J’ignorais complètement qu’il était un auteur d’œuvres pornographiques. Il est mort à 28 ans, c’est très jeune ! Pour moi, cela change complètement le regard que l’on peut porter sur ses tableaux. J’ai trouvé sa vie passionnante !

Pour une première BD, j’avais besoin d’aborder un sujet qui me passionne. Je ne sais pas si j’y suis arrivé, mais au moment d’aborder le projet, je me suis mis en condition en me répétant que ce serait difficile. J’ai mis beaucoup de temps avant de mettre en route le scénario et le dessin. J’ai pris ce projet comme une sorte de défi.

Xavier Coste : « La spontanéité du dessin d'Egon Schiele et l'énergie de son coup de crayon m'interpellent. »
(C) Egon Schiele, Xavier Coste, Casterman

Comment votre projet a-t-il été accueilli par les éditeurs ?

J’ai eu des rendez-vous avec plusieurs éditeurs. J’ai d’ailleurs été étonné de recevoir de nombreuses réponses, mais après, ce fut difficile de vendre mon projet… C’est-à-dire qu’il y avait toujours une facette qui intéressait les gens et le fait aussi que l’histoire soit peu connue attisait la curiosité. Toutefois, Egon Schiele reste quand même un peintre atypique et le livre n’est pas accessible à tous les publics. Ça a pas mal trainé et j’ai passé six mois uniquement à tenter de vendre le projet ! Heureusement que Casterman a accepté de prendre le risque.

(C) Egon Schiele, Xavier Coste, Casterman

Comment avez-vous abordé l’album ?

J’ai rapidement découvert qu’il existait très peu de biographies sur Egon Schiele. Par exemple, il y a très peu de photos de ses petites amies. On connait juste le tempérament de Schiele et des gens qui gravitaient autour de lui grâce aux témoignages de ses proches. À part cela, on sait juste qu’il a fait de la prison et qu’il est mort de la grippe espagnole. Il a fallut que je romance tous ces éléments connus.

Graphiquement, est-ce votre style habituel ou avez-vous voulu proposer quelque chose de proche de ses peintures ?

Au départ, j’étais parti dans l’idée de proposer un dessin en noir et blanc qui se serait rapproché du dessin d’Egon Schiele, mais je me suis rapidement dit que cela manquerait de modestie et surtout, je sentais que cela ne marchait pas. J’ai donc fini par proposer mon style naturel. J’ai plus innové au niveau des couleurs en proposant des chromies similaires aux peintres allemands et viennois contemporains de Schiele pour donner une ambiance assez mélancolique.

Qu’est ce qui vous plaît tant dans l’œuvre d’Egon Schiele ?

C’est l’aspect spontané de son dessin, surtout ses premiers jets. Il y a peu de recherches et il fait souvent des dessins avec des poses à peu près similaires mais c’est surtout l’énergie qu’il met dans le crayon qui m’intéresse.

(C) Egon Schiele, Xavier Coste, Casterman

Existe-t-il des points communs entre son style et le vôtre ?

Je pense que cela se retrouve surtout dans les traits anguleux. Et puis, je n’arrive pas à m’attarder sur un dessin. La plupart des cases dans l’album sont faites à partir de premiers jets. Quand je refais un dessin, ça sonne faux et ça perd en puissance. J’ai besoin de ressentir l’émotion des premiers traits.

Quel est votre parcours ?

J’ai un parcours classique. Après le bac, j’ai fait trois ans dans une école de graphisme, à Penninghen, près de Paris. Je me suis aussi ouvert à la peinture en dehors de l’école. Après l’obtention de mon diplôme, j’ai surtout eu envie de faire de la bande dessinée car cela m’a toujours démangé. Sauf que je ne savais pas quel sujet traiter. C’est comme cela que je suis arrivé à Egon Schiele car mon but secret était de faire une BD sur le monde de la peinture.

Xavier Coste chez Casterman à Bruxelles

Dans votre BD, un personnage dit qu’un artiste doit avoir un caractère, une personnalité à part, sinon ce n’est pas un artiste. Est-ce votre cas ?

Non, je ne le pense pas.

Donc, vous ne vous retrouvez pas dans cette affirmation ?

Je ne me prétends pas artiste. Je suis juste un passionné de graphisme. Ce que j’aime chez Schiele, c’est qu’il s’est façonné un personnage car avant même de vendre son premier tableau, il a ressenti le besoin de s’habiller constamment en costume-cravate, de paraitre inaccessible et de faire comme s’il avait déjà réussi.

Quelles sont vos influences au niveau de la BD ?

J’ai toujours été passionné de BD et j’admire beaucoup les travaux d’Enki Bilal, de Jacques Tardi, de François Schuiten… Sinon, je puise aussi du côté du cinéma pour la narration. Par exemple les films de François Truffaut m’inspirent beaucoup parce que je ne me sens pas scénariste mais j’aime bien retranscrire des bouts de vie qui, mis l’un à la suite de l’autre, forment une histoire mais il n’y a pas forcément de suspense.

Quels sont vos prochains projets ?

Je travaille sur Arthur Rimbaud. Ce sera une BD qui sera dans le même format mais avec 120 pages, donc une pagination beaucoup plus importante que pour Schiele. Il faut dire que contrairement à Schiele, il y a beaucoup plus de documentation sur Rimbaud. Sa vie a été tellement folle qu’il n’y a quasi pas besoin de romancer. Cette BD devrait sortir au mois de janvier 2014.

Egon Schiele
Egon Schiele à Vienne.
(C) Egon Schiele, Xavier Coste, Casterman

Voir en ligne : r

(par Christian MISSIA DIO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Lire aussi la chronique de "Egon Schiele"

Commander cet ouvrage sur Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
1 Message :